Hit & Facts : 9 choses que vous ne savez pas sur « Gin & Juice »

Avec la série « Hit & Facts », Booska-p vous dévoile les secrets de fabrication des plus grand hits rap présents et passés. Pour ce nouvel épisode, place à l'hymne hédoniste du plus félin des canins...

par Aurelien B

1. Second single extrait de Doggystyle sorti le 15 janvier 1994, Gin & Juice est loin d’être le morceau le plus autobiographique de Snoop, lui qui de son propre aveu ne consomme en réalité que très peu d’alcool.

2. Cela ne l’a cependant pas empêché de participer au mois de mai dernier à la confection du plus gros cocktail du même nom. Certifié par le livre Guinness des records, le verre conçu spécialement pour l’occasion contenait 500 litres de gin mélangé à du jus, soient 180 bouteilles d’Hendricks, 154 bouteilles de brandy abricot, et 383,78 litres de jus d’orange, le tout assorti d’un paille et d’un parasol géant.

3. La célèbre ligne du refrain « With my mind on my money and my money on my mind » est une figure de style appelée antimétabole. Il s’agit là de répéter en fin de phrase des mots qui apparaissent en début de phrase, façon Molière dans l’Avare, « Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger ».

4. Le refrain de Gin & Juice qui reprend Watching You des Slave est interprété par David Ruffin Jr., le fils de David Ruffin qui fut l’un des chanteurs principaux du groupe funk culte les Temptations.

Notez que Watching You sera ensuite à nouveau repris en 2004 par Snoop pour son tube Let's get Blown.

5. La ligne de basse sample le crooner disco soul George McRae qui bien qu’aujourd’hui tombé dans l’oubli mérite qu’on s’attarde sur lui, et ce notamment pour son tout premier album Rock Your Baby sorti en 1974.

6. Snoop cite deux marques de gin dans son texte Tanqueray et Seagram. Très ironiquement, la seconde rachètera quelques années plus tard Polygram, la maison mère d’Interscope Records, propriétaire de Death Row.

Effrayée par la mauvaise publicité récoltée par le Couloir de la Mort suite au décès de 2Pac et à l’incarcération de Suge Knight, Seagram fera alors pression sur sa filiale pour se débarrasser du label en le revendant dans les plus brefs délais au plus offrant.

7. Co-réalisé par Dr. Dre, le clip invite bon nombre de rappeurs à venir faire une apparition (les usual supects  Warren G, Nate Dogg, D.OC.  et Daz Dillinger), mais aussi Joe Cool (le cousin de Snoop qui a notamment dessiné et la pochette de Doggystyle et celle de Gin & Juice) et un jeune Lil Bow Wow qui s’amuse à sauter sur le canapé au début de la vidéo – « Should've kept the plastic on ».

8. Le clip de Gin & Juice sera très vite parodié par Eazy-E et sa bande alors en guerre contre Dre et Snoopy. Le clip D.P.K. (pour « Dogg Pound Killaz ») met ainsi en scène un plus ou moins sosie de Snoop assis à l’avant d’un vélo se faisant renverser par une voiture conduite par B.G. Knocc Out et Dresta.

9. Nostalgiques du la vague G-funk et des années 90, le jersey numéro 94 noir et jaune des Penguins de Pittsburgh floqué « Gin and Juice » est vendu sur ebay pour 200 euros, tandis que celui de l’équipe de hockey des Indians de Springfield a été ressorti cette année. Mieux, quiconque achetait ledit jersey se voyait gracieusement offrir un verre de gin et de juice.

A lire aussi :

« Doggystyle » : 25 ans de levrette ça se fête !

Retrouvez tous les épisodes de notre série « Hit & Facts » en cliquant ici.

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien B : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1844 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

Aucun commentaire sur la news
Pseudo
Mail

X FERMER