6 997 Vues
  • Currently 3.25/5
3.3/5

« The Chronic » de Dr. Dre fête ses 25 ans ! [DOSSIER]

Posté le 13 Décembre 2017 à 12h28, par Aurelien
« The Chronic » de Dr. Dre fête ses 25 ans ! [DOSSIER]

Miles Davis pour le jazz, Igor Stravinsky pour la musique moderne, James Brown pour la soul... Si l’identité d’un genre musical évolue en permanence, il arrive parfois que, touché par la grâce, un artiste révolutionne ce dernier à lui seul.

Andre Romelle Young alias Dr. Dre peut se vanter d’appartenir à ce club très fermé pour ce qui est du rap, tant la sortie de son premier album solo The Chronic marque une rupture nette entre tout ce qui s’est fait avant et tout ce qui va se faire après.

Quand jusqu’au début des années 90 le hip hop repose encore largement sur des rythmiques saccadées très breakbeat (Run DMC, Public Enemy, le Juice Crew...), Dre ouvre la voie vers un son plus rond, plus onctueux.

Un son où lignes de basses et nappes de synthé se mélangent harmonieusement sur des samples de groupes funk des années 70/80, Funkadelic et Parliament en tête. Un son qui privilégie la chaleur de l’orchestration live aux consoles de studio (une hérésie à l’époque). Un son qui, culture de la ride oblige, s’écoute poste à fond en voiture dans une ville de Los Angeles où s’entremêlent à n'en plus finir les kilomètres de routes.

Ce son c’est le G-funk, le « G » venant ici signifier « gangsta ».

The Chronic ne se contente en effet pas de proposer une couleur musicale nouvelle, Dr. Dre vient également l'habiller d’une vision, d’une mythologie.

Peuplés de « Gz », « hustlas » et autres « bicthes », les ghettos californiens se vivent l’été sur fond de barbecues et houses parties, tandis que les échanges de coups de feu entre gangs bleus et rouges viennent à l’occasion perturber la fête.

Pour nourrir cette imagerie, Dre s’entoure d’une bande d’emcees de rue (Kurupt, Lady of Rage, RBX, Dat Nigga Daz, Warren G...) qui tous vont ensuite accomplir les carrières que l’on sait. Parmi eux, brille déjà de mille feux un certain Snoop Doggy Dogg présent sur treize des seize titres et qui en compagnie de The D.O.C. se charge de l’écriture de la majorité des textes.

Dans l’ombre, l’inquiétant Suge Knight veille de tout son poids pour s’assurer de cet album fasse office de rampe de lancement de son tout jeune et ambitieux label Godfather Entertainment – label qui sera rebaptisé peu de temps après Death Row Records.

Lorsque le 15 décembre 1992 le disque arrive enfin dans les bacs, le carton critique et commercial est immédiat. Classé en troisième position des charts, il enchaîne accolades et certifications de platine jusqu’à rentrer en rotation sur des télés et radios pas toujours réputées des plus accommodantes à l’égard du rap.

Un quart de siècle et six millions d’exemplaires plus tard, alors que The Chronic est désormais unanimement regardé comme un chef d’œuvre, un opus à l’aune de laquelle se mesure la qualité des nouvelles sorties, prenons le temps de revenir dans le détail et sans complaisance sur chacune des pistes concoctées par le bon docteur Young.

1. The Chronic (Intro)

« This is dedicated to the Niggaz that was down from day one »

Dr. Dre entame l’album par ces premières paroles qui s’accompagnent du bruitage de porte de cellule suivi d’un menaçant « Welcome to Death Row ».

Snoop prend immédiatement la relève d’un frénétique « Hahaha, yeah, nine deuce » sur fond de sirènes et samples à tout va (Ohio Players, Parliament, Solomon Burke, The Honey Drippers, Gylan Kain et Jim Dandy), puis décroche dans la foulée une salve de piques à l’attention d’Eazy-E et Jerry Heller histoire de clore pour de bon l’ère N.W.A.

Autre invité de marque même si moins connu : le bassiste et claviériste Colin Wolfe avec qui Dre collabore déjà depuis plusieurs années.

Le décor est posé, les choses sérieuses peuvent commencer.

 

2. Fuck Wit Dre Day (And Everybody’s Celebratin’)

Un diss track de légende qui insulte pêle-mêle Tim Dog pour son Fuck Compton, Luke du 2 Live Crew pour son Fakin Like Gangsters et une nouvelle fois Eazy-E qui n’a pas fini de prendre cher – le clip en remet d’ailleurs allégrement une couche.

Les attaques sont portées de la manière la plus vicieuse qui soit : sur un beat tellement fou qu’il se suffit pour tout refrain.

Immature en diable, le morceau n’en reste pas moins des plus jouissifs à l’image de ce « bow wow wow yippy yo yippy yay » répèté en boucle par Snoop.

La voix soulful de Jewell vient ensuite conclure les débats.

 

3. Let Me Ride

Troisième et dernier single extrait de The Chronic, cette ode hédoniste à la ride est indissociable de son clip.

Au volant d’une Chevrolet Impala 1964 (« Chevy six-fo’ » dans le texte) et sur un refrain qui échantillonne avec brio le classique Mothership Connection (Star Child), Dre conte « another motherfucking day » dans l’immensité de LA.

Notez que pour ce qui est des lowriders et leurs suspensions hydrauliques, tout comme pour ce qui est du style vestimentaire (bandanas, pantalon Dickies, chemises à carreaux...), le gangsta rap a énormément pompé ses codes chez ses voisins chicanos de la communauté hispanique.

 

4. The Day The Niggaz Took Over

Beaucoup moins laid back, plus saturé, ce track vient rappeler les émeutes qui ont secoué la Cité des Anges quelques semaines avant que Dre ne débute l’enregistrement de l’album.

Morceau le plus chargé sociopolitiquement de The Chronic, The Day the Niggaz Took Over s’écoute comme la bande originale de ce carnage, extraits de discours militants et d’interviews à l’appui.

Mélodiquement parlant, ce flux de skits qui se superpose à l’instrumental n’est cependant pas toujours du meilleur effet.

5. Nuthin’ But A ‘G’ Thang

« You’ve got the feeling (yeah, yeah) »

Le titre qui a fait de Snoop et Dre les Mick Jagger et Keith Richards de leur génération. Le titre qui a marqué le début du règne de la maison Death Row façon Motown des années 90. Le titre qui vingt-cinq ans après tourne toujours autant en soirées sans que personne ne s’en plaigne.

Si les lyrics sont parfois faiblardes (« Never let me slip, ‘cause if I slip, then I'm slippin' »... hum okay), les rimes sont délivrés avec une telle facilité que chaque note donne l’impression de rebondir et de se répondre.

Nuthin’ But A ‘G’ Thang ou la naissance de la gangsta pop.

Que ceux pour qui ce morceau ne figure pas dans leur top 5 de tous les temps se dénoncent sur le champ.

 

6. Deeez Nuuuts

Clairement pas le morceau le plus fin de l’album, ne serait-ce que pour le canular téléphonique d’introduction bien gras de Warren G.

Toujours est-il que le beat trône au sommet des meilleures compositions de Dre, notamment pour ce dernier tiers où sans qu’aucun rappeur n’intervienne l’instru se déconstruit lentement avant de repartir de plus belle.

Ça et puis aussi Nate Dogg (dont c’est étonnamment l’unique apparition) qui répète à l’envie son « I-I-I-I-I-I-I can't be faded / I'm a nigga from the motherfucking street ».

 

7. Lil’ Ghetto Boy

Nouveau duo entre le Doc et le Dog qui une fois n’est pas coutume s’attachent à décrire le mauvais côté de la vie de gangbanger et de cette culture du gun dans la communauté afro-américaine.

Si bien qu’efficace, le refrain frôle l’originalité zéro (un copié-collé du tube de 1972 du grand Donny Hathaway intitulé... Little Ghetto Boy), les couplets sont eux impeccablement exécutés.

Quand les plus attentifs auront retenu la dédicace de Snoop à son cousin Li ½ Dead, les amateurs de G-funk désireux d’en savoir plus se précipiteront sur ses deux premiers albums, et notamment cette perle qu’est The Dead Has Arisen.

Cette piste 7 clôt sans le dire la première et meilleure partie de The Chronic,

8. A Nigga Witta Gun

Le seul morceau solo de Dr. Dre de tout l’album solo de Dr. Dre – ce qui ne signifie aucunement qu’il en a écrit les paroles.

Considéré à juste titre comme un piètre emcee, gloire doit être rendue au docteur d'avoir fait de sa faiblesse une force.

Si sa voix est celle qui assure la cohésion du projet, là où certains entassent les featurings pour au final donner un album qui part dans tous les sens (au hasard le Snoop des années 90/2000), il est celui qui sait mettre son égo de côté pour mettre en valeur chacun des invités.

 

9. Rat-Tat-Tat-Tat

Un peu trop similaire dans le thème et dans le traitement au morceau précédent pour se détacher du lot. Très dispensable donc.

Et puis franchement, qui n’aurait pas préféré que se poursuive encore et encore le très smooth Brother's Gonna Work It Out de Willie Hutch utilisé en intro ?

Très certainement l’A$AP Mob, Lloyd, Chance the Rapper, Chief Keef ou encore Ro James qui tous reprendront largement ce sample au siècle suivant.

 

10. The $20 Sack Pyramid

Si vous aimez les interludes, cette parodie d’un jeu télé des années 70 longue de trois minutes va vous ravir. Bon après faut aimer les interludes...

 

11. Lyrical Gangbang

Quand t’organises une partie fine et que t’es même pas invité...

Absent du track, Dre laisse s’en donner à cœur joie Lady Of Rage, RBX et Kurupt, ce dernier se payant le luxe pour sa toute première apparition de voler la vedette à ses comparses pourtant loin d’être des manches.

Autre originalité : foin de Georges Clinton ici, les percussions sont samplées sur le When the Levee Breaks des très rock Led Zeppelin.

 

12. High Powered

Nouvelle interlude qui a de quoi en agacer plus d’un si l’on considère la qualité du beat gâché ici pour rien – ou plutôt gâcher histoire que Dre dixit « se relaxe et s’en roule un bien fat ass ».

Loin de sauver la mise, le couplet de RBX demeure de l’avis de beaucoup le pire de The Chronic.

13. The Doctor’s Office (Skit)

Mais pourquoi les rappeurs aimaient-il autant les interludes dans les nineties ? Et pourquoi Dr. Dre nous force-t-il une minute et quatre secondes durant à l’écouter beugler en train de faire l’amour à une patiente ? Hein pourquoi ?

Vite la suite.

 

14. Stranded On Death Row

Kurupt, RBX, The Lady of Rage et Snoppy Snoop (plus Bushwick Bill des Geto Boys en embuscade) sont de retour aux affaires avec du kickage en bonne et due forme, chacun posant là l’un des meilleurs couplets de sa carrière.

Dre qui là encore n’est pas présent au micro renoue ici avec une ambiance sonore qui n’est pas s’en rappeler la période Niggaz With Attitude.

Les puristes apprécient, les autres aussi.

 

15. The Roach (The Chronic Outro)

Mais pourquoi donc ce morceau libellé comme l’outro (et qui de surcroît est très bon) n’est pas le dernier morceau de l’album ?

Si le mystère persiste toujours, il en est un qui n’est plus : la signification du titre de l’album The Chronic.

Certes, tout le monde sait à peu près qu’il renvoie à une variété d’herbe (RBX n’étant ici pas avare en détails), mais comment se fait-il que cette weed n’ait jamais été référencée auparavant dans le rap ?

La réponse a été donnée par Snoop en 2014. En train de chiller avec ses potes un jour de 1991, le Grand Chien se voit proposer par un « white dude » de l’hydroponic (Roi Heenok si tu nous lis), soit cette herbe cultivée hors-sol à partir d’eau et de nutriments. Complétement défoncé, Snoop comprend « hydroCHRONIC », ce qui dérive plus tard entre lui et ses homeboys en « chronic ».

Et c’est sous cette appellation qu’il a plus tard introduit Dre aux joies de la verte.

Du coup, si vous aviez toujours cru que la chronic était cette herbe rare aux propriétés légendaires, un mythe vient de tomber.

 

16. Bitches Ain’t Shit!

« Bitches ain't shit but hoes and tricks / Lick on these nuts and suck the dick »

L’une des chansons les plus misogynes, si ce n’est pas la plus misogyne de l’histoire d’un courant musical perçu à juste titre comme foncièrement misogyne. C’est dire.

Le magistral Deep Cover sorti peu de temps avant aurait tellement (mais tellement) mieux conclu les débats en bonus track.

Le verdict 25 ans après ?

Comme toute œuvre qui a imposé un standard, l’impact de The Chronic n’est fatalement plus le même aujourd’hui qu’à l’époque. Victime de son succès, ce qui faisait son originalité a depuis été maintes et maintes fois reproduit depuis.

Chose rare dans le rap, l’album réussit néanmoins à franchir l’épreuve du temps sans trop d’encombrescf. ces quelques fautes de goût évoquées précédemment, mais aussi ces histoires dépassées de beefs beaucoup trop redondantes.

Vingt-cinq ans plus tard, l’écoute se révèle toujours des plus agréables donc, tandis le soleil de Californie donne toujours autant envie.

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1664 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

10 commentaires sur la news

Pseudo
Mail

Top Commentaires

Petite erreur Nate Dogg faIt aussi le couplet sur Lil ghetto boy ! Sinon bon taf

Bigmeutz le 13/12/2017 à 17h07 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Un peu surcôté du fait qu'il s'agisse du pionnier dans le genre. Doggystyle de Snoop reste pour moi LA référence.

Docteur drôle le 13/12/2017 à 23h35 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Tous les Commentaires


Pour moi il fait parti des classiques du rap cet album. Tout comme doggystyle et 2001 qui resteront des incontournables pour les puristes. Pour moi ce sont les trois albums qui ressortent du rap west coast mais ce n'est que mon avis.


Je peux en citer plein d'autres mais en tout cas les 3 albums sont très lourd niveau intru. Et Chronic il a ouvert beaucoup de chose cet album en terme d'intru pour le rap comme un nouveau vent et je pense qu'on se serai bien fais chier d’écouter que du rap de new york.


En tout dre restera toujours l'un des meilleurs beatmaker malgré son dernier album compton qui n'arrive pas a la cheville de tous les autres album que j'ai cités.


Mais Chronic reste un classique je m'en lasse toujours pas.


Merci pour les infos.

Hoze le 15/12/2017 à 07h24 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

" Toutes ces histoires de clash viennent quand même casser l'intemporalité du disque si tu n'es pas courant du contexte l'écoute ne se fait pas de manière 100% fluide"
Dans ce cas là il y a pas mal d'album ou de morceaux dont l'intemporalité est cassé par les clash.
Je vais prendre un mec dont l'album sort demain. Eminem et ses morceaux où il insulte sa mère ou les stars de la pop bah ils resteront intemporels. Aujourd'hui il peut pas chanter "Cleaning out my closet" mais pour moi cette chanson est un classique. C'est une sorte de chanson d'amour.
Et puis connaître le contexte dans lequel un morceau sort c'est le travail de l'auditeur. L'artiste va pas se préoccuper d'être en phase avec le contexte de 30 ans après.
La seule chose qui peut casser l'intemporalité d'un album c'est sa piètre qualité. Et c'est album est révolutionnaire .
Au revoir Merci

Docfather le 14/12/2017 à 20h18 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

C'est quand même dingue de dire que cet album est surcôté pffff. Surtout que juste avant tu dis que le mec à révolutionné le rap avec cet album. "Doggystyle" est meilleur dans la mesure où dre va perfectionner le son entendu sur The Chronic. J'ai l'impression que c'est un article uniquement fait pour critiquer l'incritiquable. "Biches ain't chit" est un morceau de dingue alors oú est le but de critiquer les paroles quand on sait que l'album ne brille pas pour ses paroles.

Docfather le 14/12/2017 à 20h04 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Si si Nate dogg fait bien le refrain de lil ghetto boy ! il reprend le sample d'hathaway simplement ! tu es sur tu as écouté la bonne chanson ? :) Sinon il te suffi de voir le clip pour t'en rendre compte :)

Bigmeutz le 14/12/2017 à 11h54 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

"Pour nourrir cette imagerie Dre s’entoure d’une bande d’emcees de rue (Kurupt Lady of Rage RBX That Nigga Daz Warren G...) ".
C'est Dat Nigga Daz et non That Nigga Daz.

"Chose rare dans le rap l’album réussit néanmoins à franchir l’épreuve du temps sans trop d’encombres – cf. ces quelques fautes de goût évoquées précédemment mais aussi ces histoires dépassées de beefs beaucoup trop redondantes."

C'est pourquoi on appelle certains albums des classiques parce qu'ils ont marqué l'auditoire lors de leur sortie et qu'ils ont traversé le temps. Les supposées fautes de goût question de point de vue elles ne plombent en rien la qualité du disque et les histoires de beef il faut quand même se placer dans le contexte de l'époque quand Dre quittait Ruthless pour rejoindre Death Row cela ne s'était pas passé sans grabuge.
Sans conteste il y a eu un avant et après Chronic. Classique parmi les classiques.

Impartial le 14/12/2017 à 00h14 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Toutes ces histoires de clash viennent quand même casser l'intemporalité du disque si tu n'es pas courant du contexte l'écoute ne se fait pas de manière 100% fluide.

Si Chronic est un classique (preuve en est 25 ans après on en parle toujours) Dre a reconnu lui-même qu'il n'avait pas fait "l'album parfait".

DaZ t'as raison ;)

Aurelien le 14/12/2017 à 00h14 - Signaler - 0Soutenir +1

Un peu surcôté du fait qu'il s'agisse du pionnier dans le genre. Doggystyle de Snoop reste pour moi LA référence.

Docteur drôle le 13/12/2017 à 23h35 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Tu n'es pas le seul à le penser en effet

Aurelien le 13/12/2017 à 23h35 - Signaler - 0Soutenir +1

Petite erreur Nate Dogg faIt aussi le couplet sur Lil ghetto boy ! Sinon bon taf

Bigmeutz le 13/12/2017 à 17h07 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

En fait Bigmeutz ce n'est pas Nate Dogg qui chante le refrain mais Donny Donny Hathaway qui est repris (avec Daz en back up) beaucoup font l'erreur.

Merci.

Aurelien le 13/12/2017 à 17h07 - Signaler - 0Soutenir +1

Reçois le top de l'actu

Reçois dans ta boite mail le top des actu du rap, foot et cinéma.

Le meilleur de l'actu

Niska : les chiffres de ventes de son album « Mr Sal »
Vald, son nouvel album en quatre versions différentes ! [SON]
SCH, Leto, Ninho et Sadek font leur rentrée en freestyle ! [VIDEO]
Toutes les actualités
Me connecter avec mon pseudo / email
Me connecter avec les réseaux sociaux Log avec Facebook
Pas encore inscrit sur Booskap ? M'inscrire
Mon avis sur cette nouvelle version de Booskap.