Actualités Sport

Ngannou sur les médias : « Quand vous perdez vous êtes Camerounais, quand vous gagnez vous êtes Français »

Ngannou sur les médias : « Quand vous perdez vous êtes Camerounais, quand vous gagnez vous êtes Français »

Le champion du monde des poids-lourds de l’UFC n’a pas apprécié l’attitude des médias français à son égard ces derniers mois. En interview pour Lowkickmma, le Prédator a voulu remettre tout le monde à sa place.

Un montage médiatique ?

Dans ses débuts en MMA, Francis combattait sous le pavillon du MMA Factory, une salle de sport parisienne de référence. Entrainé à l’époque par Fernand Lopez, Francis Ngannou faisait ses premières entrées dans la cage avec deux drapeaux : l’un français et l’autre camerounais. Le natif de Batié s’est éloigné de l’hexagone ces derniers mois et la presse française qui le qualifiait de combattant franco-camerounais a clairement pris ses distances avec le Prédator à l’annonce de son combat face à Ciryl Gane.

Pour Lowkickmma, Francis explique : « C’est l’attitude des médias français parce que je me battais contre un Français. C’est comme ça que ça se passe en France. En France, quand vous perdez, vous êtes Camerounais ; quand vous gagnez, vous êtes Franco-camerounais ou Français. Et cette fois-ci, je me battais contre un vrai Français, alors ils ont construit l’histoire du méchant et du gentil. Je veux dire, c’est uniquement les médias. Après le combat, beaucoup d’entre eux ont juste changé d’avis. Certains ont juste réécrit les articles du genre : « Un Franco-Camerounais a conservé son titre », ce genre de choses. Ce sont les médias, on ne peut pas contrôler ce genre de choses… »

Francis heureux en France

Malgré ces dérives médiatiques désagréables, Francis profite de ce sujet pour rappeler qu’il apprécie l’hexagone. « Indépendamment de ça, je sais que j’ai une grosse fan-base en France, j’ai des gens en France qui m’aiment et c’est tout ce qui compte. C’est le peuple que je représente. En France, j’ai mes fans, mes amis, ceux qui sont même devenus ma famille, vous savez, c’est pour ça que je suis heureux en France » assure le champion.

Top articles

Dossiers

VOIR TOUT

À lire aussi

VOIR TOUT