Maitre Gims : « Chanteur ou rappeur, il n'y a pas de différence »

Maître Gims sortira son deuxième album solo, "Mon coeur avait raison", le 28 août prochain. A cette occasion, Booska- P est parti à la rencontre de la figure de proue du label Wati B...

par Arnaud

Avec Daft Punk et Stromae, Maître Gims est probablement l'artiste qui vend le plus de disques en France depuis le début de la décennie actuelle. Son premier effort solitaire, Subliminal, franchira probablement dans quelques mois la barre mythique du million d'exemplaires écoulés. Avec Mon cœur avait raison, il va tenter de convertir l'essai.

Interview MCAR 1/3 de Maitre Gims

Artiste : Maitre Gims - Album : Mon coeur avait raison
Vues : 194 506 fois, ajouté Le 10/08/2015Exporter le player vidéo

Dans la première partie de cette interview, Maître Gims dresse un bilan de Subliminal. Il regrette de ne pas avoir pu le défendre sur scène comme il l'aurait mérité. « J'ai craqué. Je sortais de la tournée avec Sexion d'Assaut. Je ne me sentais pas capable d'en assumer une autre derrière de 70 ou 100 dates. J'ai amputé le projet, alors qu'il avait encore beaucoup de potentiel. » Le rappeur de 29 ans considère qu'il aurait pu doubler les ventes de Subliminal s'il avait poursuivi la promotion de son premier effort solitaire au maximum.

La pilule rouge de l'album, c'est le monde réel

Aujourd'hui, Maître Gims n'habite plus Paris. Il s'est exilé, « entre Marrakech et Dubaï ». « Je suis un nomade », confie-t-il. Au sujet de son nouvel album, Mon cœur avait raison, il confirme que le projet comprend une pilule bleue « à consonance pop, RnB, soul... pour le grand public ». Quant à la pilule rouge, composée de 11 titres, elle est consacrée au rap. « Cette pilule rouge, c'est le monde réel », glisse-t-il. Subliminal ne comportait guère de rap. Pour ce nouveau projet, Gims assure qu'il ne s'est pas forcé à rapper.

Chanteur ou rappeur, il n'y a pas de différence

Certains se posent parfois la question de savoir si le natif de Kinshasa est toujours un rappeur. « Chanteur ou rappeur, il n'y a pas de différence, répond-il. Le rap, c'est de la poésie sur un rythme. Qui délimite les règles ? ». Néanmoins, il reconnaît qu'un titre comme J'me tire ne doit pas être classé dans la catégorie « rap », mais « chanson française ». Finalement, avant d'être un rappeur ou un chanteur, Meu-gi est avant tout un artiste.

Donne ton avis

Auteur (@Arnaud_Lapointe )

Arnaud : Après avoir fait ses premières armes dans la presse hip-hop, Aros s'est tourné vers le journalisme sportif. Sur Booska-P, il réunit aujourd'hui ses deux grandes passions : le rap et le foot. (4801 articles publiés) Aros est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @Arnaud_Lapointe.

5 commentaires sur la news
Pseudo
Mail

Top Commentaires

Il est libre de chanter et de ne pas tenir comptes des pseudo-codes du rap

Puristedemerde le 12/08/2015 à 17h49 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

tres tres fort

Parisze le 13/08/2015 à 05h33 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Tous les Commentaires

J'ai aimé l'interview : Maître Gims est tranquille, posé et sans langue de bois. C'est pour ça que c'est mon artiste préféré.

Medomax le 18/08/2015 à 15h46 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

tres tres fort

Parisze le 13/08/2015 à 05h33 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Maître gims: un homme libre qui fait ce qui lui plait.

Puristedemerde le 10/08/2015 à 17h47 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Aucun homme n'est libre. Il n'est pas en indépendance comme Lino Booba Médine etc.

Shegueysquaad le 10/08/2015 à 17h47 - Signaler - 0Soutenir +1
X FERMER