Vincent Cassel, pas fan des films de super-héros Marvel et DC

Une critique à l'image de celle de Martin Scorsese.

par Ben

Apparu dans la 3ème saison de la série Westworld, Vincent Cassel fait cette fois parler de lui non pas pour ses performances à l’écran, mais pour son avis tranché sur les films de super-héros.

A lire aussi :

Vincent Cassel dans le trailer de « Westworld » Saison 3 [VIDEO]

Après Scorsese, Cassel

Après Martin Scorsese, au tour de Vincent Cassel de remettre en cause l’engouement populaire suscité par les nombreux films de super-héros. Quand le réalisateur des Affranchis avait laissé entendre que les productions Marvel n’avaient pas de rapport avec le cinéma, Cassel lui, part du principe qu’il s’agit de films pour enfants; comme il l’a expliqué au média Inverse. Celui qui a interprété le personnage Engerraund Serac dans Westworld ne serait donc pas forcément fan des histoires tirées des comic books : « J’étais un grand fan des comics quand j’étais enfant. Maintenant, je pense que ces films sont pour les enfants. Et quand bien même j’ai toujours une partie de moi-même qui est restée en enfance, je refuserais. Je ne les regarderais pas. » 

Pour autant, il ne ferme pas totalement la porte aux propositions, si jamais le scénario était à la hauteur : « Peut-être si vous aviez un méchant d’envergure, et si c’était fait par quelqu’un de vraiment intelligent et d’assez talentueux pour faire en sorte que ça ne ressemble pas à un film fait pour les enfants, alors peut-être que je le ferais. Mais à part ça, non. Les quelques approches que j’ai eues, j’ai eu l’impression qu’il faudrait s’impliquer longuement, pour quelque chose que je ne regarderais même pas au final. »

La Haine, 25 ans plus tard

Dans la même interview, l’acteur de 53 ans a eu l’occasion de s’exprimer sur le classique La Haine, un quart de siècle après sa sortie dans les salles.

Et sur le fait que le thème du long-métrage est toujours plus que jamais d’actualité : « Parce que ça raconte l’histoire de David et Goliath. Ce sont les enfants de la rue qui se battent contre le gouvernement et ensuite contre l’armée. Ce genre d’histoires fonctionne toujours et ne vieillit jamais. Le film est réalisé avec un tel style. Le dialogue est construit comme une comédie italienne néo-réaliste, comme Le Pigeon. C’est presque comme une comédie tout au long du film, mais c’est un film dramatique. Il vous chatouille, vous chatouille, vous chatouille, et puis il vous gifle très fort au visage. Cette recette fonctionne encore aujourd’hui. »

Donne ton avis

Auteur

Ben : (3752 articles publiés)

Aucun commentaire sur la news
Pseudo
Mail