20 trucs à savoir sur The Game, le « Stan » du rap US

Rétrospective de la carrière de celui qui vient de sortir son dixième et ultime album « Born 2 Rap »...

par Aurelien

1. C’est peu dire que Jayceon Terrell Taylor a connu une enfance difficile : élevé dans famille d’accueil de 7 ans à 15 ans pour cause de parents drogués et affiliés au gang des Crips, il a vu deux de ses grands frères tomber sous balle – le premier à 13 ans, le second à 21 ans.

2. Lycéen, The Game a joué au basket dans l’équipe du Compton High School aux côtés des futures stars de la NBA Baron Davis, Tyson Chandler et Gilbert Arenas. Selon lui, il tournait à l’époque à 14,9 points, 6 rebonds et 4 passes par match.

3. Le 1er octobre 2001, The Game a été victime d’un guet-apens mené par deux hommes armés venus lui dérober la drogue planquée dans sa crack house. Touché à cinq reprises (au ventre, à l’avant-bras, deux fois à la poitrine et au mollet), il a malgré ses blessures réussi à appeler une ambulance avec son téléphone portable.

Il est ensuite tombé dans le coma pendant trois jours.

4. C’est lors de sa convalescence qu’est née sa vocation de rappeur : tandis qu’il passe ses journées à écouter du son allongé sur son lit d’hôpital, il en profite pour réécrire les plus grands classiques à sa sauce (NWA, Biggie...) et s’imaginer les kicker.

5. The Game doit son blaze au surnom que lui a donné grand-mère, lui qui enfant prenait tout pour un jeu.

En 2001, il a fait enlever le « The » avant de revenir plus tard sur sa décision.

 

6. Avant d’être connu, il a participé en 2000 à l’émission de dating Change of Heart. Convié avec sa copine de l’époque, il s’est alors fait larguer par cette dernière qui lui reprochait d’être trop sensible.

Longtemps oubliée, la séquence a opportunément ressurgi lors de son clash avec le G-Unit.

7. La toute première fois où il peut être vu dans un clip c’est dans In Da Club de 50 Cent.

8. Il était prévu que son tout premier album sorti en janvier 2005 s’intitule, non pas The Documentary, mais Nigga Wit An Attitude Volume 1 en hommage à la bande à Eazy-E.

Pour des questions de droit cela n’a cependant pas été possible.

9. Il lui arrive très souvent de commencer à écrire ses couplets en commençant par le dernier, et ce pour une raison bien précise : « Quand tu écris tes couplets dans l’ordre, neuf fois sur dix le dernier est le plus faible parce que tu as tout donné précédemment. ».

10. Si 2Pac et Notorious B.I.G. sont ses rappeurs préférés, il se refuse toutefois à les départager. Pour lui chacun mérite la couronne.

Et pour ce qui est de son top 10, il cite ensuite Nas, Rakim, Eminem, Jay-Z, Ice Cube, Snoop Dogg, Andre 3000, Jadakiss et Big L.

11. Bousillé de rap, The Game s’est fait une spécialité de piquer le flow des autres – en anglais on parle de flow jacking. Entre hommage et plagiat, il peut ainsi notamment être entendu rapper comme Eminem sur Stadium Music, Biggie sur The Good The Bad The Ugly ou American Dream, Nas sur Born In The Trap et Let Us Live, ou plus récemment comme Nipsey Hussle sur Pharaohs.

Plus gênant, il lui arrive de poser comme le rappeur qu’il a invité sur son morceau (Tyler, The Creator sur Martians vs. Goblins, J.Cole sur Pray, Jeezy sur Paramedics...).

12. Au tout début de sa carrière, The Game était managé par le tristement célèbre Jimmy ‘Henchman’ Rosemond via sa société Czar Entertainment.

Pour rappel Henchman s’est notamment rendu célèbre pour avoir mis un contrat sur la tête de 2Pac dans les années 90, avoir été soupçonné d’avoir fait tirer sur Suge Knight ou encore fait mitrailler la maison de la mère de Tony Yayo.

13. En 2006, The Game s’est fait tatouer un papillon sous l’œil droit. Cible de moqueries à répétition, il a très vite faire redessiner par-dessus le logo de l’équipe de baseball des Dodgers, avant de clore définitivement la parenthèse en le recouvrant avec une étoile rouge Blood.

14. Avec au bas mot une centaine de morceaux enregistrés de part et d’autre, son clash contre 50 Cent et tout le G-Unit se classe en première position des clashs les plus prolifiques de l’histoire du rap.

15. En 2011, Red Nation a été banni des antennes de MTV et de BET ainsi que de bon nombre de radios à cause de ses trop nombreuses références au gang des Bloods.

À en croire l’intéressé, tout ceci serait de la faute de Lil Wayne : « Le morceau état plutôt anodin jusqu’à qu’il pose le refrain et tous ses ‘blood ceci, blood cela’. Je comprends que pour lui c’était une sorte de métaphore, mais tout le monde l’a pris dans le mauvais sens. Pour nous c’était juste un bon morceau rap, pas une manière de faire la promotion du gang banging. »

Autre anecdote sur ce morceau : Robert O’Neill, le militaire qui a tué Ossama Ben Laden en 2011, écoutait cette chanson la nuit où il a pressé la détente.

16. Heureux possesseur de la toute première édition des Nike MAG Back to the Future (160 000 dollars la paire quand même), The Game a eu la malchance de se les faire voler chez lui. S’il les a depuis rachetées à l’identique, il les entrepose désormais dans un présentoir pare-balles large de cinq centimètres, et qui plus est encastré dans le mur de sa maison.

« Dorénavant, celui qui veut me les piquer devra repartir avec toute la pièce sur le dos. »

17. Touché par la crise de l'eau qui a secoué Flint en 2016 (des canalisations vieillissantes avaient entraîné une contamination au plomb de tout le circuit de distribution des quartiers pauvres), The Game, dont plusieurs membres de sa famille vivent dans la région, avait alors offert un million de dollars aux victimes – et accessoirement partagé en ligne le solde de son compte en banque pour le prouver.

18. Parmi les nombreuses incartades judiciaires qui ont émaillé son parcours (agression d’un policier en civil, humiliation de 40 Glocc, agression sexuelle...), il en est une particulièrement insolite : en 2017 il a dû s’acquitter d’une amende de 8 500 dollars pour ne pas avoir payé les hamburgers qu’il avait commandés dans un restaurant de Los Angeles à l’occasion d’une soirée privée organisée par ses soins.

19. En 2012 la pochette de son album Jesus Piece qui mettait en scène un Jésus afro-américain portant bandana rouge et tatouage en forme de larme a créé le scandale. Elle avait alors été remplacée au dernier moment par une photo de son frère Jevon Danell décédé.

« Cette cover représentait ce que je suis dans ma musique et en dehors : j’aime Dieu, Jesus est mon sauveur, mais moi je suis toujours un thug. »

20. Sur le morceau Sauce sorti en 2016, il prétend « avoir ba*sé trois des Kardashian ».

Interrogé quelque temps plus tard plus en détails sur le sujet dans le Wendy Williams Show, il avait alors révélé qu’il s’agissait de Kimberly, Khloe et Blac Chyna.

Joli CV.

A lire aussi :

Jimmy Henchman, le gangster du rap devenu balance [DOSSIER]

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1742 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

2 commentaires sur la news
Pseudo
Mail

Tous les Commentaires

Vous faites rire booska ça fait au moins 10 ans qu'on les connait toutes ses infos !!!!!!!

et je rajouterais qu'il était partagé entre the chronic et illmatic celle ci c'est cadeau

Renaud le 14/12/2019 à 11h42 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Vous faites rire booska ça fait au moins 10 ans qu'on les connait toutes ses infos !!!!!!!

Renaud le 14/12/2019 à 11h41 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1