Advertisement
Advertisement

Album de Jay Electronica : les premières critiques sont tombées !

« A Written Testimony » vaut-il toute l'attente engendrée ?

par Aurelien B

En 2007 Jay Electronica sort la mixtape concept Act I: The Eternal Sunshine (The Pledge). Longue d’à peine 15 minutes, dénuée du moindre refrain, elle reprend l’ambiance musicale de la comédie romantique de science-fiction Eternal Sunshine of the Spotless Mind réalisée par le Frenchie Michel Gondry avec Jim Carrey dans le rôle-titre.

Certifiée culte depuis, le projet était censé être suivi de deux autres actes, sauf qu’à une tracklist lâchée dans la nature en 2012, des tweets plus cryptiques les uns que les autres et de multiples rumeurs, rien ne s’est passé.

Et puis vendredi dernier, s’est produit ce que plus personne n’espérait : Jay Electronica, 43 ans, est revenu avec un premier album en bonne et due forme.

Sorti sur Roc Nation, composé de dix pistes dont huit où Jay-Z vient lui prêter main forte, A Written Testimony marque d’ores et déjà l’un des temps fort de l’année 2020.

L’occasion donc de se demander si après presque treize années d’absence, Jay E est toujours dans le coup.

Un classique ?

Pour Stereogum, A Written Testimony confirme que « l’adulation » qui entoure la personne de Jay Electonica est méritée tant ce dernier est un rappeur à part : « Jay Electronica n’a peut-être jamais voulu faire un album, mais il l’a fini par le faire, et c’est exceptionnel ». Et de souligner que si paradoxalement « cet album arrive avec une décennie de retard, il n’en est pas moins pile à l’heure ».

De son côté DJ Booth relève la dévotion envers l’islam dont fait preuve Jay E, ce qui n’empêche absolument pas l’opus d’être « fascinant » tant « les nombreux hauts compensent largement les quelques bas », et tant prédomine ce sentiment que « rien de ce qui est sorti récemment ou de ce qui sortira prochainement n’est comparable ».

Pour Magnetic Magazine enfin, si A Written Testimony n’est évidemment pas à la hauteur des espérances placées en lui (le pari était impossible à tenir), il n’en reste pas moins que l’album mérite d’être rejoué encore et encore, ne serait-ce que pour son cachet « intemporel ».

A lire aussi :

Les albums les plus chelous du rap US jamais sortis [DOSSIER]

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien B : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1937 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

Aucun commentaire sur la news
Pseudo
Mail

X FERMER
Advertisement