Advertisement
Advertisement

20 trucs que vous avez déjà oubliés sur Blueface

Blue-qui ? Blue-quoi ?

par Aurelien B

1. Enfant, Johnathan Jamall Michael Porter a tourné dans une publicité pour McDonald’s.

Aspirante actrice, sa mère lui faisait passer de temps à autre des auditions.

L’expérience ne l’a cependant pas plus emballé que ça : « Quand tu es pris c’est cool, mais sur le plateau tu passes huit heures à attendre pour finalement jouer la comédie 30 minutes à peine. »

2. Lycéen, Il était plutôt doué au football américainvoir cette compilation de ses meilleures actions.

Quaterback à Arleta High School, il a mené l'équipe à la première place du championnat régional East Valley League de 2014.

Recruté l’année suivante par l’université de Fayetteville State en Caroline du Nord, il a toutefois préféré mettre un terme à sa carrière deux petits mois après le début de la saison après que le quaterback titulaire soit revenu plus tôt que prévu de blessure, ce qui l’aurait obligé à passer le reste de la saison sur le banc.

3. Blueface est devenu rappeur par le plus grand des hasards.

Un jour où il tournait en voiture dans les rues de Los Angeles, son pote rappeur TeeCee lui a passé un coup de fil pour lui demander s’il pouvait passer au studio lui rapporter son chargeur de téléphone oublié dans sa caisse. Une fois sur les lieux, Blueface s’est pour le fun essayé au micro.

Ses fameux gimmicks « Blueface, baby! » et « Yea, aight » sont d’ailleurs nés ce jour-là.

4. Blueface s’est tatoué le portrait de Benjamin Franklin sur le visage (l’homme en portrait sur les billets de 100 dollars NDLR) avant même de prendre le rap au sérieux.

« Les gens autour de moi me disaient tous de pas le faire, mais moi j’étais déterminé (...) D’une part , ’était pour moi une façon de dire que je n’en avais plus rien à foutre de l’avis des autres, et de l’autre une manière de garder à l’esprit que j’avais franchi le point de non-retour. »

Notez que s’il s’est fait piquer la joue droite à dessein : en cas de contrôle de police au volant de sa voiture, les agents ne peuvent voir que son côté sans encre.

5. Avant de percer dans le rap, Blueface était barbier.

À ce titre il avait créé le compte Instagram Fade Room où il postait des vidéos de dégradés et des combats de rue.

Le concept avait alors attiré plus de 500 000 abonnés.

6. Blueface s’est d’ailleurs servi de ce compte pour se faire un nom dans le rap.

Chaque semaine il demandait à sa communauté dans quel lycée de la région il devait aller donner un concert gratuit. Une fois les votes clos, il se pointait à l’entrée de l’établissement arrivé en tête pour rapper debout sur le toit de sa caisse.

7. Inspiré par son grand frère, à 20 ans il l'a rejoint au gang des School Yard Crips. Ses textes, et notamment son projet Famous Cryp sorti en 2018, font allégrement référence à cette affiliation.

Blueface est d’ailleurs le surnom qu’il portait dans les rues.

8. Bien que fier membre des Crips, Blueface ne maîtrise que très moyennement le C-Walk, cette danse faite de petits pas en V et de rebonds exécutée par le gang pour célébrer un fait d’armes.

Moqué sur les réseaux sociaux, il a à l’époque promis de s’améliorer.

Aujourd’hui, ça va mieux.

9. Quand en novembre 2018 il a manqué de se faire voler sa caisse à une station-service, il a réagi en poursuivant ses assaillants, puis, une fois arrivé à leur hauteur, a fait feu sur leur véhicule, causant un carambolage.

Incarcéré dans la foulée, il a passé une semaine en prison avant d’être libéré en échange d’une caution de 50 000 dollars.

10. Célèbre pour rapper offbeat, contrairement à ce que l’on pourrait penser, Blueface ne fait absolument pas exprès de rapper en dehors des temps.

« J’écris quand j’ai l’instru. Pour moi c’est l’instru qui fait le morceau. Et quand j’écris, j’écris avec l’instru en tête. »

Ironiquement, il a intitulé son premier album solo sorti en mars 2020... Find The Beat.

11. Blueface a été validé par Ice Cube et Kendrick Lamar !

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les deux légendes de la côte ouest s’accordent pour lui tresser des louages.

« J’aime sa confiance en lui. Je sais que ce mec peut rapper. Il n’est pas offbeat. Certes il ne rappe pas toujours dans les temps, mais c’est un style. Quand on s’y fait, ça tue » a ainsi dit de lui le Cube Glacé.

Quant à K.Dot, il a déclaré à son propos : « Il est chaud. Il a son propre style, c’est un truc que j’apprécie beaucoup. »

12. En 2019, il s’est passablement affiché quand en interview il s’est montré incapable de dire où il était signé.

« Tout ce que je sais c’est que je suis avec Cash Money West et Wack 100. Pour le reste il faut demander à Wack... »

À sa décharge, Blueface est signé, non pas sur un seul label, mais sur quatre labels : Cash Money West est une filiale de Cash Money dirigée par Birdman et Wack 100 (la manager de The Game). Cash Money est distribué par Republic. Et Republic appartient à UMG.

13. Non, Thotiana n’existe pas dans la vraie vie.

Abondamment mentionné au refrain du morceau du même nom, ce prénom féminin est en réalité un jeu de mots entre « Tatiana », et « thot », un mot d’argot qui équivaut à « bitch ».

« Le mot passe bien. Je n'ai rien inventé, mais je n’avais jamais entendu personne l’utiliser de la sorte. Mec je suis un génie. »

14. Blueface a volontairement partagé une photo de son petit oiseau sur le net.

Tout est parti d’un post Instagram sous lequel plusieurs commentateurs l’accusaient de porter des fausses chaînes en or. Vexé, il s’en est allé faire prendre une douche en story avec toutes ses chaînes sur lui. Ce faisant Blueface s’est malencontreusement filmé les parties.

Plutôt que de faire comme si de rien était, il a alors préféré assumer pleinement la chose en choisissant comme cover de son single Put in Her Face (« Met les le visage » en français...) une dick pic !

15. Ne cherchez pas Blueface sur Instagram, il s'est fait virer.

En cause, une vidéo de lui postée en janvier de l’année dernière où il se montrait dans un club de strip-tease sans rien cacher du corps des filles autour de lui.

16. En 2019 il aurait fait l’amour à 1 000 femmes en six mois !

Oui vous avez bien lu : l’auteur de Thotiana n’a pas fait l’amour 1 000 fois depuis six mois, mais a bel et bien eu 1 000 partenaires différentes sur ce laps de temps.

Son explication pour justifier un tel prodige mathématique ? « Je suis un ba*seur. Des fois j’ai des plans à trois, des fois j’ai des plans à quatre. Il m’est arrivé aussi de faire un plan à cinq, genre moi et quatre autres filles. Là , ’était assez dur. »

17. Plus ou moins en couple avec la mère de son fils Jaidyn, Blueface revendique sa schizophrénie pour justifier son mode de vie.

« Pour me comprendre, il faut comprendre que deux personnes cohabitent en moi. Il y a Johnathan, et il y a Blueface. Croyez-moi, Blueface vous ne voulez pas être avec lui. »

18. En 2019, il a viré de chez lui manu militari sa mère et sa sœur.

La scène a été filmée par sa mère, qui l’a ensuite diffusé sur les réseaux.

Accusée d’être une « gratteuse de buzz » (« clout chaser ») par son fils, elle a été défendue par sa fille : « Mon stupide de frère n’a de buzz que grâce à ma mère. Ce qui est triste c’est que s’il en est là, c’est parce qu’elle lui a payé ses séances de studio quand il dormait dans sa voiture. »

19. Récemment accusé d’être à la tête d’une secte, Blueface semble au minimum exercer une certaine emprise sur les membres de son entourage : tandis que les deux filles qu’ils présentaient comme ses girlfriends se sont comme lui faites tatouer sur les mains la tête de Benjamin Franklin, sa protégée ChriseanRock/DaBigBaby s’est quand elle fait piquer son nom sur la joue gauche !

20. Bien qu’il arbore le lettrage « Business before pleasure » sur l’avant-bras droit, Blueface est loin d’être un dingue de boulot, lui qui quand on lui reproche de toujours faire la même chanson rétorque tout simplement que « c’est moins de taf ».

« Moi tout ce que je veux c’est être payé à en faire le moins possible, me réveiller quand je veux, allez dormir quand je veux, tout en sachant que mon argent dort près de moi. »

A lire aussi :

Pourquoi les rappeurs finissent-ils toujours fauchés ?

Retrouvez tous les épisodes de la série « 20 trucs que vous ne savez pas sur votre rappeur préféré » en cliquant ici.

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien B : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1937 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

Aucun commentaire sur la news
Pseudo
Mail

X FERMER
Advertisement