Rap US

Gunna accusé d’être impliqué dans une arnaque aux cryptomonnaies

Gunna accusé d’être impliqué dans une arnaque aux cryptomonnaies

Gunna dans la sauce ?

Surfant sur le succès de son dernier album en date, DS4EVER, dont est d’ailleurs extrait le banger ‎pushin P en featuring avec Future et Young Thug, Gunna se retrouve impliqué dans une affaire d’arnaque aux cryptomonnaies.

Une cryptomonnaie qui a déjà disparu ?

Scruté de loin par la plupart, l’univers des cryptomonnaies tend à se développer à la vitesse de la lumière. Portée par un Bitcoin ayant pris l’habitude de jouer au yo-yo, la crypto est également vue comme un moyen rapide de se faire de l’argent pour certains, qui n’hésitent pas à lancer des monnaies numériques volatiles, quitte à faire perdre de l’argent aux primo-investisseurs. C’est l’idée qui semble avoir été soufflée à l’oreille de Gunna, désormais accusé d’être impliqué dans une arnaque.

Il y a quelques heures de cela, le rappeur annonçait sur ses réseaux le lancement d’une cryptomonnaie baptisée PushinPETH : « Je sais que ça va décoller. Je vais l’emmener sur la lune. » Il n’aura pas fallu bien longtemps pour que le tweet en question, de même que le compte Twitter de cette énième crypto, soient effacés. Le site officiel du PushinPETH décrivait cette crypto comme il suit : «  Une crypto-monnaie qui travaille pour vous, vous aide à augmenter vos gains au fil du temps. Nous offrons une transparence totale et une sécurité de pointe à tous nos détenteurs. De plus, la liquidité est verrouillée sur unicrypt. » Là où ça se complique pour Gunna, c’est qu’il est accusé d’avoir opéré un « rug pull », soit d’avoir attendu l’arrivée des investisseurs pour que le prix du jeton PushinPETH monte, avant de repartir presque immédiatement avec les gains, faisant s’écrouler la valeur de la cryptomonnaie, pour la rendre quasiment caduque et incapable de repartir à la hausse. Sur Twitter, certains auront interpellé l’artiste, pour lui faire remarquer son indélicatesse : « Belle arnaque, Gunna, ça n’a même pas duré 8 heures. » Aucune réponse n’a, à l’heure où sont rédigées ces lignes, encore été apportée.

Top articles

Dossiers

VOIR TOUT

À lire aussi

VOIR TOUT