20 trucs que vous ne savez pas sur Soulja Boy, le Zébulon du rap US

Mine de rien voilà une douzaine d'années qu'il est dans le game...

par Aurelien B

1. DeAndre Cortez Way est né à Chicago le 28 juillet 1990. Il a ensuite déménagé six ans plus tard à Atlanta, avant de s’installer à 14 ans à Batesville dans l’état du Mississippi.

2. À 14 ans, son père l’emmenait régulièrement en studio d’enregistrement. De là est née sa passion pour la musique.

3. Trois ans plus tard il enregistrait lui-même dans sa chambre Crank That grâce au logiciel Fruity Loops.

De son propre aveu, il ne lui a fallu « qu’une heure tout au plus » pour produire ce qui deviendra un des tubes de la décennie.

« Des fois, j’ai juste à m’asseoir… et je peux faire un beat dans ma chambre d’hôtel ou dans mon dressing en attendant de monter sur scène. Je l’envoie sur Pro Tools et ensuite, je n’ai plus qu'à le partager à partir de mon ordinateur. »

4. Toujours dans Crank That, lorsqu’il balance la ligne « Superman that hoe », il ne s’agit pas vraiment d’un clin d’œil à Clark Kent, mais d’une référence à une pratique sexuelle pour le moins tordue : attendre que sa partenaire s’endorme sagement sur le ventre, lui éjaculer sur le dos, puis remonter ensuite le drap pour lorsqu'à son réveil elle se lève avec une sorte de cape collée aux omoplates.

Maintenant vous savez.

5. Au tout début de sa carrière, Soulja Boy ne s’appelait pas Soulja Boy mais Soulja Boy Tell 'Em.

« Soulja » est une déformation sudiste du mot « soldier », « soldat ».

6. Conscient d’attirer les jalousies, en 2008 Soulja Boy clamait haut et fort, non seulement toujours sortir armé, mais aussi de « planquer un gun dans chacune des pièces de sa baraque » au cas où.

7. Sa devise « Hustle, Sleep, Get Money » est tatouée sur son torse.

8. Chris Brown a refusé de poser le refrain de Kiss Me Thru The Phone.

Soulja Boy a alors essayé sans succès de chanter à sa place avant de se résoudre à faire appel à l'un de ses potes, Sammie.

9. Écrit sans y réfléchir, le numéro de téléphone épelé dans le second couplet (« Six, seven, eight, triple nine, eight, two, one, two ») correspondait par le plus grand des hasards à la moitié d’un vrai numéro de téléphone britannique !

Leur propriétaire, un couple de retraités, recevait alors une soixantaine d'appels par jour.

10. À l’occasion de son dix-neuvième anniversaire en 2009, 50 Cent lui a offert un bus de tournée équipé d’un studio d’enregistrement afin qu’il puisse terminer son album The DeAndre Way.

11. Soulja Boy a été en 2010 le héros d’un dessin animé qui se déroule dans un lycée, Soulja Boy The Animated Series. L’aventure n’a cependant duré qu’un petit épisode dans lequel il joue au côté d’Alfonso Ribeiro (Carlton dans Le Prince de Bel-Air).

12. En 2011, son demi-frère Deion Jenkins est décédé dans un accident de voiture. Il avait 14 ans.

13. En 2012, Soulja Boy monnayait ses tweets (1 dollar pour un RT, 2 dollars pour un suivi, 3 dollars pour une dédicace). Pas de chance, la même année, il a été révélé que 65% de ses abonnés étaient en réalité des faux abonnés.

14. Bien que son label SODMG (Stacks On Deck Entertainment) ne soit jamais distingué par sa productivité ou la qualité de ses sorties, certains artistes de renom comme Riff Raff, Lil B ou Chief Keef y ont toutefois été brièvement signés.

15. Au même titre que Notorious B.I.G. et Eminem, Soulja Boy peut se targuer d’appartenir au club très fermé des rappeurs qui ont publiquement insulté leur mère, lui qui en 2017 a traité la sienne de « camée au crack » alors qu’elle l’accusait de ne pas l’aider financièrement.

Au passage, il a également qualifié son frère de « broke bitch ».

16. Pendant de longs mois, Soulja Boy s’est fait prendre en photo avec une fausse montre Audemars Piguet qui affichait sur chaque cliché la même heure, car il n’avait pas changé les piles…

17. Soulja Boy ou le seul rappeur à s’être attaqué à l’armée américaine quand dans son morceau Let's Be Real de 2012 il lâche : « Que le FBI et toutes les troupes aillent se faire foutre / Vous vous battez pour quoi ? Bitch, sois un homme et bats toi pour toi ! »

Critiqué de toutes parts, il finira par s’excuser très platement et exclure Let's Be Real de son album à venir Promise – album qui n’est au final jamais sorti.

18. En 2016, il a tweeté avoir tué un homme en 2008. Le drame se serait produit au cours d’un braquage dont il aurait été la victime. En état de légitime défense, il aurait fait feu pour protéger sa vie. Il n’existe toutefois aucune preuve étayant ses dires.

19. Auteur de trois albums en physique (dont le dernier date de 2010), Soulja Boy a tout de même sorti pas moins d'une soixantaine de mixtapes entre 2007 et 2009 ! Oui, cela fait une moyenne ahurissante de cinq mixtapes par an.

20. Plusieurs rappeurs de renom ont au fil du temps pris sa défense, avec en premier lieu Kanye West qui lors de son clash avec Ice-T en 2008 l’a ni plus ni moins comparé à Nas.

« Soulja Boy représente le hip hop. Il vient du ghetto, compose ses propres beats, popularise un nouvel argot, un nouveau son, une nouvelle danse, et tout ça en une chanson (…) Si ça ce n’est pas ça le hip hop, c’est quoi ? »

Pour sa part A$AP Rocky a confié en janvier dernier que « sans Soulja Boy, il n'en serait probablement pas là ».

A lire aussi :

Le classement des 15 pires rappeurs US de tous les temps ! [DOSSIER]

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien B : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1810 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

2 commentaires sur la news
Pseudo
Mail

Tous les Commentaires

SouljaBoy est un bou**on notoire mais je pourrais lire des anecdotes sur lui toute la journée !

Iama4 le 01/08/2020 à 00h44 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Là réside son secret

Aurelien le 01/08/2020 à 00h44 - Signaler - 0Soutenir +1