Joker : Joaquin Phoenix a failli devenir fou durant le tournage

L'acteur aurait payé de sa personne pour sa prestation.

par BenMorin

Ovationné durant plus de 8 minutes lors de sa projection en avant-première à la Mostra de Venise 2019 il y a quelques heures de cela, Joker pourrait permettre à Joaquin Phoenix de finir oscarisé pour son rôle. Il faut dire que la star s’est impliquée pour enfiler le costume du nemesis de Batman.

A lire aussi :

Joker : un dernier trailer très convaincant [VIDEO]

Joaquin Phoenix impacté par son rôle

A en croire les premiers retours, Joaquin Phoenix aurait offert une interprétation magistrale dans son dernier film, Joker. Attendu dans les salles obscures Françaises le 9 octobre prochain, le long-métrage aurait commencé à attaquer la santé mentale de l’acteur, comme il l’a lui-même évoqué. The Hollywood Reporter rapporte d’ailleurs que Phoenix a perdu 23 kilos pour les besoins du tournage : « Il apparaît que ça affecte votre psychologie. Vous commencez à devenir fou. […] Lors du tournage, chaque jour nous découvrions de nouvelles parties de sa personnalité, jusqu’au dernier jour. […] Ce fut son combat pour trouver de la joie, se sentir connecté aux autres, sentir de la chaleur et de l’amour. C’est la partie du personnage qui m’a intéressé. Celui qu’il était lors des premières semaines de tournage n’avait rien à voir avec celui qu’il était devenu à la fin. Il était en constante évolution. Je n’ai jamais eu d’expérience de ce genre. Plus il était imprévisible, plus il devenait un loser, plus c’était excitant. »

Une contre-proposition aux films de super-héros

Dirigé par Todd Phillips et porté à bout de bras par Joaquin Phoenix, Joker compte également dans son casting quelques autres poids lourds du cinéma, dont Robert De Niro, Zazie Beetz, Bill Camp, Frances Conroy, Brett Cullen, Glenn Fleshler, Douglas Hodge, Marc Maron, Josh Pais et Shea Whigham. Paradoxalement, Emma Tillinger Koskoff, productrice du long-métrage, a avoué ne pas être en mesure d’apprécier les films de super-héros, genre qui aurait en toute logique du convenir à Joker« Ce n’est pas mon genre favori. […] Je ne peux pas regarder ces films. J’ai essayé, je ne peux pas. Je devrais mais je ne peux pas. Mais j’aime ce film [Joker]. Même si je n’avais pas travaillé dessus, je l’aurais aimé ». Vous l’aurez compris, pas question d’un blockbuster traditionnel ici, mais plutôt d’une réinterpération poussée d’un personnage iconique. Un pari risqué, mais payant ?

Donne ton avis

Auteur

Benjamin Morin : (3449 articles publiés)

Aucun commentaire sur la news
Pseudo
Mail