Future invite Lil Durk sur l'inédit « Last Name » [SON]

Le rappeur lave son linge sale.

par Ben

Future l’affirme : son dernier titre en date n’est pas un diss, mais bel et bien une chanson. Difficile pourtant de ne pas voir ici une tentative pour la superstar de redorer son blason.

A lire aussi :

« Monster » : 5 ans plus tard, la mixtape de Future dispo en stream

Le rappeur à coeur ouvert

Produit par DY Krazy et profitant de la participation de Lil Durk, Last Name donne l’occasion à Future d’évoquer un sujet sensible : celui de la paternité. Dès l’introduction, l’artiste originaire d’Atlanta confirme prendre soin de ses différentes familles : « This ain’t a diss song, this a real song/N****, we ain’t runnin’ from no responsibilities/I take care of families/I’m embarrassed over this mess that I done caused » (« Ce n’est pas un clash, c’est une vraie chanson/N****, nous n’évitons pas non responsabilités/Je prend soin des familles/Je suis gêné de tout ce bazar que j’ai causé »).

Sur le refrain, Hendrix évoque ne pas connaître le nom de l’une des mères de ses enfants, et semblerait même mélancolique par instants : « Fuck the bitch once, now she wanna cry/Snitches told the feds, I had an alibi/Brokenhearted, fuck my bitch every night/I don’t know her name, she wanna have my child/Laughin' to the bank, got me runnin' wild/Numbed to the pain, so I keep a smile » (« B**** la p*** une fois, maintenant elle veut pleurer/Les balances ont été voir les fédéraux, j’avais un alibi/Le coeur brisé, j’ai b**** ma p*** tous les soirs/Je ne connais pas son nom, elle veut porter mon enfant/Riant à la banque, me rendant fou/Engourdi par la douleur, alors je garde le sourire» ). En octobre dernier, un extrait du même titre était plus explicite encore, puisque Future rappait « I don’t know her name and she had my child » (« Je ne connais pas son nom et elle a mon enfant »). 

Future et Lil Durk, un duo qui fonctionne

A l’époque, une femme du nom d’Eliza Seraphin aurait selon TMZ lancé une action en justice afin de faire reconnaître la paternité de l’artiste. Elle s’en était même expliqué sur Instagram. De son côté, Future avait avancé qu’il était question pour Seraphin d'étaler des mensonges sur la place publique afin de lui extorquer de l’argent, et rien de plus. Le même mois, Cindy Renae Parker affirmait que l’interprète de Mask Off lui avait fait un fils, Legend Ary Wilburn. Future, de son vrai nom Nayvadius Wilburn, semble évoquer ce second cas dans le 3ème couplet de Last Name : « Ain’t no visitation, waitin’ for the trial/Took my last name, this ain't bout the child » (« Pas de visite, en attente du procès/Elle a pris mon nom, ça n’a rien à voir avec l’enfant »). Avant Last Name, Future et Durk s’étaient déjà retrouvés en 2016 sur le titre Hated on Me, puis en 2018 sur Spin the Block.

Donne ton avis

Auteur

Ben : (4012 articles publiés)

Aucun commentaire sur la news
Pseudo
Mail