Ventes

Kery :  »Celui qui vend le plus est considéré comme le meilleur ! »

Kery :  »Celui qui vend le plus est considéré comme le meilleur ! »

Les polémiques autour du rap dit « underground » ou « commercial » existent depuis le début des années 90 en France. Elles ne devraient pas cesser de sitôt.

Le plus gros vendeur de disques du moment est-il forcément le meilleur rappeur du moment ? En répondant par l’affirmative à cette question, Maitre Gims devrait être considéré comme le boss du game, si l’on se réfère à ses ventes stratosphériques (disque de platine en une semaine avec Subliminal, Ndlr).

Or, le leader de la Sexion d’Assaut ne peut échapper aux critiques de « puristes », lui reprochant d’avoir travesti sa musique initiale en « pop-rnb » et de cibler un public particulièrement jeune. En 1996, Doc Gynéco faisait déjà face à une polémique similaire, qu’il avait devancée en sortant le titre « Classez-moi dans le variet’ », sur son classique Première Consultation.

Pour certains rappeurs hexagonaux, tels que Booba, le succès commercial d’un album est étroitement lié à sa qualité artistique. « Avant, c’était une dénonciation et quand on avait un trop grand succès commercial c’était presque un signe que l’on s’était un peu fourvoyé. Aujourd’hui c’est le contraire, tous les gens regardent le top album. Celui qui vend le plus de disques est considéré comme le meilleur », constate Kery James, à l’occasion d’un entretien donné sur France Info.

Top articles

Dossiers

VOIR TOUT