40 anecdotes terrifiantes sur Suge Knight, le grand méchant du rap US

Le Thanos de la côte ouest...

par Aurelien B

1. Suge Knight s’appelle en réalité Marion Hugh Knight Jr. Le surnom « Suge » lui a été donné enfant en référence à l’expression « Sugar Bear » (« Ours en sucre » en français). Du coup on dit « Cheug Knight » et pas « Soudje Knight ».

2. Footballeur émérite à UNLV, l’université de Las Vegas, il a à cette époque raflé plusieurs distinctions individuelles : rookie de l’année de l’équipe, capitaine de l’équipe défensive et membre de l’équipe type de conférence – ici une compilation de ses meilleures actions.

Selon son coach Harvey Hyde, il était à l’époque « le genre de joueur que tout coach adorait avoir sous sa direction, le genre de joueur qui se contentait de répondre ‘oui monsieur/non monsieur’ ».

3. Bien qu’aucune équipe pro ne l’ai drafté à l’issue de son cursus universitaire, il a tout de même joué deux matchs en NFL lors de la saison 1987/1988 lorsque les Los Angeles Rams l’ont débauché pour renforcer leur effectif suite à une grève des joueurs.

4. Suge Knight a fait ses premiers pas dans le monde de la musique en travaillant comme garde du corps pour Bobby Brown.

5. Pour pouvoir être en mesure de fonder Death Row, il s’est rapproché de Lydia Robinson une apprentie chanteuse mariée à un certain Michael Harris alias Harry O. Dealeur millionnaire, de sa cellule de prison il a financé à hauteur de 1,5 million de dollars l’entreprise.

Une fois l’argent en poche, Knight l’a cependant fait à l’envers aux deux tourtereaux en les excluant du deal.

6. Quand bien même il est admis qu’Eazy-E a été forcé de libérer Dr. Dre, Michel’le et Above The Law de toutes obligations contractuelles envers Ruthless Records sous peine d’être tabassé à coup de battes de baseball et tuyaux de plomb, Suge Knight a lui toujours nié les faits : « Vous avez vu Eazy ? Vous m’avez vu ? Je n’ai pas besoin d’une batte pour le forcer à faire quoi que ce soit ».

7. Lorsque fraîchement lancé Death Row s’est cherché un partenaire pour distribuer sa musique, Suge a été approché par Interscope Records et Jimmy Iovine. Pas nécessairement en position de force pour négocier quoi que ce soit alors que Ruthless menaçait de poursuites quiconque s’associerait avec lui, il a néanmoins exigé (et obtenu) que le label conserve l’intégralité de la propriété de ses masters, chose complètement inédite pour l’époque.

« On en va pas se taper tout le taf et vous récupérer tout l’argent »

8. Grand fan de Scarface, il avait fait décorer son bureau sur le modèle de celui de Tony Montana : murs peints en rouge et écrans vidéo à portée de main qui diffusaient en continu les images des caméras de surveillance des studios.

Petite variante : il avait fait installer en son centre un aquarium rempli de piranhas.

9. Fier propriétaire d’un berger allemand qu’il n’hésitait pas à exhiber en interview, il avait nommé ce dernier Damu, ce qui signifie « blood » en Swahili.

10. En 1994, il a fait ouvrir un club privé à Las Vegas baptisé le 662, un chiffre qui tapé sur un clavier de téléphone renvoie aux lettres M.O.B., l’abréviation de Member Of Bloods.

11. Accusé de complicité de meurtre lors de l’été 1993, sur les conseils de Suge Knight Snoop Doggy Snoop a attendu une semaine avant de se rendre aux autorités histoire de capitaliser au maximum sur le battage médiatique orchestré.

En sus, le tout dernier jour de sa cavale il est apparu sur la scène des MTV Video Music Awards où il a délivré un prix. Alpagué à la fin de la cérémonie, son arrestation avait été négociée et planifiée en amont par ses avocats.

Le rappeur a ensuite été libéré en échange d’une caution d’un million de dollars payée par Death Row.

12. Pas franchement ravi du manque de référence aux Bloods dans l’album Doggystyle de Snoop (qui rappelons-le est affilié aux Crips), il a exigé que Warren G fasse un petit effort sur ce point, raison pour laquelle il est entendu rapper « In my Chevy, '64 -- red to be exact » sur Ain’t No Fun.

La rumeur veut que Suge ait à cette occasion collé une gifle au demi-frangin de Dr. Dre pour l’obliger à obtempérer.

13. Le clip de Regulate de Warren G a bien failli se faire sans Nate Dogg. Suge Knight estimait en effet qu’une compensation financière lui revenait car après avoir posé sur le morceau, le chanteur avait ensuite signé sur Death Row.

Un accord a été trouvé au dernier moment, et c’est Suge lui-même qui a conduit Nate Dogg sur le tournage au volant d’une Cadillac.

14. En pleine guerre des côtes, Nas a enregistré en 1995 un featuring sur l’album Dogg Food des Dogg Pound. Intitulé Don’t Stop, Keep Goin’, le morceau a néanmoins été retiré de la tracklist finale par Knight.

15. Autre absent de Dogg Food : Dr. Dre. Ayant quitté peu de temps auparavant le navire Death Row, bien qu’il avait commencé à travailler sur l’album aux côtés de Daz et Kurupt, Suge avait expressément donné l’ordre que toutes ses contributions soient passées à la trappe.

16. Suite à cette séparation pas vraiment à l’amiable, non content de clamer sur tous les toits que Dre est homosexuel, il lui a rendu une petite visite chez lui en compagnie de ses goons armés de battes de baseball.

17. Quand Snoop s’en est lui aussi allé voguer vers d’autres horizons en 1996, c’est peu dire que Suge Knight a gardé la dent dure : d’une part il n’a pas hésité en 2000 à divulguer son adresse ainsi que celle de Dre dans la DVD Death Row Uncut, mais selon le Grand Chien il aurait également promis une Mercedes Benz à quiconque lui couperait les cheveux.

18. Autre coup en douce : quelques jours avant la sortie de Tha Last Meal, il a regroupé ses chutes de studios pour sortir l’album Dead Man Walkin' sur lequel Snoop apparaît habillé en rouge, une hérésie pour un Crip.

19. Can’t C Me qui ouvre le second CD d’All Eyez On Me était initialement destiné au second solo de Dr. Dre. Suge Knight en a toutefois décidé autrement et a « offert » le morceau à 2Pac.

20. La guerre des côtes entre Bad Boy et Death Row est-elle née d’un malentendu ? Lors de la funeste cérémonie des Source Awards de 1995, sur scène Suge Knight avait invité à venir le rejoindre sur Death Row « tous les artistes qui veulent être des artistes et qui ne veulent pas avoir à se soucier d’avoir leur producteur exécutif qui essaye de venir danser dans tous leurs clips ».

Si sur le coup tout le monde avait cru la pique adressée à Puff Daddy, quand ce dernier est allé confronter en coulisses celui qu’il considérait jusque-là comme son pote, Suge lui a répondu qu’il avait fait en réalité référence à Jermaine Dupri.

21. Bien que 2Pac ait toujours cru que Suge Knight avait déboursé la caution de 1,4 million de dollars nécessaire pour le faire sortir de prison, il n'a en réalité versé que 250 000$ de sa poche. Le reste de la somme a été avancé par Interscope et Time Warner.

22. Peu après la disparition de 2Pac, Snoop souhaitait faire la paix avec Puff Daddy et Notorious BIG afin d’éviter que les choses ne dégénèrent. La réponse de Suge ? « Fuck them bitch ass niggas ».

23. Suge Knight a-t-il fait assassiner 2Pac ? Pour peu que l’on se demande à qui profite le crime, la réponse ne fait pas un pli, et ce d’autant plus que l’auteur de California Love était sur le point de quitter Death Row.

Ni une, ni deux, Knight a ainsi récupéré tous les enregistrements de son meilleur poulain, tout cela sans miraculeusement se prendre la moindre balle malgré son mètre 93 et ses 136 kilos alors qu’il était assis juste côté de lui dans la voiture.

24. Autre théorie pas si farfelue : ce funeste 7 septembre 1996, ce n’est pas 2Pac qui était la cible mais bien Suge Knight.

Les commanditaires ? Sa femme Sharitha Knight avec qui il était en instance de divorce au moment des faits (celle-là même à qui il avait coupé les cheveux devant la maison de sa mère quelques années plus tôt) et Reggie Wright Jr., le chef de la sécurité de Death Row.

Les deux larrons auraient fait cause commune pour prendre contrôle du label. Le plan ne se serait toutefois pas déroulé comme prévu et 2Pac en aurait fait les frais

25. S’il est globalement admis que 2Pac s’est radicalement laissé aller à son côté obscur en acceptant de rejoindre Suge Knight sur Death Row, à en croire Stormey Ramdhan, l’ex-femme de Knight et mère de deux de ses enfants, ce fut au contraire tout l’inverse.

En 2014 dans son livre intitulé My Life with the Knight elle écrit en effet que « 2Pac a donné ce sentiment à Suge qu’il se sentait invincible. Tout le monde voyait bien la différence, le nouveau Suge était plus direct, plus froid, plus difficile à saisir et beaucoup moins concentré sur les affaires ».

26. Engagé comme assistant ingénieur son chez Death Row, Phil Brewster a raconté avoir dû un jour nettoyer du sang sur les murs de son bureau.

27. Assez rapidement suspecté par les autorités de manœuvres illégales, Death Row s’est retrouvé infiltré de l’intérieur par un agent double. Selon le rapport de ce dernier, tandis que les bureaux du label servaient de plaque tournante pour le trafic de cocaïne entre la côte ouest et la côte est, d’anciens policiers avaient été recrutés pour déjouer les plans des enquêteurs.

28. Suge Knight a offert un contrat d’enregistrement à la fille du procureur en charge de certains dossiers le concernant, Gina Longo. Si cette dernière devait très certainement avoir du talent, elle n’a toutefois jamais sorti le moindre disque.

29. Pour introniser un nouveau membre au sein de Death Row, Knight lui offrait une chaîne ornée du célèbre pendentif en forme de condamné à mort assis sur une chaise électrique. S’il s’agissait d’un employé elle était en or, s’il s’agissait d’un artiste elle était en diamant.

30. Quand Suge Knight se déplaçait dans une nouvelle ville avec son staff, pour faire remarquer sa présence il prenait soin de constamment laisser tourner quatre limousines sur la devanture de l’hôtel dans lequel il passait la nuit.

31. En dépit de son succès sans pareil, les profits dégagés ne couvraient pas le train de vie somptueux du label, tant et si bien qu’en 1996 le comptes étaient déficitaires à hauteur de 4,5 millions de dollars.

Qu’importe, Suge Knight avait alors fait signer à son comptable une « confession » dans laquelle il admettait avoir détourné la somme et promettait de la rembourser sans délai.

32. Sitôt libéré de prison en 2001 après avoir été condamné cinq ans plus tôt pour violation de parole, Suge Knight s’est fait conduire en limousine chez lui tandis que sur sa route un panneau publicitaire affichait en grand « Welcome home Suge » en rouge vif.

33. Si l’on croit Irv Gotti, en 2002 il a eu un temps entre ses mains une sextape de Jennifer Lopez. Il aurait alors fallu toute la persuasion du boss de Murder Inc. pour le convaincre de ne pas la diffuser.

34. Suge Knight a manqué de faire tabasser Eminem. Lors de la cérémonie des Source Awards de 2001, après s’être embrouillé avec quelques Bloods présents dans l’assistance, le Slim Shady s’est retrouvé face à tous leurs potes qui lui criait au visage « ‘Death Row, motherfucker, Death Row’. Suge Knight nous a envoyé pour le tabasser, et c’est ce qui va se passer ».

Son garde du corps a alors fait appel au service de sécurité de Dr. Dre pour le faire évacuer.

35. Il a interrompu le tournage du clip In da Club de 50 Cent en se pointant à l’improviste entouré de ses gars histoire d’intimider son monde.

À en croire Fiddy, beaucoup ont d’un coup d’un seul pris leurs jambes à leurs cous : « Quand il s’est pointé on entendait ‘Suge est dehors ! Suge est dehors !’. Ça courrait dans tous les sens en faisant tomber des trucs. Moi j’étais là devant la caméra et il n’y avait plus personne ! »

36. En 2009, Knight a été fortement soupçonné d’avoir participé au cambriolage de la maison de DeVante Swing. Ancien leader de Jodeci et collaborateur régulier chez Death Row dans les années 90, il avait alors été retrouvé ligoté, battu et dépossédé de 160 000 dollars de joaillerie.

37. En 2010, il a poursuivi Kanye West en justice. Invité à l’une de ses soirées en 2005, il s’était alors fait tirer dans la jambe. Cinq ans plus tard, il a porté l’affaire devant les tribunaux, non pas pour sa blessure, mais pour avoir perdu dans la mêlée un boucle d’oreille estimée à 135 000 dollars. Un accord a été conclu à l’amiable.

38. Victime d’une fusillade en 2014 alors qu’il se trouvait à une soirée organisée par Chris Brown, Suge Knight s’est pris six balles dans le corps. Ressorti trois jours plus tard de l’hôpital, il a refusé toute coopération avec la police.

39. Quelque temps plus tard, il a expliqué que cette tentative de lui ôter la vie était due au fait qu’il avait passé un contrat à vie avec Dr. De lui garantissant 30% des tous ses gains – dont la vente de Beats à Apple pour 3 milliards de dollars.

40. Ayant eu vent en amont du portrait peu flatteur qui allait être fait de lui dans le biopic Straight Outta Compton, en 2015 Suge Knight a menacé de mort par texto le réalisateur F. Gary Gray pour qu’il modifie son scénario.

A lire aussi :

L'incroyable casier judiciaire de Suge Knight ! [DOSSIER]

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien B : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1824 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

1 commentaire sur la news
Pseudo
Mail

Tous les Commentaires

Le diable en personne ce mec !
Biensure que la mort de 2pac a été planifiée secret de polichinelles

Rapjeu le 30/06/2020 à 00h26 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1