Advertisement
Advertisement

20 trucs à savoir sur Joe Budden, le très bruyant retraité du rap US

Il ne rappe plus, mais on l'entend encore partout...

par Aurelien B

1. Adolescent, Joseph Anthony Budden Jr. était accro au PCP. Surnommé « angel dust » dans le ghetto, cette poudre qui s’inhale, se fume ou s’ingère était à la base utilisée comme tranquillisant pour cheval avant d’être retirée du marché dans les années 60 pour cause d’effets secondaires hallucinogènes.

2. Joe Budden a ainsi passé de nombreuses heures chez le psychothérapeute. Si ses potes voyaient ça comme « un truc de blanc », il estime que ces séances lui ont « sauvé la vie ».

3. Il est devenu père à 20 ans.

En relation avec une femme plus âgée que lui, il a eu son premier enfant prénommé Trey en 2001.

Seize ans plus tard, il aura de nouveau un fils, Lexington, avec le mannequin et instagrameuse Cyn Santana.

4. Rappeur à ses heures perdues, son fiston Trey a en 2018 sorti le freestyle Thought's After The Courtroom dont le texte revient sur l’absence de son père et la « haine » qu'il lui porte.

Pas rancunier, ce dernier a partagé le son sur ses réseaux.

5. Si comme Kendrick Lamar ou Kanye West, Joe Budden rappe sous son vrai nom, c’est tout simplement qu’il n’avait jamais pensé à prendre un pseudo avant de signer en maison de disques.

« Pour moi rapper c’était un truc pour passer le temps. Comme je suis devenu bon, Def Jam m’a proposé un contrat, sauf que c’est arrivé tellement vite que je n’avais pas eu le temps de penser à un pseudo. »

6. Bon point pour lui, il n’a pas eu non plus à se casser la tête pour trouver le titre de son premier album solo, tout simplement intitulé... Joe Budden.

Sorti en juin 2003, porté par le hit Pump It Up, l’opus s’est écoulé à 95 000 exemplaires en première semaine, pour finir à 400 000 et quelques copies vendues sur le sol US en fin d’exploitation.

7. Produit par Just Blaze, l’instrumentale de Pump It Up a bien failli rester dans les tiroirs. Proposée aux membres du crew Roc-A-Fella, tous ont dit non, que ce soit Beanie Sigel, Freeway ou Jay Z.

8. Il faudra ensuite patienter cinq longues années pour qu'arrive dans les bacs son second album.

Annoncé de longue date The Growth n’est jamais sorti en raison d’une restructuration interne au sein de Def Jam – l’équipe l’ayant découvert ayant été remerciée, il ne constituait plus du tout une priorité.

Budden finira par quitter le label en très mauvais termes pour sortir en 2008 Mood Muzik 3: The Album sur Amalgam Digital.

9. Joe Budden a été membre du super groupe Slaughterhouse aux côtés de Crooked I, Joell Ortiz et Royce da 5'9".

L’aventure a débuté complétement au hasard lorsque Joe a invité en 2008 ses trois homologues à venir poser Slaughterhouse sur sa mixtape Halfway House.

L’alchimie a alors été telle que les quatre lascars ont décidé de continuer à faire un petit bout de chemin ensemble et de prendre pour nom le titre dudit morceau.

10. Dix-sept ans après la sortie de Pump It Up, Drake a référencé en 2018 le morceau sur No Shopping, déclenchant par la même occasion le clash de l’été avec Joe-Joe..

La ligne du Canadien « Pump, pump, pump it up/She got a good head on her, but I pump it up/I'm not a one-hit wonder, they know all my stuff/ You let me turn into the n***a that you almost was » qui se moque gentiment de son quart d’heure de célébrité a en effet engendré plusieurs réponses de sa part sur disque.

Ce clash est toutefois rentré dans les mémoires pour cette séquence devenue culte où Budden est sorti de chez lui en débardeur pour courser des fans du Champagne Papi venus le stalker.

Cf. la photo ci-dessous et notre dossier spécial consacré à l’affaire.

11. Autre clash et non des moindres : Joe Budden s’est frité avec Eminem !

Bien qu’ancien employé de son label Shady Records du temps de Slaughterhouse, Joe n’en a pas moins critiqué ouvertement son album Revival (2017) dans l’un de ses podcasts.

Mal lui en a pris, puisque le Slim Shady lui a répondu par une volée de bois vert dans Fall en 2018 (« Somebody tell Budden before I snap, he better fasten it or have his body bag get zipped/The closest thing he’s had to hits is smackin’ b*tches »).

Pas déstabilisé pour autant, Budden a répliqué en clamant être « meilleur que lui depuis 10 ans ».

12. Parmi ses nombreux tatouages, il en est un qui retient particulièrement l’attention : celui qui occupe toute la partie gauche de son cou et qui représente Jésus les mains attachées.

13. Joe Budden a featé avec notre Matt Houston national. C’était en 2010 sur son album Papa Est Back et ça s’appelait Girlz, un morceau qui emmenait nos deux lascars aux quatre coins du globe pour louer les charmes de la gent féminine façon Jay Z dans Blueprint.

14. Joe Budden fut l’un des tous premiers rappeurs à ouvrir sa chaîne Youtube.

Créé en 2006 Joe Budden TV lui servait au départ à vloguer son quotidien.

15. Lorsqu’il s’est retrouvé en 2013 au casting de la télé-réalité Love & Hip Hop: New York, il pensait avoir trouvé là un moyen de revigorer sa carrière de rappeur.

Accroc aux ecstasys, l’émission a révélé au monde sa dépendance et ses excès.

Engagé deux ans plus tard dans Couples Therapy, il a avoué y être allé « non pas pour sauver son couple, mais pour continuer à se payer des doses ».

16. En 2014 il a été accusé par son ex-girlfriend de l’avoir battue. Il s’est alors rendu de lui-même au poste.

Bien qu’aucune charge n’ait été retenue contre lui, cet incident l'a poussé à faire son autocritique.

« Vous avez beau être innocent, la thérapie vous enseigne de toujours garder en tête le rôle que vous jouez dans le déroulé des évènements. Je n’ai rien fait de ce qui m’a été reproché, mais comment en suis-je arrivé là ? Je fréquentais les clubs de strip-tease, je m’envoyais des cachetons. Ma vie était un tel chaos qu’à partir de là je me suis efforcé de changer de direction. »

17. Joe Budden a officiellement mis fin à sa carrière de rappeur en 2018.

« Tim Ducan a dit un jour qu’à la seconde où il sentirait qu’il ne peut plus contribuer au jeu, il quitterait les parquets. Pour ma part, dès que j’ai senti que je n’avais plus rien à dire, je me suis arrêté. »

18. Reconverti en podcasteur à plein temps, Joe Budden a également officié comme chroniqueur dans l’émission Everyday Struggle.

Réputé pour bousculer ses invités, il s’en est ainsi pris à Chance The Rapper dont il a assimilé la musique à de la polka, a reproché à Lil Yachty son impact négatif sur la culture et s’est carrément barré du plateau quand les Migos répondaient mollement à ses questions.

19. Dans un le même genre, après avoir critiqué Jhené Aiko pour « manquer de maturité dans sa musique », quand son mec Big Sean a été invité dans son podcast Pull Up, il a tenu à la défendre en personne (« C’est l’une des pionnières de ce style de rnb, quand je suis avec elle, tous ses pairs lui montrent de la reconnaissance ») et a rétorqué à son hôte que si sa meuf l’avait bloqué sur les réseaux, « c’est qu’il l’avait bien cherché ».

20. Non, Joe Budden n’a pas été élu président des États-Unis. Et n’allez pas jouer de son homonymie avec Joe Bidden, la blague le fait moyennement rire : sur Twitter il s’est plaint de recevoir des notifications à la pelle et a même repris Wale qui y était allé de son petit montage.

A lire aussi :

La vie après le rap : ces rappeurs qui se sont reconvertis [DOSSIER]

Retrouvez tous les épisodes de la série « 20 trucs que vous ne savez pas sur votre rappeur préféré » en cliquant ici.

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien B : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1937 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

1 commentaire sur la news
Pseudo
Mail

Tous les Commentaires

Quand vous mettez des phrases en anglais vous pouvez traduire tout le monde n'est pas bilingue!

Skrred le 28/01/2021 à 12h57 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1
X FERMER
Advertisement