Series/Cinéma

L’humeur de Yago : Quand le cinéma raisonne la société…

L’humeur de Yago : Quand le cinéma raisonne la société…

Chaque semaine, je vous propose d’aborder un thème d’actualité sous un autre angle, sans obligation formelle ni aucun tabou. Aujourd’hui, le sujet développé porte sur ces moments où le septième art fait avancer la société…

« Jusqu’ici tout va bien » rabachaît Cousin Hub’ pour nous amener à relativiser sur les difficultés de la vie… Depuis le 7 janvier, sa formule a trouvé ses limites en tombant en désuétude sous le poids de La Haine. Des événements qui marqueront l’histoire du pays et qui, par conséquent, inspireront un monde du 7ème art qui se plaît à faire se succéder la fiction à la réalité, aussi dramatique soit-elle. Il faut dire qu’aujourd’hui le sujet s’y prête particulièrement à travers un scénario digne des plus grands thrillers dramatiques de l’histoire du cinéma et une multitude de problématiques auxquelles il faudra savoir répondre avec subtilité. Un exercice qui scie à merveille à un Mathieu Kassovitz qui vient d’annoncer un second volet de son film culte La Haine. Un projet porteur d’espoirs à condition que le réalisateur mette de côté sa tendance au conspirationnisme, sous peine de voir son oeuvre dériver vers l’idéologie, voir la science-fiction.

La pellicule, chien de berger 2.0

Comme tout bon troupeau qui vient de subir un traumatisme, le peuple de France a besoin d’être orienté, qu’on lui dise quoi penser, quoi faire et surtout qui est le loup… Face à une masse déjà abondamment abrutie et éloignée de la vérité, le cinéma possède à la fois l’occasion et le devoir éthique de réaliser quelques rappels essentiels à la bonne marche d’une société. Un rôle qu’il a de nombreuses fois tenu par le passé. De La Haine à Intouchables en passant par La vie d’Adèle, Un prophète ou encore Indigènes, le cinéma a souvent participé à rassembler les peuples en faisant tomber les préjugés, l’ignorance et la suspicion à travers les histoires de personnages que chacun peu facilement identifier une fois sortie des salles obscures. C’est donc un immense défi qui se présente devant le réalisateur français, celui d’expliquer et convaincre par l’image que la société française participe à la création de ses pires cauchemards.

Deviens ce que tu es…

Dans un monde plus que jamais soumis aux lois des nouvelles technologies de l’information et de la communication, l’éducation se fait par le savoir et le savoir sous-entend la culture. Les sujets les plus marginaux sont souvent ceux qui sont les moins cultivés et par conséquent les plus fragiles et influençables. Quelque soit la forme, il s’agit d’apprendre sur soi et surtout sur les autres. Pour notre génération, de nombreux films ont inconsciemment participé à notre éducation…Combien d’entre vous ont visionné How High totalement défoncés à la weed ? Qui s’est déjà maté Scarface jusqu’à l’indigestion pour en maitriser toutes les répliques ? Qui s’est déjà autoproclamé fils caché d’Eric Cartman ? Pour répondre à la bétise de la télévision, l’alarmisme des médias et la propagande sur internet, des solutions existent. Aussi immorales soient-elle, l’important est qu’il y en ai une.

Top articles

Dossiers

VOIR TOUT

À lire aussi

VOIR TOUT