R. Kelly a proposé à son frère d'être accusé à sa place

Des révélations troublantes.

par benmorin

La diffusion il y a quelques heures de cela de la série de documentaires Surviving R. Kelly Part II: The Reckoning à la télévision américaine n’aura pas manqué une fois encore de ternir la réputation déjà bien entachée du chanteur de RnB. Il aura entre autre été question d’un R. Kelly, au début des années 2000, prêt à balancer son frère à sa place dans des accusation de pédopornographie.

A lire aussi :

R. Kelly : son mariage avec Aaliyah remis en cause

Le frère de R. Kelly se confie

A l’image dans Surviving R. Kelly Part II: The Reckoning, Carey Kelly, le frère de l’ex-superstar du RnB, a révélé que ce dernier lui avait proposé de tomber à sa place en 2002, après la diffusion d’une vidéo pédopornographique dans laquelle le chanteur avait été identifié. Robert Sylvester Kelly aurait ainsi glissé l’idée à son frère de lui offrir une voiture, un contrat d’enregistrement et la somme de 50 000 dollars s’il acceptait de se dénoncer à sa place : «Il me disait : «Tu dois dire que c’était toi». M’accuser de parjure devant les tribunaux et risquer la prison à vie pour quelque chose auquel je suis totalement étranger. Il disait : «Mec, je vais t’acheter une voiture, je vais te trouver un contrat d’enregistrement, je vais te donner 50 000 dollars». J’ai répondu : «Laisse-moi te dire quelque chose. Tu n’as pas assez d’argent pour me faire dire que c’est moi. Parce que ça ne vaut pas que je vende mon âme»

Une affaire qui aura mis du temps à exploser

Dans la foulée, Jimmy Maynes, travaillant pour Jive Records au moment où la vidéo de R. Kelly émergea en 2002, se souvient que le chanteur avait tenté de lui faire croire qu’il avait un jumeau : «A cette époque, nous pensions : «C’est un artiste. C’est horrible. Il a une femme et des enfants». Il n’aurait pas été le premier artiste à avoir une affaire extra-conjugale. C’était un scandale de sex-tape, pas un scandale de pédopornographie». Plus loin dans ses révélations, Maynes confiera que des cadres chez Jive Records s’étaient retrouvés dans une salle de réunion pour découvrir la vidéo, sans savoir que la jeune fille présente aux côtés de R. Kelly était mineure. A l’heure actuelle, R. Kelly est toujours emprisonné

Donne ton avis

Auteur

Benjamin Morin : (3454 articles publiés)

Aucun commentaire sur la news
Pseudo
Mail