Havoc (Mobb Deep) parle de The Infamous, 25 ans après sa sortie

Un quart de siècle plus tard.

par Ben

Le 25 avril dernier marquait les 25 ans de la sortie d’un classique du hip-hop : The Infamous de Mobb Deep. Le LP est ressorti pour l’occasion dans une version agrémentée de quelques inédits. Et comme si ce n’était pas assez, Havoc a pris la parole, le temps d’y aller de ses anecdotes sur la création de cette pièce d’histoire.

A lire aussi :

Ce jour où... Mobb Deep a enregistré le meilleur titre de rap du monde

Un classique parmi les classiques

Désormais amputé de l’un de ses membres - Prodigy étant décédé en 2017 -, Mobb Deep continue malgré tout de marquer le hip-hop. La preuve nous aura encore été donnée ce 25 avril, signant les 25 ans de la sortie de The Infamous. Second album du duo new-yorkais après l’essai Juvenile Hell publié en 1993, The Infamous aura été LE classique de leur discographie, sur lequel se retrouvent Survival of the Fittest ou encore Shook Ones (Part II). Un quart de siècle plus tard, Havoc s’est confié auprès de Billboard pour s’épancher sur la genèse du LP, enregistré au moment où le hip-hop en général tendait à se durcir : « C’est comme si nous sortions de la vibe fin des années 80, début des années 90, et que la West Coast tuait tout. Nas était en train de se faire une place, Biggie arrivait. Ce sont deux artistes, vous ne pouvez pas arriver avec un plan B, ça ne plaisante pas. Si vous ne pouvez pas être au niveau, personne ne va se souvenir de vous. Biggie, Nas, Rae et Wu ont mis la barre haute. […] Cette période était sublime. » 

Plus intéressant encore, Havoc se souvient de la légèreté avec laquelle ils auront abordé l’enregistrement de leur album avec Prodigy : « Je m’en souviens comme d’une exploration. Au début, nous ne savions pas à quoi nous attendre. Nous n’avions peur de rien, nous faisons juste de la musique pour faire plaisir aux nôtres. De nombreuses choses se passaient, nous étions toujours au quartier. Des règlements de comptes, des dealers, des beefs, et malgré tout, nous avons réussi à créer un album. Avec Juvenile Hell [leur album sorti en 1993], nous sortions de l’école et nous pensions arriver directement au sommet. Nous avons été un peu arrogants. Et nous nous sommes vite rendus compte qu’il fallait faire plus qu’un album. Même si nous étions passionnés, nous n’avions pas la rigueur nécessaire, nous devions nous planter. La seconde fois, nous avons été plus humbles, plus affamés, le dos au mur. […] La deuxième fois, j’étais genre, le quartier va aimer ce qu’on fait, et pas seulement moi. »

#liberated

Une photo publiée par Kim Kardashian West (@kimkardashian) le

La lumière mise sur Prodigy

Havoc n’aura pas contre pas anticipé la lumière mise sur Prodigy, à ses dépens : « Tout l’album, il a relevé son niveau. Sur Juvenile Hell, je pensais être le lyriciste du groupe. Quand on a démarré sur The Infamous, je n’ai pas fait attention […] Quand quelque chose est face à vous, parfois, vous ne le voyez pas. Mais au bout d’un moment, je me suis dit : "Merde, ce mec est une bête"» La 25th Anniversary Expanded Edition de The Infamous est dès à présent disponible sur les plateformes de streaming.

Donne ton avis

Auteur

Ben : (4024 articles publiés)

1 commentaire sur la news
Pseudo
Mail

Tous les Commentaires

brillantissime culte légendaire intemporel révolutionnaire impactant inspiration

top 3 hip hop new york toute époque confondue mais booska vous me décevez je pensais voir un article sur l album titres par titres très très déçu !!!!!!!!!!!!!!!!!

Renaud le 26/04/2020 à 22h41 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1