Actualités Sport

Pourquoi les footballeurs jouent-ils les Thugs ?

Pourquoi les footballeurs jouent-ils les Thugs ?

Chaque semaine, je vous propose d’aborder un thème d’actualité sous un autre angle, sans obligation formelle ni aucun tabou. Aujourd’hui, le sujet développé est la tendance des footballeurs à jouer les gangsters…

Ils sont sur le terrain mais bizarrement pas celui qu’ils auraient souhaité… Les pieds dans l’herbe mais la tête dans le bitume, le footballeur moderne a une fâcheuse tendance à vouloir défendre une « street crédibilité » bien inutile dans le métier. Si par le passé, les rebelles du ballon rond étaient principalement incarnés par des britanniques capables de créer une rupture de stock à la buvette du stade, la donne a désormais changé. Véritables viviers de talents, les quartiers populaires ont vu de nombreux jeunes réussir à se hisser au plus haut niveau. Ayant embarqué dans leurs sacs de sports certains codes de la rue, nombres d’entre eux commettent des dérapages qui représentent de véritables dangers pour leurs carrières. Dans certains cas, le pedigree qu’ils défendent n’est même pas vraiment le leur

« Ne me parle pas de rue… »

Dans une grande majorité passées par les centres de formation, les nouvelles générations ont effectivement connu le quotidien des lits superposés, mais bien plus souvent du côté de Clairefontaine que dans le bendo. Le seul truc qui les lient aux mecs qui tiennent les murs du hood, c’est de porter un survet’ toute la semaine, sauf qu’eux c’est pour le taff. Faut-ils leur rappeler que les seules fois où ils sont allés au ballon c’était à l’entrainement ? Devenus millionnaires en l’espace de quelques mois, ils gagnent plus que l’ensemble de leur bâtiment d’antan. Des aimants à moula qui voient graviter autour d’eux un entourage, souvent intéressé, et parfois de très mauvais conseil. Quitter le quartier, et il revient au galop diront certains, mais pas lorsque le cordon refuse d’être coupé par le joueur lui-même. Rester fidèle à ses racines, quelle noble volonté, encore faut-il le faire correctement.

Le foot investi le game

Le cul entre le showbiz et la street, les footballeurs se tournent naturellement vers ceux qui leur ressemblent le plus car dans la même situation : les rappeurs. Il n’est donc plus vraiment surprenant de voir certains d’entre eux s’encanailler dans le monde du rap aux côtés d’artistes qu’ils connaissent de plus ou moins près. Etre une célébrité ne prive pas du droit d’être fan et de vouloir s’enjailler dans des domaines de son âge. Cela devient problématique lorsqu’ils ne distinguent pas vraiment les obligations de leurs statuts… Contrairement aux rappeurs dont c’est un fond de commerce, les footballeurs n’ont pas vraiment grand chose à gagner à vouloir se faire une réputation de dur qui dévie généralement vers celle de joueurs à problèmes. Par une mauvaise gestion de leur image, des écarts de langage ou des affaires extra-sportives, ils ont fini par donner une mauvaise réputation à l’espoir hexagonal mais aussi à des quartiers qui n’avaient vraiment pas besoin de ça… Tout rentre souvent dans l’ordre lorsqu’ils se retrouvent à l’étranger, là ils n’ont rien à légitimer.

Top articles

Dossiers

VOIR TOUT

À lire aussi

VOIR TOUT