Dossiers

40 anecdotes pleines de punch sur la saga Rocky

40 anecdotes pleines de punch sur la saga Rocky

Parce que Rocky c’est la vie…

1. Le premier combat de Rocky contre Apollo Creed s’inspire d’un combat de Muhammad Ali.

Le 24 mars 1975, le Greatest alors au sommet de sa forme a affronté Chuck Wepner, un boxeur de seconde zone qui contre toute attente ne s’est incliné contre lui qu’à 19 secondes de la fin du quinzième round, et qui l’a même envoyé au tapis au neuvième round (Ali prétend avoir glissé).

En 2003, Wepner a poursuivi Sylvester Stallone en justice pour lui réclamer une compensation financière, avant de conclure trois ans plus un accord à l’amiable.

L’histoire de Chuck Wepner a notamment été racontée en 2011 dans le très bon documentaire The Real Rocky diffusé sur la chaîne ESPN.

2. Suite au combat entre Wepner et Ali, Stallone a bouclé un premier scénario en trois jours et demi à peine.

Ce premier jet était néanmoins très différent du résultat final et du propre aveu de Sly, seuls 10% ont été conservés.

Parmi les différences les plus notables, on peut souligner le fait que son entraîneur Mickey était ouvertement raciste, qu’Adrian était sous l’influence d’une mère extrêmement autoritaire (le personnage a été remplacé par Paulie, le frangin violent et alcoolique) ou qu’Apollo Creed était Jamaïcain.

Plus surprenant encore, à la fin Rocky acceptait de se coucher en échange d’un pot-de-vin afin de pouvoir se payer avec Adrian une boutique d’animaux.

3. Muhammad Ali s’est lui beaucoup amusé de sa ressemblance avec Apollo Creed.

En 1977 il a ainsi surpris Sylvester Stallone en pleine cérémonie des Oscars. Tandis que ce denier s’apprêtait à remettre un prix, Ali est apparu dans son dos et lui a jeté tout sourire : « I’m the real Apollo Creed ! I watched the movie you stole my script ! »

Les deux hommes ont ensuite mimé un début de combat avant de se tomber dans les bras.

4. Le studio ne voulait pas de Sylvester Stallone dans le rôle de l’Étalon italien, lui préférant James Caan, Burt Reynolds ou Ryan O’Neal.

United Artists est allé jusqu’à lui proposer 340 000 dollars pour qu’il passe la main, ce qu’il a refusé quand bien même sa décision a plombé le budget du film et qu’il n’a touché que 23 000 dollars de salaire.

5. Rocky a ainsi été tourné avec un peu moins d’un million de dollars (un peu moins de quatre millions de dollars actuels), ce qui a poussé la production a pas mal rogner sur les dépenses.

Les vêtements portés à l’écran par Sylvester Stallone sont ainsi les siens, Carrie Snodgress qui avait initialement été choisie pour jouer « Adrienne » n’a pas pu être embauchée pour cause de cachet trop élevé, la scène de la patinoire entre Rocky et Adrian a été tournée lors des horaires de fermeture, les lumières du combat final ont été baissées au maximum pour éviter d’engager trop de figurants dans le public, etc.

6. Si Rocky est croisé cigarette au bec à la fin de son combat conte Spider Rico, ce n’est pas un hasard : il s’agit d’un placement de produit de la part de Philip Morris (Marlboro, Chesterfield, L&M…).

La pratique a longtemps été courante à Hollywood, le cigarettier américain ayant notamment sponsorisé Grease, Crocodile Dundee, Piège de cristal ou encore Qui veut la peau de Roger Rabbit ?.

7. Fauché de chez fauché avant le tournage de Rocky, Stallone a vendu son chien Butkus 50 dollars car il ne pouvait plus le nourrir. Une fois son premier chèque en poche, il s’est empressé d’aller le récupérer.

8. Si Rocky mesure officiellement 1m86, Stallone ne culmine lui qu’à 1m78.

Ce petit arrangement explique pourquoi dans le troisième volet le personnage de Thunderlips est crédité à 2m13 alors qu’Hulk Hogan mesure 2m02.

9. Le père et le frère de Sylvester Stallone apparaissent dans le premier film : son père est vu sonner la cloche à l’entame du premier combat, son frère Frank chante au sein de chorale de rue improvisée.

Photographe sur le plateau, sa femme Sasha sera ensuite aperçue dans L’Œil du Tigre : la groupie que Rocky embrasse en plein entraînement, c’est elle.

10. Non Rocky n’est pas le seul boxeur à frapper des carcasses de viande dans une chambre froide, Joe Frazier faisait ça avant lui dans la vraie vie.

Originaire de Philadelphie, ‘Smokin Joe’ (le premier boxeur à avoir jamais battu Muhammad Ali) a un temps été considéré pour jouer Apollo avant de se voir offrir un caméo à la toute fin du film.

Reste que quand Sly s’est mis à puncher de la bidoche, il s’est salement blessé : « J’avais les mains bandées de manière à ne pas me briser pas les os. Sauf qu’après huit heures là-bas dedans, le froid a pénétré mes bandages au point que je me suis complétement aplati une phalange. Et depuis ce jour, je n’ai plus que neuf phalanges. »

11. Premier Rocky réalisé par Sylvester Stallone, Rocky 2 : La Revanche n’est cependant pas le premier film réalisé par Sylvester Stallone.

Un an plus tôt il avait en effet dirigé La Taverne de l’enfer (Paradise Alley en VO). En guise de clin d’œil, un poster du film peut d’ailleurs être aperçu à l’arrière d’un bus au tout début de Rocky 2 lorsqu’une ambulance conduit Rocky à l’hôpital.

12. Rocky s’appelle-t-il vraiment Rocky ?

À en croire une première version du script, son prénom serait en réalité Robert. Rocky ne serait donc qu’un surnom.

Un mythe tombe.

13. Chuck Wepner a manqué de peu d’être au casting de Rocky 2 sous les traits d’un d’entraîneur.

Ses essais ont toutefois été tellement calamiteux que le rôle a été tout bonnement supprimé du scénario.

Stallone lui fera une petite dédicace dans Haute Sécurité (Lock Up) en 1989 en renommant le personnage joué par Sonny Landham « Chink Weber ».

14. Le jogging matinal auquel s’adonne Rocky en vue de préparer sa revanche contre Apollo s’étend sur plus de 27 kilomètres !

C’est ce qu’en a déduit le journal local Philly Mag qui a minutieusement décortiqué tous les monuments vus en fond pour établir le trajet.

De quoi être admiratif des 800 enfants (!) débauchés par la production qui l’accompagnent.

15. Le boxeur avec qui Rocky met les gants à l’entraînement n’est ni plus ni moins que le grand Roberto Durán, un boxeur panaméen champion du monde dans quatre catégories de poids entré dans la légende pour ses duels dantesques contre Marvin Hagler, Thomas Hearns et Sugar Ray Leonard.

Sur le tournage, Stallone a brièvement tenté de se mesurer à lui entre les cordes avant de vitre comprendre la différence de niveau : « Quand commence le sparring il ne vous semble pas impossible de faire jeu égal. Après vous prenez quelques coups et vous comprenez que vous n’êtes qu’un acteur. »

16. Le rôle d’Adrian a été abondamment réécrit quand il s’est avéré que Talia Shire s’était engagée en parallèle sur un autre film, Old Boyfriends.

C’est ainsi que toute l’intrigue autour de son coma a été rajoutée pour diminuer son temps de présence à l’écran et justifier qu’elle regarde le combat chez elle devant sa télé avec Paulie, et non au stade, ce qui a permis de shooter la scène plusieurs mois après la fin du tournage.

17. Le fight contre Thunderlips/Hulk Hogan qui ouvre Rocky 3 : L’Œil du tigre est inspiré d’un combat de gala entre Chuck Wepner et André le Géant, un catcheur professionnel français qui mesurait 2,24 m et pesait 235 kilos.

Comme dans le film, le combat a vite dérapé, et comme Rocky, Wepner s’est retrouvé projeté en dehors du ring tandis qu’une bagarre générale a manqué de peu d’éclater.

Très ironiquement, André le Géant était dans les années 80 le grand rival d’Hulk Hogan au sein de la WWF.

18. Avant de faire ses grands débuts au cinéma à 39 ans dans le rôle de James ‘Clubber’ Lang, Mister T a officié comme garde du corps auprès de différents boxeurs professionnels, dont Muhammad Ali, Sugar Ray Leonard et Leon Spink.

Durant ses jeunes années, le futur Barracuda de L’Agence tous risques a également été militaire et videur.

19. Bien que le personnage de Clubber Lang ait jusqu’à encore aujourd’hui marqué les esprits, à l’époque il n’avait guère emballé la critique et avait valu à Mister T une nomination au Razzie Awards dans la catégorie Pire révélation.

20. Non seulement la statue en bronze inaugurée au début du film existe bien, mais elle existe en trois exemplaires.

Un premier exemplaire trône en bas des marches du Musée d’Art de Philadelphie, un deuxième exemplaire été offert au Hall of Champions Sports Museum de San Diego, et un troisième a été mis aux enchères pour supporter l’International Institute for Sport and Olympic History de Pennsylvanie.

Notez que la statue de Rocky peut être vue dans les films Un fauteuil pour deux avec Eddie Murphy et Don Akroyd et Philadelphia avec Tom Hanks.

21. Indissociable de Rocky 3, le tube Eye Of The Tiger des Survivors a bien failli ne jamais apparaître sur la bande originale.

À en croire le chanteur du groupe Jim Peterik, la barre avait été mise trop haut par Stallone : « Quand nous avons vu la première version du montage, dans la scène où nous devions composer une chanson c’est Another One Bites The Dust des Queens qui était joué. Ça collait tellement bien que nous avons appelé Sly pour lui demander pourquoi il n’utilisait pas le morceau ? Ce à quoi il nous a répondus qu’il n’arrivait pas à avoir les droits. Là nous nous sommes tous regardés et nous nous sommes dits que ça n’allait pas être de la tarte de faire mieux. »

Apparemment le résultat a plus que convaincu, puisque Eye Of The Tiger a été préféré à You’re the Best de Joe Esposito qui a fini sur la BO de The Karate Kid.

22. Mais qu’est devenu Clubber Lang après Rocky 3 ?

Légitime pour affronter Balboa une troisième fois de rang ou pour en découdre avec Ivan Drago, selon Stallone il aurait raccroché les gants pour rejoindre les chrétiens évangéliques et travailler à l’occasion comme annonceur autour des rings.

L’une des premières versions du scénario de Rocky Balboa envisageait d’ailleurs le retour de Lang en tant que commentateur du combat entre Rocky et Mason.

23. Détesté de tous, SICO le robot qui parle de Rocky IV apparaît néanmoins à l’écran pour une raison des plus nobles.

Mis au point pour communiquer avec les enfants autistes, Sylvester Stallone, lui-même père d’un fils autiste (Seargeoh Stallone, le nourrisson aperçu dans Rocky 2), l’a placé dans le film pour en faire la promotion et renforcer le lien qui l’unissait à son fils.

24. Révélé dans le rôle du grand méchant socialiste Ivan Drago, le suédois Dolph Lungred n’est pas qu’un tas de muscles : il est titulaire d’une maîtrise en chimie.

« À l’époque, je voulais imiter mon père et m’engager dans une carrière d’ingénieur. Jamais je n’aurais pensé au cinéma ou au show-business. »

25. En tout et pour tout Drago ne prononce que neuf petites lignes de dialogues de tout le film, soient 46 mots en 91 minutes.

Toutes sont néanmoins devenues iconiques : « You will lose », « I defeat all men », « I must break you », « If he dies, he dies »

Plus de 40% de son texte est entendu dans l’avant-dernier round du combat contre Rocky.

26. La scène où Ivan Drago est présenté au public sur un ring monté par un ascenseur capture un moment bien particulier.

« Quand nous avons tourné cette scène au MGM Grand de Las Vegas, j’étais abasourdi. La personne que vous voyez à l’écran ce n’est pas Drago, c’est Dolph Lundgren qui à 27 ans n’en revient pas de ce qui lui arrive. Quand je la revois, c’est toujours avec émotion. C’est l’ancien moi que je revois. »

27. Dolph Lundgren a envoyé Sylvester Stallone à l’hôpital.

Lors des répétitions du combat, Lundgren a en effet pris au pied de la lettre l’ordre de Stallone de le frapper sans retenue pour accentuer le réalisme de la séquence.

Résultat, l’acteur/réalisateur a dû être transféré en soins intensifs pendant cinq jours.

« Il m’a frappé tellement fort que mon cœur a tapé dans mes côtes et s’est mis à gonfler. C’est d’habitude le genre de truc que l’on voit dans les accidents de voiture. C’est comme si j’avais pris un camion en pleine poitrine. »

28. Selon Stallone, Dolph Lundgren est parmi les acteurs le meilleur boxeur de la série, loin devant Carl Weathers.

« Quand mon frère Frank mettait les gants avec Carl, il jouait avec lui comme un renard avec sa proie. Un jour sur le tournage, j’ai vu Dolph projeter Carl d’un mètre après un coup de poing. Plutôt que riposter, Carl est alors descendu du ring hors de lui en menaçant d’appeler son agent pour quitter le film… En termes de boxe, je classerais donc Dolph premier, moi second, Mister T troisième, Paulie quatrième et Carl Weathers dernier. »

29. Guerre froide oblige, pas une seule scène de Rocky IV n’a été tournée en URSS.

Les montagnes sur lesquelles Stallone grimpe sont celles du Wyoming, le combat entre Drago et Rocky a été filmé à Vancouver au Canada.

30. Tony Burton qui interprète Duke, le coach d’Apollo puis de Rocky, a dans les années 50 participé aux prestigieux Golden Gloves dans la catégorie poids-lourds.

C’est après avoir purgé une peine à trois et demie de prison pour braquage qu’il s’est lancé dans une carrière d’acteur.

L’auteur de la fameuse réplique « no pain » a pu ainsi être vu dans Assaut de John Carpenter ou Shining de Stanley Kubrick – passionné d’échecs, il s’adonnait avec le réalisateur britannique à de longues parties entre les prises.

R.E.P.

31. C’est peu dire que Sylvester Stallone déteste Rocky 5.

Outre le fait qu’il lui attribue régulièrement la note de 0/10 en interview, il est le seul film de la franchise dont aucune image d’archives n’est réutilisée dans Rocky Balboa.

32. Rocky était censé mourir à la fin de Rocky 5.

Une première version du script le faisait en effet succomber à ses blessures dans l’ambulance qui l’amenait à l’hôpital.

Présente à ses côtés jusqu’à la fin, Adrian devait ensuite prononcer un discours à la sortie de l’hôpital sur la transmission de son héritage sur fond de flashbacks.

33. Tommy Morrison qui joue Tommy ‘The Machine’ Gun était un boxeur pro de talent.

Avant d’être recruté pour Rocky 5, il pouvait se vanter d’être le poids lourd ayant le plus combattu à son âge sans avoir été jamais vaincu. Peu de temps après la sortie du film, il s’est arrogé à 22 ans la ceinture mondiale WBO.

En 1996 Morrison a toutefois dû mettre un terme à sa carrière après avoir été testé séropositif. Il est décédé en 2013.

34. Sage Stallone, le fils de Sylvester Stallone, joue le fils de Rocky.

Sly a ici pas mal fait le forcing puisque dans le film son fiston est censé avoir 9 ans là où Sage en avait 14.

35. Initialement Sylvester Stallone souhaitait engager le volcanique Roy Jones Jr. dans le rôle de Mason ‘The Line’ Dixon, son ultime adversaire dans Rocky Balboa.

Après lui avoir laissé « 31 messages sans réponse », son choix s’est donc porté sur Antonio Tarver (qui avait vaincu Jones deux fois en trois combats entre 2003 et 2005).

36. Malgré le décès d’Apollo Creed deux films plus tôt, Carl Weathers tenait absolument à avoir un rôle dans Rocky Balboa, façon Mickey dans Rocky 5.

Face au refus de Stallone, Weathers lui a interdit d’utiliser la moindre image d’archives de son personnage, raison pour laquelle sont utilisées en lieu et place des images d’un boxeur qui lui ressemble.

37. Le combat contre Dixon a été filmé pendant un vrai combat de boxe.

Lors du duel entre Bernard Hopkins et Jermain Taylor qui s’affrontaient le 16 juillet 2005 pour les titres WBA, WBC, WBO et IBF au Mandalay Bay Resort & Casino de Las Vegas. La production en a profité pour investir les lieux au préalable afin de se servir des décors et de la foule – voir ici les quelques mots adressés au public par Stallone.

38. La tombe d’Adrian existe bel et bien.

Décédée le 11 janvier 2002, elle repose dans un cimetière de Philadelphie situé au 3822 Ridge Avenue près de East Fairmount Park (?!).

Insatisfait des modèles de fausses pierres tombales qui lui étaient proposés, Stallone avait en effet demandé à ce que soit fabriquée une vraie (apparemment à ses frais).

39. Les tortues achetées par Rocky à la boutique d’Adrian dans le premier film apparaissent dans Rocky II, Rocky Balboa, Creed et Creed 2.

Baptisées Cuff et Link (« cufflink », bouton de manchette en français), Stallone les avait ramenées chez lui après le tournage.

Aucune nouvelle en revanche de Punchy, le chien adopté à la fourrière par Rocky dans Rocky Balboa et qui n’apparaît pas nulle part à l’écran dans Creed.

R.E.P ?

40. Sylvester Stallone a choisi pour une raison bien précise de filmer la traditionnelle scène de la montée des marches du Musée d’Art de Philadelphie à la toute fin du tournage de Rocky Balboa.

La charge émotionnelle était en effet telle qu’il pensait qu’il s’agissait de la meilleure manière de faire ses adieux au personnage.

« Cette course transmet toute l’essence de ce que sont les Rocky. »

À LIRE AUSSI 
Le classement définitif de tous les Rocky !

Dossiers

VOIR TOUT

À lire aussi

VOIR TOUT