Ce jour où... McDonald's a failli racheter le rap

Avec la série « Ce jour où... » Booska-P revient sur ces anecdotes de plus ou moins grande importance qui ont marqué l'histoire du rap. Aujourd'hui, place à ce jour où Ronald a tenté de corrompre les emcees...

par Aurelien

Toujours prompts à dégainer des noms de marque dans leurs textes, les rappeurs ont initié bon nombre de phénomènes de mode – des Adidas des Run DMC, au Courvoisier de Busta Rhymes, en passant par les polos Lacoste des frangins Ärsenik.

En 2005, McDonald's contacte ainsi l’agence de marketing Maven Strategies afin de lancer à très grande échelle une compagne inédite pour paraître à la page (« culturally relevant » dans le texte) auprès des 18-34 ans, et accessoirement les pousser à venir consommer toujours plus de burgers dans ses franchises rouges et jaunes.

L’idée consiste, non pas de sponsoriser directement des artistes, mais à les inciter à mentionner autant que possible ses produits dans leurs textes.

McDonald’s prévoit ainsi de les rémunérer (après validation d’un comité d’écoute) entre 1$ et 5$ à chaque fois que leur chanson est jouée en radio. Une technique ingénieuse qui en sus de créer une forte dynamique (une chanson qui tourne sur les ondes aura tendance être plus vendue, plus jouée en clubs, plus téléchargée…), permet de réduire à zéro les risques d’investissement, tout en incitant les rappeurs à produire un maximum de contenus.

Qui a dit que la musique n’influençait pas les mœurs ?

La stratégie a déjà fait ses preuves, Maven l’ayant  appliquée l’année précédente à la marque d’alcool Seagram’s gin. Outre Kanye West, Twista et les Franchise Boys qui tous ont rimé explicitement sur le sujet, Petey Pablo a balancé sans pression dans son Freek-a-leek (deuxième plus gros hit rap de l’année 2004, 350 000 passages radio) : « Now I got to give a shout out to Seagram's Gin / Cause I’m drinkin’ it and they payin’ me for it. »

[« Et maintenant je dois balancer une dédicace à Seagram's Gin/ Parce que j’en bois et qu’ils me payent pour ça. »]

Heureusement pour la santé publique, le projet bien que sur le point d’être finalisé, n’a pas pu voir le jour devant le concert de protestations d’associations de parents et de ligues contre l’obésité.

A lire aussi :

Ces 8 rappeurs qui se sont lancés dans la restauration !

Retrouvez tous les articles de la série « Ce jour où… » en cliquant ici.

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1719 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

Aucun commentaire sur la news
Pseudo
Mail

Top actus