Avec Rather You Than Me, Rick Ross est-il toujours le boss ?

Alors que le rap n'est pas une musique réputée des plus tendres avec ses anciens, que vaut ce neuvième et dernier album d'un Ricky Rozay aujourd'hui âgé de 41 ans ?

par Booskap

À la fin des années 2000, Rick Ross règne en maitre sur le rap mondial. Tandis que son opus Teflon Don sorti en 2009 lui assure succès public et reconnaissance critique, son écurie MMG (Meek Mill, Wale, Stalley...) s’impose sans demander son reste sur le marché.

Comme d’autres avant lui, il connait ce moment de grâce où tout ce qu’il touche se transforme en or.

Près d’une décennie plus tard, changement de décor. Le rap jeu étant ce qu’il est, la roue finit inlassablement par tourner.

Les productions déglinguées signées Lex Luger ne constituent plus le mètre étalon de tout banger qui se respecte. Si le Bawse incarne avec toujours autant d’outrance ce mode de vie flamboyant et cinématographique dont il s’est fait l’icône, commercialement le déclin se fait sentir.

Reste qu’a contrario d’autres rappeurs qui ont touché le ciel avant lui (50 Cent, Lil Wayne...), ses ventes ont beau piqué du nez, musicalement il en a encore sous le pied.

Preuve en est avec son diptyque Black Market/ Black Dollar sorti précédemment qui s’est révélé de très bonne facture.

De ce point de vue, ce n’était donc pas sans une certaine impatience que ce Rather You Than Me se faisait attendre – et non pas pour les bisbilles sur la place publique avec les anciens associés Birdman et Nicki Minaj qui sentent un peu trop le buzz pour être sincères.

L’album s’ouvre sur Apple Of My Eye, une nouvelle collaboration avec le chanteur soul Raphael Saadiq, la seconde après All the Money in the World, titre présent sur la tracklist de... Teflon Don (que les amateurs de signes subliminaux lèvent la main). Une entré en matière au niveau, du Razel pur jus.

Changement de registre ensuite avec Santorini Greece où l’on sent la colère monter, tant dans le flow que dans les mots. Chose rare, le rappeur du port de Miami délaisse le temps de quelques rimes les histoires de gros flouze et de narcotiques pour évoquer la place des noirs aux USA.

Ross se fait ensuite l’avocat de tous les artistes spoliés par Cash Money sur Idols Became Rivals (enfin pas tous sinon le morceau durerait une bonne demi-heure).

S’enchaînent ensuite un trio de titres produits par Beat Billionaire, le principal architecte sonore du projet – est-il encore besoin de louer le talent du maitre de lieux pour choisir ses beatmakers ?

Avec I Think She Like Me, Ty Dolla Sign confirme qu’en featuring il apporte une vraie valeur ajoutée (en solo c’est une autre histoire).

Il faut ainsi attendre la bonne moitié de l’album avant de tomber sur le premier vrai faux pas : ce duo avec Nas qui déçoit dans les grandes largeurs. Instru terne, sample japonisant mal inspiré, le tout sonne inabouti, presque comme une maquette.

Rather you Than Me connait à partir de là une nette baisse de régime, enchaînant les titres cousus de fil blanc (Triple Platinum, Summer Seventeen ou Lamborghini Doors produit par l'aulnaysien Tarik Azzouz) qui n’assurent même pas leur statut de fillers.

Tout n’est pas pour autant à jeter. De Scientology en passant par Maybach Music V, plusieurs pistes méritent quelques clics sur la touche replay.

En tout et pour tout, ce Rather You Than se révèle donc plus que méritant et fait plutôt bonne figure dans la discographie déjà bien fournie de Rick Ross.

Sans aller jusqu’à comparer son auteur à feu Notorious B.I.G. comme le font en ce moment certains critiques US (qui doivent en fumer de la bonne), il n’est pas complétement déplacé de souligner qu’avec ce neuvième opus Ricky Ross continue de grimper toujours un peu plus haut au classement des meilleurs emcees de tous les temps.

L’homme serait-il d’ailleurs pressé d’en arriver à l’heure des bilans ?  Il vient d’ores et déjà d’annoncer la sortie prochaine de son dixième disque intitulé... Port Of Miami 2: Born To Kill.

 

Donne ton avis

Auteur (@booska_p )

Booskap : Le site numéro 1 du rap francais. Toute l'actualité du rap francais et américain, le sport et le cinéma en vidéos. (58361 articles publiés) Romain est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @booska_p.

2 commentaires sur la news
Pseudo
Mail

Tous les Commentaires

On parle pas du titre Deads Presidents ? Enorme et avec pile les bons invités ? Et Trap trap trap qui est un vrai banger ?

Lilget27 le 26/03/2017 à 23h34 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Au state en tout cas aucun doute ne subsiste cette album est plus que lourd il a mis tout le monde d'accord .

Mams le 26/03/2017 à 10h33 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1