Dossiers

Opéra Puccino d’Oxmo Puccino : Cyrano de Bergerac, Time Bomb et Gulliver

Oxmo Puccino : Mafia, Jacques Brel et Time Bomb… les dessous du classique Opéra Puccino

« T’as la ref’ ? » c’est la série qui revient sur les références disséminées au sein des plus grands albums de rap. Des plus évidentes au plus surprenantes, des plus saugrenues aux plus pointues. Bref, si vous n’avez pas la ref’, vous allez l’avoir…

L’année 1.9.9.8. dans le rap de France ce n’est pas rien. Millésimée cuvée de référence, elle a vu arriver dans les bacs une flopée de disques qui ont immortalisé l’histoire du mouvement.

Sur le moment, on ne s’en rendait pas forcément compte, mais tous les mois ou presque un nouveau classique voyait le jour : le dernier NTM, Si Dieu veut de la Fonky Family, Où je vis de Shurik’n, Quelques gouttes suffisent d’Ärsenik, Le Combat continue d’Ideal J…

Sérieux, ça n’arrêtait pas.

Au sein de cette déferlante, il était un opus qui ne ressemblait à aucun autre, Opéra Puccino d’Oxmo Puccino.

Annoncé par les apparitions remarquées de son auteur sur les compilations Sad Hill et L 432, l’album surprit en s’aventurant dans des contrées encore inexplorées dans l’Hexagone.

Il y avait cette grandiloquence dans l’interprétation, cette sobriété dans le choix des mots, ces histoires de rue qui s’entremêlaient à la fiction, ces récits intimistes toujours pudiques… Opéra Puccino, c’était à la fois un pas en avant et une révérence au passé.

Opéra Puccino, c’était un album qui s’écoutait avec la tête et avec le cœur.

Pour mieux le comprendre, retour sur ses références les plus notables.

Les Muses Melpomène et Thalie

La Ref’ ? : Les masques de la comédie et de la tragédie sur la pochette

Dans la mythologie grecque, les Muses sont les neuf filles nées de l’union entre Zeus et Mnémosyne, la personnification de la mémoire.

Assimilées aux arts libéraux, ces matières qui constituaient la base de l’enseignement antique (le Poésie, l’Histoire, la Rhétorique…), elles nourrissaient l’imaginaire des poètes, danseurs et savants.

Figure triste et solitaire, Melpomène (« la chanteuse ») présidait la Tragédie. Plus avenante et enjouée, Thalie (« la florissante, l’abondante ») présidait la Comédie.

Tandis que dans la Grèce Antique il était interdit aux femmes de monter sur les planches, leurs masques étaient portés par les comédiens hommes interprétant des rôles féminins afin de signifier leurs émotions.

Devenus au fil du temps les symboles du théâtre (et accessoirement popularisés par tatouage « Laugh now, cry later »), ils sont ici repris pour souligner le lyrisme de l’album.

Et si vous vous demandez comment le photographe et réalisateur branchouille Jean-Baptiste Mondino (les clips des Rita Mitsouko, d’Alain Bashung et de Lenny Kravitz… les publicités Jean-Paul Gaultier et Dior…) s’est retrouvé aux manettes, l’idée vient du label.

Nicole Schluss, directrice marketing et responsable de la promotion des artistes de Delabel : « À l’époque, on travaillait beaucoup lui. On se disait qu’il pourrait sortir Oxmo des codes purement street. Il est passé au studio, on lui a suggéré l’idée et il a tout de suite eu envie de surfer sur le côté opéra. Il a fait la photo et Mode 2 a ensuite réalisé tous les masques que l’on voit sur la pochette. En rassemblant tout ça, ça donnait un côté commedia dell’arte. »

Jacques Brel

La Ref’ ? : Pas de référence en particulier à l’auteur de Ne me quitte pas et du Port d’Amsterdam, mais un surnom, le ‘Black Jacques Brel’, qui va très vite lui coller à la peau comme il l’expliquait en 2018 chez Konbini.

« Quand j’ai commencé à enregistrer cet album, j’ai tout de suite fait le lien entre le rap et la chanson française. Je suis arrivé avec des morceaux comme ‘L’Enfant seul’, alors que je me suis plutôt établi avec des titres comme ‘Pucc Fiction’. J’ai tout de suite voulu apporter ce côté chanson française dans ma musique, parce que je pouvais écouter Biggie et l’intégrale d’Aznavour ou de Jacques Brel dans la même journée, et avec autant de passion. Leurs paroles, leurs interprétations me parlaient. Même si c’était la musique de mes parents, c’était ancré en moi. »

« Ma force, c’est d’avoir voulu proposer ce mélange entre hip-hop et tradition française. ‘Black Jacques Brel’, c’est simplement venu parce qu’il y a vingt ans, c’était très rare et vraiment pas assumé. Bien sûr, ce n’est plus le cas maintenant. Il y a des artistes comme Gaël Faye, Grand Corps Malade, Stromae… Lui est encore plus Brel que moi, d’ailleurs ! Il y a Lomepal aussi. De nos jours, ce mélange est établi, naturel et revendiqué. »

Mississippi Burning

La Ref’ ? : « Je vous le dis. Je n’ai plus d’amour dans le cœur. Aujourd’hui seule la colère emplit mon cœur… » sur Visions de vie qui reprend un discours prononcé dans le film par un pasteur noir

Sorti en 1988, Mississippi Burning d’Alan Parker revient sur les meurtres de trois militants des droits civiques par des membres du Ku Klux Klan et de la police locale lors du Freedom Summer, cette campagne menée durant l’été 1964 afin encourager un maximum d’Afro-Américains à s’inscrire sur les listes électorales.

Ox’ : « Rien ne pouvait mieux exprimer ce que je ressentais à ce moment-là. C’était une façon pour moi de dire aux auditeurs : ‘Voilà dans quel état d’esprit se trouve la personne que vous allez écouter pendant plus d’une heure’. Ça donnait la température de l’eau, et ça faisait écho aux droits civiques en Amérique, à la lutte des blacks, etc. »

« C’était âpre, obscur. C’était ma colère et tout ce qui se passait autour. On venait de se séparer avec le collectif Time Bomb, je n’allais pas super fort dans ma vie, et j’avais plein de doutes en rentrant en studio. »

Les Voyages de Gulliver

La Ref’ ? : « Tout a un prix même ma haine, mesure, la tienne une puce, la mienne baleine/Ou compare : toi Liliput, moi Gulliver » sur Visions de vie

Roman satirique du britannique Jonathan Swift écrit en 1721, il conte les aventures de Lemuel Gulliver, un ex-médecin devenu capitaine de vaisseau, qui se rend successivement à Lilliput, la cité des nains, à Brobdingnag, la cité des géants, à Laputa, la cité flottante, puis au pays des Houyhnhnms où les chevaux font la loi.

Sous ses apparences enfantines, Les Voyages de Gulliver se lit comme une critique féroce des mœurs sociales et politiques.

Dans ses dernières pages, le livre tourne d’ailleurs au traité de misanthropie, avec un narrateur profondément dépité par la médiocrité de l’individu.

Donnie Brasco

La Ref’ ? « Donnie Brasco a.k.a Joey Pistone/Depuis le film, je sais qui tu es » sur Hitman

En 1976, le FBI lance pour six mois l’opération Sun-Apple dans le but de démanteler un réseau de vol de camions de marchandises.

Agent sous couverture, Joseph Dominick Pistone, rebaptisé Donnie Brasco, se retrouve par la force des choses en mèche avec la famille Bonanno, l’une des cinq familles mafieuses newyorkaises.

Débute alors un travail d’infiltration qui va durer six ans.

En 1981, bien que Pistone soit sur le point d’être affranchi, la justice fédérale entreprend un vaste coup de filet qui aboutit à plus de 200 mises en examen et plus de 100 condamnations.

Humiliée, la Mafia offre 500 000 dollars de récompense en échange de la vie de Pistone et exclut la famille Bonanno de la Commission (la structure de commandement qui regroupe les Cinq familles NDLR).

Très ironiquement, cette décision a permis à la famille Bonanno de survivre, en lui faisant échapper en 1985 au retentissant procès de la Commission à l’issue duquel tous ses cadres ont écopé de longues peines.

Loi du karma, en 2004, Joseph Massino, le parrain qui a fait renaître de ses cendres la famille Bonanno, a été rattrapé par la justice et condamné à la perpétuité pour avoir ordonné l’assassinat de Dominck Napolitano (Sonny Black dans le film).

Aujourd’hui âgé de 82 ans, Joey Pistone continuent de vivre sous protection, quand bien même depuis quelques années, il lui arrive d’accorder des interviews face caméra.

Côte Ouest

La Ref’ ? « Mais quand il y a un mort, bonjour les épisodes d’un feuilleton long comme Côte Ouest » sur Qui peut le nier

Un soap opéra comme seules les années 80 savaient les faire (Dallas, Santa Barbara…).

Un générique débridé (« CÔÔÔte ouuEEEST !!! »), des brushings stupéfiants et des intrigues à rallonge (14 saisons, 344 épisodes)

Le genre de série parfaite pour repasser ou taper une sieste.

Time Bomb

La Ref’ ? « Tu me fais flipper comme Time Bomb au mic » sur Peur Noire

Le collectif sans qui le rap français ne serait pas le rap français.

Né au milieu des années 90, il regroupait notamment les Lunatic, les X-Men, Pit Baccardi et Oxmo, qui tous se tiraient la bourre lors de freestyles mémorables sur les ondes de la radio Générations.

Véritable école de la rime, Time Bomb a révolutionné le phrasé alors en vigueur chez les emcees pour le faire rentrer à proprement parler dans l’ère du flow à coup de consonances, d’onomatopées et d’accentuations inédites.

Découpée dans tous les sens, la langue française y a gagné en rythme et en technicité.

« On l’a faite exploser. On a cassé les codes traditionnels, le sujet-verbe-complément » résumera Cassidy des X-Men.

Dommage qu’à quelques morceaux près passés à la postérité (Le Crime paie, Retour aux pyramides, Les Bidons veulent le guidon, Pucc’ Fiction…), toute cette maestria ne se soit pas traduite sur disque.

La faute au business qui a un peu trop pris le pas sur la musique lorsque Time Bomb s’est mué en label, et à « ces millions qui n’existaient pas » dixit Oxmo.

Moe Greene

La Ref’ ? « J’suis Jon Smoke alias Moe Greene alias Ox » sur Alias Jon Smoke

Le gangster inspiré de Benjamin ‘Bugsy’ Siegel dans Le Parrain.

Tout comme son modèle, il est présenté comme l’homme qui a transformé Las Vegas en paradis du jeu – en vrai, Siegel s’est contenté de reprendre avec l’argent des autres un chantier en cours sur un terrain qu’il n’avait pas acheté.

Personnage pour le moins arrogant, il se fait assassiner à la fin du film pour avoir giflé Fredo pour avoir refusé de vendre son casino à la famille Corleone.

À en croire Pussy des Soprano, si une balle lui a été logée l’œil (un mode d’exécution surnommé depuis le « Moe Greene special »), c’est pour avoir a eu « les yeux plus gros que le ventre ».

Sa disparition aura pour conséquence de déclencher l’ire de son ami de longue date Hyman Roth dans Le Parrain II (le personnage inspiré par Meyer Lansky, l’ami de longue date de Siegel dans la vraie vie).

Les téléphones mobiles Bouygues

La Ref’ ? « Saisis mon Bouygues » sur Hittman, « Mon Bouygues sonne » sur Alias Jon Smoke

En 1998, l’internet se paie à la minute, les cabines téléphoniques peuplent les rues et sortir son portable à la terrasse d’un café attire tous les regards.

Seuls 10 millions de Français sont équipés de ces objets de science-fiction que beaucoup considèrent comme une mode.

Cette même année, le réseau s’ouvre toutefois à la concurrence en accueillant dans ses rangs un nouvel opérateur aux côtés des historiques Itineris (ex-Orange) et SFR, Bouygues Telecom.

Dès lors, le marché se fluidifie (un peu), les prix baissent (un peu) avec l’apparition des forfaits (une heure de communication pour 25 euros avec Ola…) et différentes marques de téléphones commencent à faire fureur comme le finlandais Nokia, l’américain Motorola ou le suédois Ericsson plébiscité au même moment par Lino d’Ärsenik.

Les Clarks

La Ref’ ? « L’album de Biggie, Clarks et chaînes en or en poster pour le décor » sur 24 heures à vivre

À l’époque d’Opéra Puccino, pour qui voulait rentrer en boîte de nuit sans être le fils du patron, c’était chaussures bateau pour tout le monde.

Seule alternative possible pour les fans de rap qui ne souhaitent pas trop se déguiser : faire blouser son polo Lacoste/Hanes/Façonnable dans le pantalon et se pointer avec des Clarks Originals Wallabees aux pieds.

Popularisé par le Wu-Tang Clan, le modèle faisait office de compromis entre le soulier et le mocassin.

Le peuple Bambara

La Ref’ ? : « J’suis né en Afrique noire, Malien je suis Bambara » sur Sortilège

Né Abdoulaye Diarra le 4 août 1974 à Ségou, Oxmo Puccino a émigré un an plus tard avec sa mère dans le 19ème arrondissement de Paris.

Il est d’origine bambara (« ceux qui ont refusé de se soumettre »), une ethnie principalement établie au Mali qui compte à un peu moins de 9 millions d’individus.

Cyrano de Bergerac

La Ref’ ? L’interlude Black Cyrano de Bergerac

Rappeur littéraire s’il en est, l’ami Oxmo s’amuse à parodier la pièce d’Edmond Rostand.

Écrite alors qu’il n’avait que 29 ans, elle est jouée pour la première fois le 28 décembre 1897 à Paris.

Elle rencontre d’emblée le succès, à tel point qu’à la fin de la représentation, le ministre des Finances Georges Cochery traversa la salle pour venir épingler sa propre Légion d’honneur sur la poitrine de Rostand et lui dire : « Je me permets de prendre un peu d’avance. »

Immortalisé au cinéma par Gérard Depardieu dans le film de Jean-Paul Rappeneau (1990), le personnage est inspiré d’un véritable poète du XVIIe siècle, Savinien de Cyrano dit de Bergerac (1619-1655).

Réputé aussi bien pour sa bravoure que pour son éloquence, il ne rencontre malheureusement pas le même succès en amour, son physique ingrat le privant de tout espoir de s’attirer les faveurs de la belle et douce Roxanne.

Chef-d’œuvre du patrimoine, Cyrano de Bergerac vaut bien entendu pour la qualité de son texte, que ce soit pour sa fameuse tirade du nez et quantité d’autres citations.

« Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais ! Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès ! Non ! Non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! »

Demain c’est loin

La Ref’ ? « Je pense à Momo qui m’a dit ‘A +’. Jamais je ne l’ai revu… » sur Mourir 1 000 fois

Les paroles qui concluent Opéra Puccino, piquées à Shurik’n sur le classique d’IAM.

Morceau fleuve de 9 minutes, Demain c’est loin est-il le plus grand morceau de rap français de tous les temps ?

Seizième et dernière piste de L’École du micro d’argent (1997), il incarne en tout cas une certaine idée du rap : des paroles sensées, des rimes travaillées et une instrumentale au service du texte.

Pour la génération TikTok, il y a en tout cas moyen que cela paraisse très lointain.

.

À LIRE AUSSI : 18 CHOSES QUI ONT CHANGÉ DANS LE RAP FRANÇAIS EN 18 ANS

Dossiers

VOIR TOUT

À lire aussi

VOIR TOUT