20 trucs que vous ne savez pas sur J.Cole, le solitaire du rap US

C'est l'un des rappeurs les plus vendeurs de la décennie, mais aussi l'un des plus discrets...

par Aurelien B

1. Jermaine Lamarr Cole est né à Frankfurt en Allemagne. Son père militaire y était alors en poste tandis que sa mère était une citoyenne allemande. Huit mois plus tard, la famille déménage aux États-Unis et s’installe à Fayetteville, en Caroline du Nord.

2. Écolier, il jouait du violon. Loin de se cantonner à la musique classique, son orchestre reprenait des standards de la culture populaire comme le générique de Batman ou celui de Mission Impossible.

3. Après s’être lancé dans le rap, J.Cole a plusieurs fois changé de pseudo. Tout d’abord surnommé Blaza, il a ensuite opté pour Therapist avant de réaliser qu’écrit sous sa forme d’URL (genre myspace.com/therapist) cela pouvait se lire aussi comme « the rapist », « le violeur ».

4. Avant la gloire et les billets, J.Cole a travaillé comme vendeur, comme livreur de journaux, mais aussi comme animateur dans une patinoire. Pour ce job, il devait s’habiller en kangourou pour divertir les clients.

5. J.Cole s’est lancé dans la production à l’âge de 15 après que sa mère lui ait offert un sampleur/synthétiseur/séquenceur ASR-X pour Noël. L’objet coûtant à l’époque la modique somme de 1 300 dollars, Cole a dû accepter en retour de ne recevoir aucun autre cadeau de toute l’année, de ne réclamer aucun vêtement et de payer lui-même son inscription au camp d’été de basket.

6. Avant même d’être un rappeur, J.Cole est ainsi devenu producteur. Au début des années 2010, il a ainsi signé plusieurs intrus pour Kendrick Lamar, Wale, Fabolous, Pusha T ou encore DJ Khaled.

Aujourd’hui il peut se targuer d’avoir produit les trois quarts de sa discographie, dont 80% de ses singles

7. En 2006, une amie de J.Cole stagiaire chez Def Jam l’a invité à une soirée au 40/40 Club à laquelle Jay Z était présent. Désireux de se faire remarquer par le Jéhovah, Cole y est allé avec un t-shirt imprimé « Produce for Jay-Z or Die Tryin’ ». Malheureusement pour lui, ce fut sans effet.

8. Maigre consolation, lorsqu'il est tombé nez à nez avec Jayjay, sa première réaction a été de constater qu’il « est plus grand que lui », quand bien même les deux hommes mesurent officiellement chacun 1m88.

9. En 2009 les choses on toutefois tourné en sa faveur puisqu’il peut se targuer d’être le tout premier artiste à avoir signé sur le mastodonte Roc Nation. Cerise sur le gâteau, il touchera son premier chèque en posant un featuring sur le morceau A Star is Born de Jay Z.

10. En 2013, J.Cole a avancé la sortie de son deuxième album Born Sinner d’une semaine pour coïncider avec la sortie du Yeezus de Kanye West afin de se mesurer à lui.

À ce sujet il déclara : « Kanye West est l'un des plus grands artistes du moment, c'est pour ça que j'ai changé ma date de sortie, pour me mesurer à lui. Je ne voulais pas qu'on dise que Kanye avait sorti son album et que le mien arrivait la semaine d'après. Je veux me mesurer à lui le même jour. »

Bien lui en a pris puisqu’au final, J Cole a vendu 297 000 copies en première semaine contre 327 000 pour Ye.

11. Avec son troisième album Forest Hills Drive sorti en 2014, J.Cole est le premier artiste de l’histoire du rap à passer la barre du million de ventes sans le moindre featuring.

À l’heure actuelle ses cinq albums solos sont aujourd’hui tous au moins certifiés platine.

12. Si pendant longtemps il a gardé le mystère quant à son refus de convier d’autres artistes sur ses disques, sur son morceau KOD de 2018 il a fini par donner une explication en rappant : « Mais pourquoi n’inclus-tu pas quelques featurings / Je vais le dire une bonne fois pour toutes, et ensuite je passe à autre chose : ces renois ne méritent pas d'être invités sur mes sons » (« How come you won't get a few features (...) Only gon' say this one time, then I'll dip/N***as ain't worthy to be on my shit »)

13. Toujours est-il qu’à l’occasion J.Cole ne refuse pas d’aller poser chez d’autres, même si à le croire ses prestations ne sont pas données.

Sur London aux côtés de Young Thug et de Travis Scott, il balance ainsi : « Un couplet de moi c’est environ 11 unités de coke/ J’ai fait mes calculs, cela fait 2 000 dollars le mot. »

Après calcul, cela reviendrait donc grosso modo à 400 000 dollars le featuring !

14. Fort de son succès, J.Cole s’est fait trollé jusqu’à plus soif par Smokepurpp et Lil Pump. Tandis que Purpp avait commencé par annoncer avoir enregistré un feat avec lui pour son prochain album, il s’est ensuite allié avec l’auteur de Gucci Gang pour sortir sans véritable motif le titre F**k J. Cole.

Ce dernier leur répondra dans la foulée avec 1985 avant de faire la paix.

15. Autre prise de bec cette fois-ci (un brin) plus sérieuse : son clash avec Canibus, un ancien espoir des années 90.

Après avoir plusieurs fois affirmé en interview qu’il s’agissait de l’un de ses rappeurs préférés, en 2011 J.Cole a eu la mauvaise surprise de se voir prendre à partie avec le diss track J. Clone. Selon Canibus, le problème venait du fait que Cole aurait pu « l’inviter sur un son et lui filer une liasse » plutôt que de « parler de lui comme s’il était mort ».

Deux jours plus tard, il conviendra cependant de sa mauvaise foi et retirera sa vidéo.

16. Si vous pensiez que parce que J.Cole s’est laissé pousser les dreads qu’il fume du matin au soir vous avez tort : il a stoppé nette sa consommation de weed en 2011.

« J’ai eu une période dans ma vie à la fin du lycée, mais ça n’a pas duré longtemps. En fait la weed, ça n’a jamais été vraiment pour moi. »

Reste qu’il rime encore à l’occasion sur le sujet « pour plaire à sa base fan ».

17. En janvier 2016, le réalisateur Ryan Coogler (Creed, Black Panther…) a révélé par accident dans une interview que J.Cole était marié avec Melissa Heholt, sa copine de fac qui travaille aujourd’hui dans l’événementiel, et qu’ensemble le couple avait eu une petite fille.

Très réservé sur sa vie privée, le rappeur n’avait jusque-là jamais évoqué le sujet.

18. Deux ans plus tard, il s’est cependant exprimé sur la chose en déclarant : « Je suis un rappeur à succès, je peux me poser n’importe où et faire ce que je veux, mais je n’ai jamais pris une meilleure décision que de partager ma vie avec une femme à qui je dois rendre des comptes. La famille et la discipline que cela implique sont parfois les seules choses dont vous avez besoin. Cela vous apporte de l’équilibre, du sens, de la créativité, cela vous donne un but. »

19. Lors du dernier All Star Game NBA qui se déroulait à Charlotte, J.Cole a fait sensation lors du concours de dunk lorsqu’après avoir donné un coup de main au newyorkais Dennis Smith Jr. pour obtenir un 10/10, il s’est saisi du ballon pour y aller lui aussi de son smash… avant de rater (de peu) son move.

20. Régulièrement pointé du doigt pour sa musique terne et sans saveur, J.Cole a reconnu qu’à ses débuts ce reproche, non seulement le rendait « furieux », mais le « blessait profondément ».

Avec le temps, il a cependant changé d’état d’esprit : « J’ai arrêté de donner du pouvoir aux autres en ce qui concerne mon bien-être et mon succès. Maintenant, je prends plus cela comme un défi à relever. »

A lire aussi :

Les plus grands « ET SI ? » du rap US [DOSSIER]

Donne ton avis

Auteur (@AurelienBurlet )

Aurelien B : « Certains veulent un boule, d'autres des sapes, beaucoup veulent faire fortune, je voulais juste être cool » (1799 articles publiés) Aurelien est sur twitter, vous pouvez le contacter sur @AurelienBurlet.

2 commentaires sur la news
Pseudo
Mail

Tous les Commentaires

Par contre je ne suis pas sûr qu'il fasse seulement 1m88 J cole il est quand même plus grand que Dennis Smith Jr qui fait 1m91

Anonyme le 30/08/2019 à 14h00 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1

Il vaut pas Kendrick Lamar

Izi92iiiiluminati le 29/08/2019 à 09h11 - Réagir au message - Signaler - 0Soutenir +1