22 220 Vues
  • Currently 3.50/5
3.5/5

Jok'Air, les secrets de « La mélodie des quartiers pauvres »

Posté le 23 Juillet 2017 à 13h55, par Guizz
Jok'Air, les secrets de « La mélodie des quartiers pauvres »

Crédits photos: Antoine Duchamp

 

Dans le cadre de La Sélection du mois de juillet consacrée à Jok'Air, Booska-P vous propose le deuxième volet des "Secrets de la Création", un nouveau concept qui retrace la vie du morceau le plus important de la carrière d'un artiste. Qu'il soit rappeur ou autre, chaque acteur de la scène musicale connait un titre dans sa carrière qui lui fait passer un cap. Ca peut être celui qui lui fait découvrir sa vocation, celui qui lance son ascension, celui qui marque une nouvelle direction artistique ou celui qui le fait exploser au yeux du grand public. C'est "La mélodie des quartiers pauvres" qu'a choisi Jok'Air comme titre symbolique de sa carrière solo lancée il y a 6 mois avec "Big Daddy Jok", son premier EP. Lancée le 17 février 2017 comme troisième extrait de ce projet, la fameuse mélodie résonne toujours...

 

Hymne à la rue

 

Des gens m'ont découvert avec ce son

"La mélodie des quartiers pauvres" fait partie de ces titres qui imprègnent l'esprit dès la première écoute. Véritable hymne à la vie des quartiers, le son percute, dressant un constat violent avec des idées brutes et une instrumentale optimiste. Pour ce titre, Melvin Félix aka Jok'Air s'est dévoilé: "C'est un morceau dans lequel je me suis plus livré et des gens m'ont découvert avec ce son". Ecrite avant la séparation de la MZ, "La mélodie des quartiers pauvres" se différencie de l'univers actuel du rap français. Chant rappé ou rap chanté, peu importe: la mélodie emporte et affirme la volonté de son interprète de faire différemment.

Les déceptions sont parfois à l'origine de grandes choses

Habitué à ne sous-estimer aucune de ses créations, Jok'Air ne sait pas encore qu'il concocte son classique au moment de son élaboration. Ce qu'il comprend en revanche, c'est que quelque chose de spécial et d'inhabituel se produit en studio. L'histoire de ce titre ne débutait pourtant pas comme une success-story. Originellement conçue pour le deuxième album de la MZ, une prod perdue au milieu d'un flot d'autres instrus est envoyée à Jok'Air de façon presque hasardeuse par le beatmaker guadeloupéen Chapo, déjà engagé à l'international et plaçant notamment pour Drake, 21 Savage, Migos, Lil Uzi Vert ou Young Thug. Spécialisé dans la production de bangers trap, le producteur détestait l'instrumentale de "La mélodie des quartiers pauvres", à tel point qu'il la nomma "Sale Pute" sur son ordinateur. La raison ? L'absence de basses et une rythmique, selon lui, trop basique: "Ca me dérangeait un peu parce que je l'ai travaillée différemment et j'avais pas réussi à trouver la formule qui me plaisait". De l'aveu du beatmaker, les déceptions sont parfois à l'origine de grandes choses: "Jok'Air en a fait un titre super. Quand j'ai entendu les voix et la façon dont il a posé dessus, je me suis dit qu'il y avait quelque chose de spécial avec. Je comprend qu'on parle de classique: c'est un morceau différent de ce qui se fait dans le rap français aujourd'hui, même par rapport au fait qu'il ait invité une chorale. C'est carrément américain."

 

« Y'a Balavoine dans mon corps »

 

Pendant la première séance studio, Big Daddy Jok écrit un SMS à son manager Davidson. Il nous raconte: "Je lui fait pas écouter directement les titres mais quand je fais un morceau je lui donne des petits signaux, je lui dit 'ouais j'ai un truc'. Ce jour-là, je me souviens lui avoir envoyé 'Y'a Balavoine en moi, il est dans mon corps'." Une comparaison que certains trouveraient osée, dans la bouche de Jok'Air elle sonne simplement comme un hommage, loin de toute provocation maladroite. Le chant, c'est justement ce vers quoi il tend. "La mélodie des quartiers pauvres", c'est un morceau de rap sur lequel il chante et pour Jok'Air, pas question de céder au scepticisme de ceux qui rejettent l'expérimentation, un terme devenu son mantra: "Qu'ils acceptent ou pas, moi c'est vers là que je veux aller. Plein d'artistes font en fonction du public de rap, mais j'suis pas sûr qu'ils aiment ce qu'ils font. Si je m'étais cantonné qu'à rapper sur des 4 temps, si j'étais resté bloqué sur les caisses claires, je pense pas que j'aurais pas franchi ce petit cap avec 'La mélodie des quartiers pauvres'. Elle m'a beaucoup aidé."

J'ai toujours vécu cette mélodie : je peux te chanter des sérénades pendant 24h mais personne ne peut nier que je viens du ghetto

Le titre doit aussi son succès au choix des mots. La mélodie est douce mais le texte qui l'accompagne décrit un quotidien réel, ni surjoué ni atténué. Jok'Air raconte ce qu'il a vu et ce qu'il vit toujours dans son quartier du Chevaleret, dans le 13e arrondissement de Paris: "Je chante mais mes propos restent les mêmes. C'est inspiré de ma vie: j'ai grandi et je vis encore dans une cité. J'ai senti qu'il fallait le faire parce que beaucoup d'artistes prétendent vivre ce truc mais ne le vivent pas vraiment".

Souvent citées comme l'une des principales forces du morceau, les voix Gospel entendues en fin de titre ont amené à "La mélodie des quartiers pauvres" une atmosphère chaleureuse participant à la profondeur du morceau. Ismaël, bras droit de Davidson et grand fan de R. Kelly, est à l'initiative de cet ajout. Il a proposé de mettre des choeurs de Gospel alors que le titre était déjà bouclé. Jok'Air, séduit par l'idée, a invité une chorale au sein de laquelle se cachait Trade Union, un chanteur dont les prouesses vocales ont pu être entendues de tous sur le morceau "Au bout de mes rêves" de Booba. Une première version est enregistrée avec toutes les voix, jusqu'à ce que Thomas, l'ingé son, choisisse de n'en garder que trois... "Mon ingé c'est un mec qui est très pointilleux, il fait de la musique depuis tout petit. Il y a des choses qu'on entend pas et qu'un mec qui a vraiment une oreille musicale peut entendre. Il a vraiment trié et on est passé d'une chorale entière à trois voix. Tu peux lui ramener Pavarotti, il aurait à redire. Avec lui on bosse la musique note par note." Homme de l'ombre et architecte de la musique, Jok'Air lui reconnait un rôle primordial dans l'aboutissement de "La mélodie des quartiers pauvres".

Une claque collective

 

La mélodie ça reste du vrai rap contrairement à ce qu'on peut dire aujourd'hui

Difficile de compter tous les commentaires, postés sur Youtube sous le visuel du titre, inscrits à chaud et plaçant d'ores et déjà la chanson au rang de classique. "La mélodie des quartiers pauvres" est une gifle musicale unanimement reçue, du public à l'industrie. Pour Vincent Boivin, directeur général de Arista, le label de Jok'Air rattaché à la major Sony Music, le titre a fait passer Jok'Air à un stade supérieur : "C'est une grosse pierre de sa carrière. Chacun a un titre sur son ghetto et lui il l'a amené avec son univers. Il dit des trucs puissants avec peu de mots. Ca m'a pris au bide." Pourtant, pas de rotation en radio ni de passage télé. Juste un titre déjà profondément ancré dans l'inconscient musical collectif de ceux qui s'en sont approchés.

Davidson, sans doute trop impliqué pour avoir le recul nécessaire, nous confie qu'il ne parvient que rarement à distinguer ce qui va marcher ou non. Tout comme certains auditeurs frustrés de ne pas avoir vu le titre décoller davantage, le manager de Jok'Air ne peut que constater les faits, aussi peu compréhensibles soient-ils: "J'ai capté qu'il y avait un truc quand tous les rappeurs l'ont relayé mais malheureusement il n'a que deux millions de vues. Est-ce que la musique est trop bonne ? Je peux pas l'expliquer." Vincent Boivin, lui, l'explique autrement : "La mélodie ça reste du vrai rap et contrairement à ce qu'on peut dire aujourd'hui, le vrai rap n'est pas populaire. Là c'est l'essence même du rap: un message avant tout. Ca concerne pas les hautes rotations des radios".

Le matin de la sortie du clip, Jok'Air se trouvait dans un avion pour revenir à Paris après un séjour en Côte d'Ivoire. Posté à 10h, le visuel se dévoile au monde... Ce n'est qu'une fois sorti de l'avion que le parisien sent qu'il se passe quelque chose avec ce titre.

 

Les coulisses d'un clip intemporel

 

Comment explorer toute la dimension de cette mélodie sans aborder la vidéo qui l'accompagne ? Réalisée par La Sucrerie, la mise en images du morceau fut tournée en plein hiver. Jok'Air s'en souvient comme l'un des tournages les plus physiques de sa vie. Il avait pourtant déjà travaillé avec cette boite de production sur "Morts ou vifs" avec Madame Monsieur et plus récemment sur "Cigarette" tourné à Cuba aux côtés d'Alkpote. Davidson avait une idée bien précise pour la vidéo de cette chanson: "Dans le visuel, je voulais un truc touchant, qui fasse pleurer et qui montre de fond en comble les quatre coins de notre cité".

Davidson, manager de Jok'Air

Par rapport à la mélancolie du morceau, l'idée était de faire un clip universel

Un rendu en noir et blanc était un choix évident pour Alain Guillerme, le réalisateur du clip: "Par rapport à la mélancolie du morceau, l'idée était de faire un clip universel sans effets spéciaux ou jeux de couleurs qui pourraient mal vieillir."Pari gagné pour l'équipe de La Sucrerie, qui a également choisi un cimetière de voitures pour un des temps forts du clip: "Je cherchais un endroit graphique avec une symbolique forte par rapport à la vie en banlieue. L'idée était d'avoir un décor qui pouvait rappeler la galère matérielle en contraste avec un Jok'Air pimpé pour ses playbacks individuels". Cette journée de tournage à la casse fut compliquée, entre des hôtes peu accueillants et le froid polaire qu'impose nécessairement un mois de février.

 Jok'Air se remémore cette journée: "Le climat était ultra froid. Je ne sentais plus mes pieds. Ils sont perfectionnistes, jusqu'au-boutistes. On a tourné de 10h à 18h. Il faut en passer par là si on veut de la qualité, ça fait partie du jeu."Et puisque la musique qualitative n'a pas de frontières, Davidson a tenu à sous-titrer les lyrics du morceau en anglais. Malgré certaines réticences du label, il n'a jamais lâché l'affaire: "la pauvreté, c'est un sujet universel. Je voulais que le monde entier puisse se sentir concerné par le clip". Une stratégie payante au regard des quelques youtubeurs américains, filmés en situation de première écoute pour "La mélodie des quartiers pauvres", que l'on peut trouver sur la plateforme. Le manager avait une autre idée en tête, celle d'illustrer les voix de la chorale Gospel en mettant les petits de la cité en mode playback. Mission impossible: "C'est des chenapans, ils couraient partout donc ça s'est transformé en chorégraphie, en soutien de Jok'Air dans le clip. Ensuite il fallait qu'ils soient bien accordés donc on a contacté Nike pour qu'ils puissent tous les habiller".

Pour le directeur-général d'Arista, le clip a conduit la mélodie à un niveau supérieur: "La vidéo a vraiment amené un truc. T'as de la nostalgie, du sourire, tu traverses toutes les émotions: tristesse, peine, espoir...". Au-delà de l'écran, le morceau est une célébration capable d'emmener un public avec elle. Jok'Air confesse: "J'aime bien faire des morceaux pour la scène, que les gens puissent chanter avec moi. Avec la mélodie, ils sortent les flashs et les briquets, c'est un morceau qui emporte".

 

Tout le monde est Big Daddy

 

C'est peut-être moi qui vais trop loin, ou bien peut-être que les gens ne sont pas prêts

Conscient du chemin parcouru par ce titre, Jok'Air reste néanmoins concentré sur la suite. Tout comme la major, le rappeur a des objectifs pour les titres de son premier album. Son but est artistique; il souhaite se mélanger, expérimenter, continuer à faire ses mélodies et chanter.

Au moment où nous le quittons, Jok'Air a d'ailleurs rendez-vous pour son cours de chant. Il se verrait même bien faire des toplines pour d'autres artistes. En bref, ne jamais s'arrêter: "Quand je vais en studio, je perd pas de temps. C'est une éducation, quand j'y vais je sais ce que je veux. Je ne peux pas venir en studio et perdre du temps. Des fois je suis chez moi, je joue à la play et je culpabilise: je me dis 'putain j'aurais pu faire deux morceaux'. C'est une hygiène de vie que j'ai depuis mes 15 ans." Vincent Boivon, lui, veut faire évoluer Jok'Air, tout en gardant son ADN: "Mon souhait le plus cher, c'est de l'élever en embarquant plus de gens dans son univers. En France faut être dans une case: "il fait du machin, il fait du untel". Mais aujourd'hui "il fait du Jok'air" ça existe pas parce que Jok'air il fait de tout"

Jok'Air a peur de la simplicité

Soucieux de trouver le single qui fera exploser l'artiste auprès du grand public, le patron de label refuse pourtant qu'il se cantonne à la facilité: "Il a peur de la simplicité, il faut qu'il rame, qu'il galère, que ça soit dur. Il a un truc vachement avant-gardiste. Il veut jamais refaire ce qu'il a fait". Une vision largement partagée par Davidson, qui nous affirme que les artistes et les gens du métier voient Jok'air comme un ovni. Déterminé à élever le niveau de la musique française, Davidson s'est investi d'une mission dès ses débuts: rendre accessible la bonne musique à tout le monde. Un défi que les deux frangins mettent en oeuvre, un idéal qu'ils vont chercher, peu importe si cela rapporte moins. Finalement, Jok'Air est un conquérant, prêt à investir tous les terrains et des univers différents, entre rap et chanson, entre mélodie et brutalité des mots. "Je ne peux pas être un joueur de basket sur le terrain et ne faire que shooter à 3 points, faut que j'apprenne à dribbler de la main gauche, que j'apprenne à défendre, que je sois complet." Un mood retranscrit dans les règles de l'art avec "La mélodie des quartiers pauvres", dont les notes intemporelles ne cesseront jamais de retentir.

Pour vous refaire la discographie de Jok'Air, abonnez-vous à Apple Music. Les trois premiers mois d'essai sont gratuits. Et si vous avez la chance d'être encore étudiant, vous ne payerez que 4,99€ par mois !

 

 

 

 

Donne ton avis

Auteur (@booska_p )

Guizz : Le site numéro 1 du rap francais. Toute l'actualité du rap francais et américain, le sport et le cinéma en vidéos. (42711 articles publiés) Guizz est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @booska_p.

2 commentaires sur la news

Pseudo
Mail

Tous les Commentaires

il manque une lettre au titre sur la photo.cherchez l erreur

Krimobeat le 24/07/2017 à 10h22 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

il manque une lettre au titre .cherchez l erreur

Krimobeat le 24/07/2017 à 10h21 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Reçois le top de l'actu

Reçois dans ta boite mail le top des actu du rap, foot et cinéma.

Le meilleur de l'actu

Dragon Ball Z : une annonce majeure pour les 30 ans de la licence
6ix9ine pourrait passer le restant de sa vie sous protection
Ninho dévoile la cover et la date de sortie de son album « Destin »
Toutes les actualités
Me connecter avec mon pseudo / email
Me connecter avec les réseaux sociaux Log avec Facebook
Pas encore inscrit sur Booskap ? M'inscrire
Mon avis sur cette nouvelle version de Booskap.
X FERMER
X FERMER