Dossiers

20 trucs que vous ne savez pas sur Pusha T, le dealeur du rap US

20 trucs que vous ne savez pas sur Pusha T, le dealeur du rap US

1. Né un vendredi 13, Terrence LeVarr Thornton, 45 ans cette année, se faisait surnommer Terror à ses débuts dans le rap. Il a ensuite opté pour Pusha T.

Tandis que « Pusha » signifie « dealeur », le « T » ne fait ni écho ni à son ancien blaze, ni à son prénom, mais signifie « Ton ».

2. Fier représentant de l’état de Virginie, Pusha T est en réalité né dans le Bronx à New-York.

3. Le jour où ses parents ont découvert qu’ils dealaient, ils l’ont viré manu militari du domicile familial.

« Un type me devait de l’argent. Nous nous sommes battus lui et moi, puis ses potes avec mes potes. Le type est ensuite revenu chez moi et a tiré des coups de feu. Ma mère n’était pas présente, mais quand elle est revenue, elle et mon père étaient on ne peut plus déçus. Ils ne pouvaient pas encaisser à nouveau un tel choc. »

Comme son frère Gene (le futur Malice) qui lui aussi s’était fait prendre en train dealer quelque temps plus tôt, Terrence a dû faire ses bagages.

4. Pusha T et Pharrell Williams sont potes depuis l’adolescence. Malice, qui rappait déjà, le connaissait et lui a présenté.

Le jour où Pusha s’est essayé à écrire un texte, Pharrell a été tellement impressionné par le rendu qu’il a suggéré à Malice que les deux forment un duo.

5. Single culte sorti en 2002, Grindin’ n’a failli jamais voir le jour. De son propre aveu « intimidé » par ce beat si singulier composé par les Neptunes, Pusha T a connu toutes les peines du monde à poser dessus. Il a alors fallu que Pharrell le menace de le filer à Jay Z pour que Push’ trouve enfin le bon angle.

6. Au cours de cette période, Pusha T portait un gilet pare-balles lors de ses déplacements.

« Nous allions à Milwaukee, dans le Wisconsin. Je devais porter un gilet pare-balles… sur scène… et en dehors. C’était culturel à l’époque, il y avait beaucoup d’argent de la rue, beaucoup de tension. C’était paradoxal parce que les gens aimaient notre musique et ce qu’elle décrivait. »

7. Hell Hath No Fury, le grand classique des Clipse, est passé près de ne jamais voir jour.

Si Malice et Pusha ont commencé à enregistrer dès 2003,

Signé sur Arista via Star Trak (le label des Neptunes), suite à la fusion entre Sony et BMG, Star Trak a migré chez Insterscope, tandis que les deux frangins ont été forcés pour des raisons contractuelles d’intégrer Jive.

Pas très enthousiaste de les entendre rapper en continu sur le deal, Jive a souhaité donner une tonalité plus pop à l’album, ce à quoi Malice et Pusha se sont vivement opposés.

Dès lors, il leur a fallu trois longues années et un procès pour casser leur contrat pour qu’enfin sorte ce petit bijou qu’est HHNF.

8. Malice a décidé de mettre fin à l’aventure Clipse en 2010 après avoir cru que son frère s’était fait arrêter.

« À l’époque, les Feds s’en prenaient à tous nos amis. Un de mes potes venait d’avoir un enfant, il s’est fait arrêter aux côtés de sa femme qui était en fauteuil roulant et tenait leur bébé dans ses bras. Un autre pote s’est fait arrêter avec sa femme et sa fille alors qu’il conduisait. La police a carrément défoncé sa voiture pour qu’il se range sur le côté. Ils s’en prenaient à tout le monde… Ils défonçaient les portes, allongeaient les mères et les enfants sur le sol. C’était fou. »

« Le jour où Pusha était en retard pour prendre un vol, j’ai cru qu’il s’était fait lui aussi coffrer. Lorsque je l’ai vu arriver à la dernière minute dans l’avion, je me suis levé dans le couloir et je lui ai dit devant tout le monde : ‘Yo, c’est fini pour moi.’ »

9. Pusha T et Malice (devenu entretemps No Malice) on cependant pu se retrouver au micro à deux reprises : une première fois sur Shame The Devil en 2013, et une seconde sur Use This Gospel en 2019, un titre présent sur Jesus Is King de Kanye West.

Deux morceaux teintés de religiosité donc, en accord avec la tournure plus spirituelle prise par No Malice depuis.

10. Le titre de son premier album solo, My Name Is My Name (2013) renvoie à une célèbre citation de Marlo Stanfield dans la série The Wire.

11. Sa discographie compte à ce jour 1 547 références à la cocaïne, ce qui fait en moyenne 4 par chanson. 85% de ses morceaux mentionnent le sujet.

12. Parmi ses lignes les plus célèbres faisant l’apologie de son ancienne vie de dealeur, souvenons-nous de « Je n’ai pas dépensé un seul dollar du rap depuis trois ans » sur Keys Open Doors en 2006, ou encore de « J’ai vendu plus de doses que de disques » sur Hold On en 2013.

13. Devenu père au mois de juin 2020, Pusha T a appelé sa fille Nigel Brixx Thornton.

« Brick » désigne en argot un kilogramme de cocaïne…

14. Aussi surprenant que cela puisse paraître, Pusha T est un grand fan de tennis.

Accro depuis qu’il a découvert enfant ce sport sur console Nintendo, s’il ne se considère pas assez bon pour pratiquer sérieusement (à vous de juger), il peut régulièrement être vu en tant que spectateur à l’US Open ou à Wimbledon.

Ses joueurs préférés ? Rafael Nadal et Serena Williams.

15. Notorious B.I.G. est pour lui le plus grand rappeur de tous les temps.

« Je me souviens en 1994 quand Ready to Die est arrivé. Je passais des heures à réciter ses textes, à essayer de comprendre pourquoi il disait ça ou ça. La plupart des rappeurs, balance une punchline et on comprend, mais BIG, lui, c’est profond. »

« Et puis il a ce flow qui glisse sans effort. Je pense être un auteur de talent, mais mes rimes sonnent comme des rimes. Biggie, grâce à son flow, fait sonner ça, non pas comme des rimes, mais comme une conversation. »

16. Brouillé avec Lil Wayne depuis le milieu des années 2000, Pusha T a beau lui avoir envoyé quantité de piques durant quinze ans, quand ce dernier a été interrogé sur le sujet, il a avoué ignore complètement pourquoi il lui en voulait.

17. Lors de son clash contre Drake en 2019, Pusha T a trouvé un soutien plutôt inattendu en la personne de la fille du propriétaire de l’équipe de basketball NBA des Milwaukee Bucks, Mallory Edens.

Agacée du comportement de Drizzy au bord des parquets lors de la finale de conférence Est face aux Toronto Raptors (moqueries, critique des arbitres…), lors de la cinquième manche de la série, elle s’est pointée habillée d’un t-shirt à l’effigie du Clipse – toute l’histoire ici.

18. En 2015, Pusha T a été nommé président de G.O.O.D. Music, le label fondé par Kanye West en 2004, un poste qu’il occupe toujours à l’heure actuelle.

Sous sa gouvernance, ont notamment été signés : Desiigner, Twenty88, 070 Shake, ou encore Valee.

19. Soutien d’Hillary Clinton en 2016, Pusha T est « en total désaccord » avec Kanye West quant à son soutien à Donald Trump.

« Kanye et moi passons notre temps à ne pas être d’accord. C’est juste un sujet parmi d’autre sur lequel nous ne sommes pas d’accord. »

Ceci dit, Push’ a également déclaré que la casquette Make America Great Again était l’équivalent moderne de la capuche du Ku Klux Klan.

20. La prod’ de Diet Coke, le lead single de son album à venir It’s Not Dry Yet, a été composée il y a 18 ans par 88-Keys.

« C’était à la base un interlude pour ma mixtape d’instrumentales, The Makings Of Crack-Cocaine. Plutôt drôle, n’est-ce pas ? Je ne pense pas avoir vendu l’un des beats de ce projet, jusqu’à maintenant, 18 ans après. »

Dossiers

VOIR TOUT

À lire aussi

VOIR TOUT