Rap US

Drake vexé qu’une IA reprenne sa voix pour créer de faux titres

Drake vexé qu’une IA reprenne sa voix pour créer de faux titres

Drake ne s’en cache pas : il n’adhère pas à cette utilisation détournée de l’intelligence artificielle permettant de générer à la pelle des morceaux de n’importe quel artiste, ou presque, sans son implication ni son consentement.

Drake : de faux inédits que le 6 God ne valide pas

Dévoilé sur les réseaux il y a quelques heures de cela, ce titre généré par une IA, simulant sa voix rappant sur l’instrumentale du morceau Munch d’Ice Spice n’a pas convaincu le Champagne Papi. Drake ayant fait savoir qu’il ne validait pas la démarche : « C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, IA » dira le canadien dans une Story Instagram, repartageant le contenu polémique. Le contenu en question, partagé à l’origine sur le compte The Shade Room, mettait également en exergue le fait qu’Universal Music ait récemment demandé aux services de streaming les plus connus de bloquer les requêtes de des sociétés souhaitant utiliser leurs catalogues musicaux afin d’entraîner leurs intelligences artificielles. Dans la foulée de cette débâcle, un faux featuring entre Drake et The Weeknd sera diffusé sur les réseaux sociaux. Créditée à un certain Ghostwriter977, l’initiative aura fait grand bruit sur TikTok.

A croire que l’intelligence artificielle soit en mesure de bouleverser en profondeur non seulement la manière dont est créée et consommée la musique. Proche de Jay-Z, Young Guru affirmait il y a peu que l’IA allait bouleverser le futur de la musique, qu’on le veuille ou non : « J’ai essayé de faire comprendre à tout le monde que c’est là où nous en sommes avec l’IA. Pour une raison ou une autre, elle a attiré l’attention. Alors, que faire ? […] Nous devons protéger les droits des artistes. Pas seulement des artistes, mais de tout le monde au sein de la société. On ne devrait pas pouvoir s’approprier le nom [ou] l’image [d’une personne] sans autorisation. […] Nous pourrions changer la loi des États-Unis demain, mais l’internet est mondial ».

Top articles

Dossiers

VOIR TOUT

À lire aussi

VOIR TOUT