Les Changerz se mettent à la « Funk » [VIDEOCLIP]

Le duo parisien est de retour pour enjailler votre été !

par Nicolas B

Changerz, c'est ce duo parisien formé par Elyo et ASF du Panama Bende qui a décidé depuis sa création de s'affranchir des codes du rap pour proposer des créations musicales atypiques. Avec leur dernier titre en date intitulé Funk, les deux amis d'enfance poussent cette volonté dans ses retranchements en adoptant des sonorités plus groove, à cheval entre la funk et le disco. Il faut dire que ce choix est de saison, et que le résultat est digne d'ambiancer les plus enflammées de vos pool parties. Une perle rafraîchissante et comique à ne pas manquer alors que la chaleur estivale se fait sentir...

A lire aussi :

Les Changerz sont « Jeunes, coupables & libres » [VIDEOCLIP]

Une pool party et une étrange application mobile...

Pour animer une pool party enflammée, les participants se sont munis d'une étrange application mobile qui a la faculté de matérialiser le duo Changerz avec une foule d'options à la clé : faire monter l'ambiance, allumer le mode funk, augmenter le sex-appeal ou même intégrer du face morphing. Derrière ce clip déjanté, on retrouve la touche du réalisateur Robin Watine. Côté instrumentale, les Changerz frappent fort et font appel à la touche de Mokoa, producteur house français dont les sonorités sont justement proches du Disco & Funk des années 90. L'ensemble est relaxant, dépaysant, inhabituel mais parfaitement réalisé et calibré pour une saison estivale déjà bien entammée...

RIP XX, Charles Aznavour, Mac Miller

Dépasser les frontières du rap

C'est le défi que se sont fixés les deux amis d'enfance, et autant dire qu'avec Funk la mission est en bonne voie ! En interview pour Booska-P, Elyo affirmait ainsi : « Depuis qu'on est tout petits, on se dit qu'on veut faire de la musique. L'idée de base du groupe, c'était donc de faire quelque chose qui se différencie du reste. On part aussi de ce concept de mélanger les univers, le rap et d'autres styles. On a la chance d'avoir une large richesse musicale, autant en profiter. On avait l'impression qu'au départ, les gens restaient dans des cases "moi je fais du rap", "moi je fais de la pop", on ne comprenait pas pourquoi et on voulait décloisonner tout ça. »

Donne ton avis

Auteur

Nicolas B : (560 articles publiés)

Aucun commentaire sur la news
Pseudo
Mail