Tayah, le chant, la jeunesse et le talent [INTERVIEW]

Rencontre avec l'artiste peu de temps après la sortie de son nouvel EP « Exorde ».

par Booskap

Jeune artiste en provenance des Yvelines, Tayah beigne dans la musique depuis sa tendre enfance. Seulement âgée de treize ans, elle participe en 2015 à un concours de chant organisé par la radio LFM 95.5. Une compétition qu'elle remportera haut la main. Par la suite, l'Yvelinoise sera invitée par cette même radio locale à un gala où elle y interprètera le titre culte Parce qu'on vient de loin du chanteur Corneille. Une prestation saluée par l'ensemble du public présent à l'évènement et notamment par le producteur Sosthène avec qui elle démarrera son aventure musicale.

Influencée par plusieurs genres musicaux, Tayah s'en inspire pour créer un style qui lui est propre. Dotée d'une voix aux sonorités pop-soul, afro-trap et rap, la chanteuse conte avec justesse ses peines de coeur amicales comme amoureuses. Très productive, elle envoie plusieurs clips entre 2017 et 2018 avant d'assister à la suppression de tous ses morceaux, suite au piratage de sa chaîne YouTube. Une mauvaise passe qui n'a pas découragé la rookie pour autant. En effet, Tayah est revenue en grande forme avec la ferme intention de s'imposer au sein. Après avoir balancé une multitude de singles tout au long de l'année, la jeune artiste a livré sur les plateformes de streaming son tout premier EP intitulé Exorde. L'occasion parfaite pour une interview. 

A lire aussi :

Tayah met en garde son amant dans « Fuis-moi » [VIDEOCLIP]

Comment tu te sens à l'occasion de cette sortie ? 

Là je suis excitée, contente, stressée, enfin, plein d'émotions en même temps ! Je pense que c'est parce que c'est mon premier projet vraiment sérieux. Pour l'instant j'ai des bons retours et j'en suis assez contente. 

je suis du genre à souvent me lancer dans plusieurs styles, plusieurs défis

Comme tu l'as dit, Exorde est ton tout premier projet. Le considères-tu comme une sorte de carte de visite ? 

Oui, c'est véritablement ma carte de visite. Je voulais vraiment prouver que j'étais capable de m'exercer dans plusieurs styles musicaux, en l'occurrence le chant et le rap. 

C'est peut-être un peu tôt pour que tu le saches mais est-ce que tu as la sensation de t'être trouvée musicalement ? 

Oui je pense que c'est le cas. Après je suis du genre à souvent me lancer dans plusieurs styles, plusieurs défis. Je sais que je n'ai pas encore tout exploité donc, pour le moment, j'ai mon style, c'est une certitude, mais je sais que je pourrais faire autre chose à l'avenir. 

Quoi par exemple ? 

Un peu plus de chansons acoustiques, c'est ce que je compte essayer à l'avenir. Je l'ai déjà un peu introduit dans le projet avec des titres comme Fuis-moi ou JMT. Après on me guide vachement dans tous mes choix artistiques notamment mon producteur, c'est même lui qui m'a véritablement lancé dans le rap. 

Cet EP tu l'as construit sur combien de temps ? 

Alors c'est marrant parce que cet EP, il était prévu sans être prévu. On avait planifié de sortir un petit projet dans l'année mais on a connu plein de petites galères par la suite, le confinement en faisait bien évidemment partie. On s'est dit qu'on allait balancer des singles et attendre les retours du public afin de savoir si on envoyait quelque chose ou pas. Les titres ont plu, d'où la sortie d'Exorde. Du coup, la conception du projet a duré environ un an je pense. 

je trouve ça crucial d'avoir plus de diversité dans l'industrie, avec des artistes féminines très fortes

Tu démontres une certaine polyvalence tout au long de l'opus. 

Oui c'était une volonté de ma part. Ainsi, je suis susceptible de plaire à un large public et c'est véritablement mon objectif. Je veux atteindre le plus de gens possibles et donner du plaisir à travers ma musique. Je n'ai pas envie d'être restreinte dans une case précise et de ne plus pouvoir en sortir. 

Quelles sont tes influences musicales ? 

Niveau rap, je suis très adepte de la scène actuelle. J'écoute beaucoup de PLK, Hamza, mais aussi des artistes comme Jorja Smith ou encore Summer Walker. Durant mon enfance, mon père m'a fait écouter énormément de reggae puisqu'il en pratiquait lui-même. Avec ma mère, ça tournait plus autour de Zaho et Amel Bent. 

En 2018, ta chaîne YouTube a été piratée et tous tes morceaux ont été supprimés. Comment as-tu réussi à te relever après cette éprouvante étape ? 

A ce moment-là, j'étais un peu dans le flou, je ne savais pas trop ce qui se passait. Pour le coup cet épisode m'a véritablement boosté pour revenir encore plus forte qu'auparavant. Aussi, j'ai une excellente équipe derrière moi. De base, je suis une fille assez timide, je me démotive assez facilement et mon entourage est toujours présent pour me remobiliser en période de doute. 

Tu as actuellement dix-sept ans. J'imagine qu'une jeune artiste comme toi se doit d'avoir le soutien indéfectible de ses parents.

Ah mais carrément ! Mes parents sont limite mes managers (rires). Surtout ma mère qui est à fond derrière moi et qui me soutient à la mort. 

J'adorerais collaborer avec Tayc, j'aime vraiment son univers. Il y a aussi Hamza ou encore PLK

Tu évoques à de multiples reprises la thématique des peines de coeur amicales comme amoureuses. 

Ce sont des histoires qui arrivent à énormément de personnes. Ce qui est bien avec ça, c'est que les gens peuvent s'identifier ou se reconnaitre en écoutant ces morceaux. Ce ne sont pas forcément des sujets qui me concernent directement mais je trouve ça cool de les exploiter. 

Tu fais part d'une certaine détermination à travers tous tes sons. 

Oui bien sûr. En tant que jeune fille, c'est très important de montrer ce qu'on sait faire notamment dans ce milieu qu'est la musique, en l'occurrence le rap. Je trouve ça crucial d'avoir plus de diversité dans l'industrie, avec des artistes féminines très fortes. Je peux te citer Shay, je la vois en pôle position parmi toutes les femmes du game, elle m'inspire beaucoup. Il y a aussi Davinhor, Meryl ou encore Le Juiice. Je trouve ça cool qu'il y ait de plus en plus de femmes qui s'affirment et qui en plus sont très fortes. Ca me booste et ça me donne envie de m'imposer à mon tour. 

Pas de feat sur le projet. Une volonté ? 

Oui dans le sens où c'est mon tout premier projet. Comme tu l'as dit toute à l'heure, c'est ma carte de visite et j'ai envie qu'on découvre Tayah en totale exclusivité, sans invités. 

Tu te vois collaborer avec quels artistes à l'avenir ? 

J'adorerais collaborer avec Tayc, j'aime vraiment son univers. Il y a aussi Hamza ou encore PLK. 

Le mot exorde signifie un préambule ou du moins une entrée en matière. Qu'est-ce que tu nous prépares pour la suite ? 

On est sur plusieurs projets ! Je ne peux pas trop en dire mais on prépare des choses qui devraient fortement plaire à mes auditeurs puisqu'ils m'ont beaucoup sollicité sur ces sujets...

Donne ton avis

Auteur (@booska_p )

Booskap : Le site numéro 1 du rap francais. Toute l'actualité du rap francais et américain, le sport et le cinéma en vidéos. (55249 articles publiés) Darryl est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @booska_p.

Aucun commentaire sur la news
Pseudo
Mail