3 853 Vues
  • Currently 3.57/5
3.6/5

Pee Wee, dealeur et roi de la balle orange [DOSSIER]

Posté le 17 Novembre 2017 à 12h43, par Aurelien
Pee Wee, dealeur et roi de la balle orange [DOSSIER]

En 1968 les Bulls de Chicago drafte le meneur de jeu new-yorkais que Sports Illustrated a qualifié de « probablement l’universitaire le plus rapide » de sa génération, Pee Wee Kirkland.

Belle trajectoire pour ce gosse des quartiers mal famés qui impose sa loi depuis 10 ans au Rucker Park, le terrain de basket culte de Harlem qui a vu défiler Kareem Abdul-Jabbar, Wilt Chamberlain, Jamal Mashburn ou encore Chris Mullin.

L’histoire ghetto fabolous somme toute assez classique aurait pu en rester là, si ce n’est que Pee Wee décline l’offre. Motif : il est déjà engagé avec une autre équipe qui lui rapporte bien plus que les 40 000 dollars proposés sur deux ans...

Legend in two games like I’m Pee Wee Kirkland – Pusha T

Membre éminent d’un gang qui donne dans le trafic d’héroïne, les braquages de bijouteries et le blanchiment d’argent, il règne depuis quelques années déjà sur le crime et mène grand train, Rolls Royce, manteaux en fourrure et accoutrement de pimp à l’appui.

Ami de Frank Lucas (celui-là même incarné par Denzel Washington dans American Gangster), il devient le premier noir à ouvrir une bijouterie à Harlem.

Surnommé dans son quartier « la banque » en raison de ses talents d’usurier, au fait de sa gloire, il s’offre selon le bouquin Gangsters of Harlem une couronne de roi coûtant la bagatelle de 373 000 $.

La passion de la balle orange avant tout

Aux côtés des Clipse dans le clip Grindin’

Étonnamment, malgré son mode vie Pee Wee reste accro au jeu et s’y dédie corps et âme, y compris lorsqu'il neige et que lui et ses compères doivent déblayer le terrain pour pouvoir dribbler.

De 68 à 71, au cours du Rucker League tournament, Kirkland se mesure aux stars de la NBA que sont ou seront Julius Erving, Tiny Archibald et Charlie Scott. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il impressionne son monde grâce à son jeu sans pareil. Il termine plusieurs fois meilleur marqueur du tournoi.

« J’ai joué aux Lakers période ‘Showtime’ », se souvient Bob McAdoo, titulaire de trois titres de meilleurs marqueurs en NBA, « mais Pee Wee orchestrait le Showtime à Norfolk State vingt ans avant ». Son coéquipier à la fac, le quadruple All-Star Bob Dandridge affirme lui « qu’il aurait sans aucun doute été une star en NBA. Le seul meneur qui pouvait s’approcher de son niveau à l’époque était Tiny Archibald ».

Ce dernier, qui a été son adversaire le plus acharné sur les playgrounds, a déclaré « Pee Wee était plus flashy que quiconque, mais il était aussi capable de contrôler les matchs. Il ne perdait jamais de vue l’essentiel dans le basketball : mettre la balle dans le panier et gagner les matches ».

Pas étonnant que malgré son choix de carrière les équipes pro continuent de le courtiser, que ce soit les Knicks ou les San Diego Rockets de la défunte ABA, tandis que des coachs de légende comme John Wooden ou Red Holzman font son éloge.

La tôle puis la réinsertion

Reste que choisir la rue n’est pas sans conséquence. En 1971 Pee Wee Kirkland est arrête puis envoyé au pénitencier fédéral de Lewisburg, Pennsylvanie. Convaincu de trafic de drogues puis d’évasion fiscale, il écope d’une peine de 10 ans de prison. Mais même derrière les barreaux la légende s’accroît.

Leader d’une équipe membre de l’Anthracite Basketball League, un championnat semi-professionnel qui accueille quelques équipes de prison. Il y délivrera quelques performances mémorables. En 1974 il balance 135 points face à une équipe lituanienne – score final : 228-47. L’info sera reprise par certains quotidiens nationaux comme le prestigieux Washington Post ou le Philadelphia Inquirer qui titrera même : « Kirkland est-il un nouveau Chamberlain ? ».

À sa sortie de prison, Pee Wee fera la couverture du Times.

Durement touché par son séjour carcéral et conscient de l’impact de ses choix sur ses proches, Kirkland opère un virage à 180° une fois sa liberté retrouvée. Il décroche un master, puis écrit une thèse sur la violence juvénile.

Depuis, il parcourt depuis les États-Unis et donne des conférences sur ce sujet, utilisant sa science du jeu pour engager le dialogue avec les jeunes et les aider dans leur orientation, à l’image du programme School Of Skillz qu’il a créé.

Si son passé tumultueux est maintenant loin derrière lui, ce sont désormais les rappeurs via leurs textes (des frangins de Clipse à Ja Rule en passant par Fat Joe ou Future) qui s’occupent de faire perdurer la légende du meilleur joueur à n’avoir jamais joué en NBA.

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1641 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

6 commentaires sur la news

Pseudo
Mail

Top Commentaires

Article très intéressant... Bravo !
Je ne connaissais pas du tout l'histoire de cet homme et elle est pour le moins étonnante et surprenante.

Val le 17/11/2017 à 15h27 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

C'est sympa de citer les Clipse

Egzegzu le 17/11/2017 à 19h29 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Tous les Commentaires

Super article ! D'ailleurs il témoigne dans un docu sur le street à New York je sais plus comment il s'appelle mais ce docu est à voir pour tous les passionnés de Basket !

Nass le 17/11/2017 à 22h17 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Merci Nass.

Tu dois parler du docu le documentaire « Doin’ It In The Park ».

Aurelien le 17/11/2017 à 22h17 - Signaler - 0Soutenir +1

Trés bon article mais le titre de meilleure joueur à n'avoir jamais joué en Nba ne revient t'il pas à Earl"The GOAT" Manigault ?

Monkd le 17/11/2017 à 20h44 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Mais non c'est Len Bias bien sûr :) En vrai par définition on ne saura jamais. Disons que là t'as le top 3.

Aurelien le 17/11/2017 à 20h44 - Signaler - 0Soutenir +1

C'est sympa de citer les Clipse

Egzegzu le 17/11/2017 à 19h29 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Article très intéressant... Bravo !
Je ne connaissais pas du tout l'histoire de cet homme et elle est pour le moins étonnante et surprenante.

Val le 17/11/2017 à 15h27 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Reçois le top de l'actu

Reçois dans ta boite mail le top des actu du rap, foot et cinéma.

Le meilleur de l'actu

« Old Town Road » est enfin tombé !
La Playstation 5 devrait coûter très cher...
Young Thug clarifie sa sexualité une bonne fois pour toute
Toutes les actualités
Me connecter avec mon pseudo / email
Me connecter avec les réseaux sociaux Log avec Facebook
Pas encore inscrit sur Booskap ? M'inscrire
Mon avis sur cette nouvelle version de Booskap.