5 264 Vues
  • Currently 2.00/5
2/5

Quel est le meilleur « Carter » de Lil Wayne ? [DOSSIER]

Posté le 26 Octobre 2018 à 11h22, par Aurelien
Quel est le meilleur « Carter » de Lil Wayne ? [DOSSIER]

Mais que serait depuis dix ans le monde du rap sans Lil Wayne ? Si ces dernières années ce sont ses problèmes avec la justice et ses soucis de santé qui font la une plus que sa musique, il n’en reste pas moins le rappeur le plus influent de son époque, et ce peut-être plus encore auprès de la toute nouvelle génération.

Art de la punchline, éthique de travail, stratégie marketing, sens du style, utilisation de l’auto-tune, consommation de drogues nouvelles... il est celui qui pour le pire et pour le meilleur a su populariser des tendances créées par d’autres jusqu’à en faire des standards de la scène mainstream.

De Young Thug à Drake en passant par les rappeurs Souncloud ou encore Tyler the Creator, Nicki Minaj et A$AP Rocky, innombrables sont les emcees qui reconnaissent d’ailleurs volontiers lui en avoir piqué un max pour construire leur identité.

Il faut dire que ces derniers ont de quoi piocher : à la tête d’une discographie fleuve qui s’étale déjà sur près d’un quart de siècle (douze albums studio, des camions de mixtapes, des projets collaboratifs en veux-tu en voilà…), il maîtrise comme personne l’art du renouvellement.

Points d’orgue de cette boulimie musicale, la série des Carter.

Alors que le cinquième acte est sorti il y a quelques jours à peine, revenons en détails sur ces opus qui font à la fois figure de fils conducteurs et de vaisseaux amiraux dans la carrière de Dwayne Michael Carter Jr.

Tha Carter

Sorti le 29 juin 2004 sur Cash Money/Universal.

Quatrième album solo de Lil Wayne depuis Tha Block Is Hot en 1999, ce tout premier Carter enregistré l’année de ses 22 ans s’écoute, non pas comme un disque de rupture, mais comme un disque de transition.

Dernier effort de son auteur à sonner vraiment bounce (du nom de ce courant sudiste aux rythmiques synthétiques et répétitives), il reprend les ficelles qui ont fait le succès de Cash Money première mouture tout en incorporant çà et là des indices quant à sa mutation à venir (les dreadlocks en cover, mais pas que).

Plus structuré dans ses textes et dans son exécution, sans être un carton, Tha Carter séduit non seulement la critique de l’époque (ce qui n’était pourtant pas gagné, le Ptit Dwayne étant vu jusque-là comme un gadget), mais aussi le public notamment grâce à toute une rangée de titres bien pêchus (This Is the Carter, Bring it Back, Ain’t That a Bitch…), dont Go DJ, son premier véritable hit solo.

Aujourd’hui encore, le rendu est facile et agréable.

Tha Carter II

Sorti le 6 décembre 2005 sur Cash Money/Universal.

Album préféré des fans, ce C2 se défend plus que bien dans la course au titre du meilleur album de Lil Wayne.

Libéré de l’influence du producteur canal historique Mannie Fresh parti voguer vers d’autres horizons, l’ancien Hot Boy s’affirme ici comme le véritable franchise player de la maison Cash Money, n’hésitant désormais plus à rapper ce qui lui passe par la tête ce qui lui plaît sur les instrus qui lui plaisent – dans le désordre : les bangers Fireman et Hustler Musik, le côte ouest Lock and Load, les soulful Shooter et Get Over, le brut de décoffrage Oh No

Si tout n’est pas parfait (et comment pourrait-ce l’être avec pas moins de 22 pistes au compteur ?), impossible de nier la légitimité des ambitions nouvelles d’un Lil Wayne qui se pense de plus en plus grand.

Pas encore « best rapper alive » comme le proclame la piste 7 de l’album, il n’en demeure pas moins qu’à force d’essayer, il s’en rapproche à grands pas.

Tha Carter III

Sorti le 10 juin 2008 sur Cash Money/Universal Motown.

Très certainement l’album le plus attendu de l’histoire du rap, tant Weezy F. a inondé le marché deux ans et demi durant en posant sur absolument tous les beats possibles et imaginables.

Précurseur de ce que sera la décennie suivante le rappeur star des internets, Wayne réussit à proposer un album consistant du début à la fin, et ce, malgré les nombreuses fuites en amont qui l’ont poussé à rajouter jusque dans les derniers mètres des titres inédits.

Éclectique mais pas brouillon, absurde mais maîtrisé, accessible mais pas impersonnel, ce Carter troisième du nom parvient à tenir en équilibre du début à la fin, un petit exploit que résume son duo de singles phares : Lollipop qui déchaîne les enfers dans les charts et A Milli qui aujourd’hui encore résonne avec obsession dans les oreilles des puristes.

Ajoutez à cela la meilleure pochette d’album depuis Illmatic, et comprenez pourquoi il y a dix ans tout pile pour s’asseoir sur le trône du rap, il fallait s’asseoir sur les genoux de Lil Wayne.

Tha Carter IV

Sorti le 29 août 2011 sur Cash Money/ Young Money/Republic.

Sujet délicat que celui du comeback dans le rap, et ce notamment après un passage par la case prison (8 mois à Rickers Island pour port d’arme).

Si question attentes, Tunechi a mis tout le monde d’accord en première semaine (964 000 copies écoulées), question retour qualité, ces mêmes chiffres ont démontré une franche déception quant au produit proposé (chute de 72% en deuxième semaine).

La faute à un manque de cohésion et à une batterie de titre franchement mauvais (qui peut décemment écouter How To Love ou le feat avec T-Pain deux fois d’affilé ?), mais aussi la faute au fait qu'en cabane le rappeur ait dû se calmer sur le sizzurp, avec pour conséquence des rimes moins débilo-géniales qu’à accoutumée.

[Exception faite de la très controversée « Real G's move in silence like lasagna ».]

Sept ans après les faits, hormis quelques singles très honnêtes (6 foot 7 foot/John/Mirror) et d’une interlude culte sur lequel Wayne n’est même pas présent, C4 tient plus du mauvais souvenir qu’autre chose.

Tha Carter V

Sorti le 28 septembre 2018 sur Young Money/Republic/Universal.

De la première à la dernière note de ce numéro 5 annoncé pour la toute première fois en 2012, une seule et unique question se pose : valait-il l’attente ?

Bon point : dans la peau d’un boxeur millionnaire qui après une longue période d’inactivité se doit de remettre les gants une ultime fois pour cimenter son héritage, Lil Wayne s’autorise à regarder droit dans les yeux ses fils spirituels, voire à sérieusement leur donner la fessée par moments (Don't Cry ! Mona Lisa ! Let If Fly !).

Moins bon point : le choix de se mettre en scène façon jubilée (interventions de sa Maman, reprise de la célèbre quote de Barack Obama, feat avec sa fille…) donne à l’exercice déjà un peu long (90 minutes), un côté un peu mou.

Du coup, il est malheureusement fort à parier qu’une fois l’agitation retombée ce Carter V fasse figure dans l’œuvre de Weezy, non pas d’album de trop, mais d’album pour rien.

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1661 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

5 commentaires sur la news

Pseudo
Mail

Top Commentaires

Moi j'ai trouvé da carter V intéressant :
- sonorités riches et variées
- il a arrêté lautotune et a pris du sirop contre la toux
- il a kické correctement sur la plupart des morceaux donc j'étais agréablement surpris

PS: sa fille chante très bien et c'est l'un de mes morceaux préférés; la track1 avec la maman ben il s'est inspiré d'un autre Carter: Jay-Z

Xox le 27/10/2018 à 18h14 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Merci pour cet article par contre dire que Carter V pourrait etre une fois la hype retombée un "album pour rien" est choquant pour celui qui s'est intéressé à la qualité lyrical du projet. Repenchez vous dessus Booska p ! ^^

Wess le 26/10/2018 à 21h11 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Tous les Commentaires

Ecouter Dedication 666

Bilalhassaniaunebellechatte le 09/09/2019 à 17h22 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Actuellement Carter V mais C3 est un classique à vie !

Bilalhassaniaunebellechatte le 09/09/2019 à 17h22 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Moi j'ai trouvé da carter V intéressant :
- sonorités riches et variées
- il a arrêté lautotune et a pris du sirop contre la toux
- il a kické correctement sur la plupart des morceaux donc j'étais agréablement surpris

PS: sa fille chante très bien et c'est l'un de mes morceaux préférés; la track1 avec la maman ben il s'est inspiré d'un autre Carter: Jay-Z

Xox le 27/10/2018 à 18h14 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Merci pour cet article par contre dire que Carter V pourrait etre une fois la hype retombée un "album pour rien" est choquant pour celui qui s'est intéressé à la qualité lyrical du projet. Repenchez vous dessus Booska p ! ^^

Wess le 26/10/2018 à 21h11 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

L'article a été écrit 3;jours après la sortie de C5 la chronique était clairement à chaud. Pas dit qu'elle ne soit pas réévaluée en décembre à l'occasion du classement des albums de l'année.

Aurelien le 26/10/2018 à 21h11 - Signaler - 0Soutenir +1

Reçois le top de l'actu

Reçois dans ta boite mail le top des actu du rap, foot et cinéma.

Le meilleur de l'actu

Snoop Dogg a reçu un coup de pression de la Maison Blanche
Qui sont les rappeurs les plus certifiés: Booba, PNL, Niska, Damso ?
Orelsan, sa déclaration à Sophie Turner, aka Sansa de GoT
Toutes les actualités
Me connecter avec mon pseudo / email
Me connecter avec les réseaux sociaux Log avec Facebook
Pas encore inscrit sur Booskap ? M'inscrire
Mon avis sur cette nouvelle version de Booskap.