Actualités Sport

Italie; Uruguay et Angleterre: Présentations du groupe (D)e la mort !

Italie; Uruguay et Angleterre: Présentations du groupe (D)e la mort !

Après le groupe C, on s’arrête sur le groupe D. Le groupe de la mort !

Alors que le groupe C ne compte aucun vainqueur de la Coupe du Monde, le groupe D a lui trois équipes Championnes du Monde. L’Italie, l’Angleterre et l’Uruguay. Face à ces monstres, le Costa Rica fait figure de victime expiatoire.

L’Angleterre, entre fin de cycle et nouvelle ère

Chez les bookmakers Anglais, la côte des Tree Lions est plus forte que celle de la France ou de la Belgique. C’est dire si la Perfide Albion n’accorde que peu de chance à sa sélection. Même le sélectionneur Roy Hodgson admet préparer l’Euro 2016 avec cette Coupe du Monde. Il faut dire que cette équipe est en période de transition. L’ère des Terry, Ferdinand, Lampard et Gerrard touche à sa fin alors que de nombreux jeunes prometteurs (Chamberlain, Sturridge, Berkley, Sterling) tapent à la porte mais n’ont pas encore la maturité nécessaire pour porter leur sélection dans le dernier carré. Entre ces deux générations, Joe Hart et Wayne Rooney font figure de pont. Dans un groupe qui compte l’Italie et l’Uruguay, les protégés de la reine Elisabeth II devront commencer fort s’ils ne veulent pas connaître l’humiliation d’une sortie prématurée.

L’Italie, sous le signe de Prandelli

Suite à la finale « surprise » de son équipe lors de l’Euro 2012, Cesare Prandelli bénéficie d’une côte d’amour très importante en Italie. Moins critiqué que ses prédécesseurs, on ne lui pardonnera néanmoins pas le moindre faux pas. L’Italie doit aller loin, sinon c’est un échec. Pour cela, Prandelli peut s’appuyer sur des joueurs d’expérience comme Buffon, De Rossi ou Pirlo, tous présents en 2006. Il s’appuiera aussi sur les joueurs de la Juventus, qui dominent la Serie A depuis maintenant trois ans. A part Abate, tout le secteur défensif joue pour la vieille dame. La seule inconnue réside en attaque où un choix devra être fait entre Cassano, Balotelli et Immobile. Sur les trois, au moins un devra s’asseoir sur le banc. Dernier danger, la fâcheuse tendance des Italiens à mal commencer leur Coupe du Monde. Dans un groupe aussi relevé, ils devront être pied au plancher dès le premier match.

Le Costa Rica se tape l’incruste

Le Costa Rica dans le groupe D, c’est l’histoire du joueur de tennis moyen qui arrive à se qualifier pour Roland Garros et affronte Nadal au premier tour. Les Costa Ricains, pour en arriver là, ont dû éliminer le Canada et forcer le Mexique à passer par un barrage. Mais ici, la marche semble trop haute. Les talentueux Bryan Ruiz (PSV Eindhoven) et Joel Campbell (Olympiakos) sont tout de même à regarder de près.

L’Urugay, attention à la Celeste

Pays historique de football et vainqueur de la dernière Coupe du Monde brésilienne en 1950, l’Uruguay a ensuite sombré dans l’oubli avant de revenir timidement en 2002 puis par la grande porte en 2010. Il y a quatre ans, l’homme fort se nommait Diego Forlan. Elu meilleur joueur de cette Coupe du Monde, il avait porté son équipe jusqu’en demi-finale. Aujourd’hui Forlan est toujours mais les hommes forts s’appellent Cavani et Suarez. Une attaque qui facture 58 buts cette saison. Derrière c’est très solide avec Muslera (Galatasaray) dans les buts et des joueurs comme Caceres (Juventus) et Maxi Pereira (Benfica). Ce dernier faisant peut être partie des 5 meilleurs joueurs à son poste. Au-delà d’une phase de poule compliquée mais accessible, la Celeste pourrait aller très loin dans cette Coupe du Monde.

Top articles

Dossiers

VOIR TOUT

À lire aussi

VOIR TOUT